PDA

Voir la version complète : Israël défie le monde


absente
20/11/2009, 06h47
Construction de nouvelles colonies en Cisjordanie
Israël a défendu hier la décision de construire de nouveaux logements à Jérusalem-Est annexée, en pleine polémique sur le contentieux des colonies, une initiative qui a suscité de vives critiques de la communauté internationale.

Le président américain, Barack Obama, a déploré cette décision qu’il a qualifiée de potentiellement « très dangereuse », dans une interview à la chaîne Fox News. « Je crois que la construction de logements supplémentaires dans les colonies ne contribue pas à la sécurité d’Israël. Je pense que cela rend plus dur le fait de faire la paix avec ses voisins », a dit M. Obama. « Je crois que cela rend les Palestiniens amers, de telle manière que cela peut finir par être très dangereux », a ajouté le président américain. Le ministre israélien de l’Intérieur, Elie Yishaï, avait auparavant défendu sa décision d’autoriser la construction de près de 1000 nouveaux logements à Gilo, un quartier juif à Jérusalem-Est. « Geler la construction à Gilo est comme geler la construction dans n’importe quel quartier de Jérusalem et d’Israël », a-t-il dit à l’AFP. « La construction à Jérusalem ne peut être arrêtée et Gilo se trouve dans Jérusalem ». La poursuite de la construction à Gilo est un « consensus israélien » qu’« il faut comprendre pour toute discussion sur les frontières permanentes dans le cadre d’un futur accord de paix », a de son côté réagi la dirigeante de l’opposition israélienne, Tzipi Livni, après une rencontre avec le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, en visite en Israël. M. Kouchner a dit « regretter » la décision israélienne en appelant l’Etat hébreu et les Palestiniens à « reprendre les négociations politiques ».

Obama regrette… !
« Pour le moment, il faut repartir dans des discussions humaines face à face, les yeux dans les yeux », a-t-il souligné, en rappelant que « la position de la France est l’arrêt de la colonisation ». Mardi, les Etats-Unis s’étaient déjà dits « consternés » par la poursuite de la colonisation à Jérusalem-Est alors qu’ils déploient d’importants efforts pour relancer le processus de paix. La question de la colonisation israélienne des territoires palestiniens occupés constitue le principal obstacle à une reprise des négociations de paix suspendues depuis près d’un an et provoque des frictions entre alliés américain et israélien. Les Palestiniens réclament l’arrêt total de la construction en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, avant de revenir à la table des négociations. Israël s’y refuse et offre de renouer le dialogue sans condition préalable. L’Autorité palestinienne a « sévèrement » condamné l’initiative israélienne et réitéré son exigence d’un gel de la colonisation avant une reprise des pourparlers. « Les colonies doivent être stoppées. C’est le seul moyen de revenir à un véritable processus de paix », a indiqué le négociateur palestinien Saëb Erakat. L’annonce israélienne a aussi été « déplorée » par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, tandis que l’Arabie Saoudite, où se trouvait le président français Nicolas Sarkozy, a qualifié la colonisation « d’obstacle majeur » à la paix. Les Palestiniens soulignent que Jérusalem-Est, dont ils veulent en faire la capitale de leur futur Etat, représente plus du tiers (37%) des implantations juives dans les territoires palestiniens.

par R.I.
El Watan

Cookies