PDA

Voir la version complète : vieillir...


Page : 1 [2]

khalemad
12/01/2006, 19h31
L'essentiel est de vieillir en bonne santé, de ne pas être dépendant.

Goodfella
14/01/2006, 10h49
c est peut etre aussi quand on n arrive plus à avoir de PREMIERE FOIS:

Mais si, Elisa ! Si j'aurai l'Alzheimer quand je vieulli, chaque jour quand je vois ma femme je penserai que c'est une nouvelle femme !! :lol:

absente
14/01/2006, 10h53
si jeunesse savait, si vieillesse pouvait...

elisa
14/01/2006, 10h53
Bonjour,Goodfella!:heureuse femme!! et oui,j y avais pas pensé à celle la !!! essaie , d en trouver d autre cela me fera rire !!!!! et puis ça me donnera un peu plus d espoirs!!!

Goodfella
14/01/2006, 10h57
TIN, est-ce-que t'as deja rencontrer Elisa ? (Sur le forum, bien sur)
Tout comme toi, elle est une perle du FA :)

absente
14/01/2006, 11h08
la vieillesse ne peut pas être supportable dans l’extrême pauvreté même pour le sage, et elle ne peut pas ne pas être insupportable pour un insensé même dans la plus insolente richesse. (Cicéron)

dans l'état actuel des choses, je ne veux même pas y songer, puisque nul ne saurait nous dire de quoi sera fait demain
je n'ai jamais caché mon âge et tout se passe dans la tête: on peut être âgé mais si jeune d'esprit, si jeune dans la façon de penser, de voir les choses. Il n'y a que le corps qui change

absente
14/01/2006, 11h10
TIN, est-ce-que t'as deja rencontrer Elisa ? (Sur le forum, bien sur)
Tout comme toi, elle est une perle du FA

Si, j'ai lu ses posts.
Merci, pour tant de compliments, :redface: si vous continuez ainsi, je vais finir pas avoir un joli sautoir au cou

elisa
14/01/2006, 11h13
DEUX perles cela ne va pas suffir pour faire un collier!! on va peut etre en rajouter qque uns sur notre fil de l amitié.....merci à toi Goodfella ,c est toujours un plaisir de "t entendre"; je dois essayer de ne pas trop rougir pour garder ma couleur de perle!!HI HI!!

FrozenRose
14/01/2006, 14h49
Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un coeur pour deux.
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends

Les vieux ne rêvent p!us, leurs livres s'ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s'ils sortent encore, bras dessus bras dessous, tout habillés de raide
C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux, l'enterrement d'une plus laide
Et le temps d'un sanglot, oublier toute une heure la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend
Jacques Brel - 1963

Cookies