PDA

Voir la version complète : Les raisons de l’hystérie médiatique égyptienne


nassmlah
24/11/2009, 20h37
Dès la « punition « divine » des Pharaons à Khartoum, les médias égyptiens redoublent de férocité pour désigner l’Algérie comme exutoire aux multiples frustrations de leur peuple. Les causes principales de cette haine de l’Algérie ne sont pas sportives, mais sont d’ordre politiques et psychologiques.
Présents au stade d’Oumdorman pour jouer les rôles assignés par leur papa, les deux rejetons de Hosni Moubarak furent bouleversés par le comportement insolent des Algériens qui ont faussé leur scénario. Pour défouler sa rancœur sur le plateau d’une TV du clan, Alâa a traité les supporters algériens de « mercenaires » ; puis, il a préconisé de « frapper l’Algérie à la tête ». Mais cet enfant gâté a oublié une chose : même s’il se mettait sur les épaules de son maître sioniste, le nain égyptien n’arrivera jamais à atteindre la tête du géant algérien. La dynastie Moubarak ne devra s’en prendre qu’à elle-même, car lors du casting du feuilleton qui devait consacrer l’héritier (Gamal) président, le choix de l’Algérie pour le rôle du figurant fut néfaste. L’Algérien est habitué à écrire lui-même son histoire en s’accordant, exclusivement, le rôle du héros.
L’autre cause de cette haine est psychologique. Rappelons ce que nous avons dit au sujet de l’« esprit du temps » (selon C. G. Jung) des Egyptiens, le 15/11 dans la contribution « Le moindre mal » : « L’Egyptien a souvent l’âme artiste, mais dans le domaine de la lutte, c’est un « looser » (d’ailleurs il a perdu toutes ses guerres). Toutefois, il ne veut pas l’admettre, car il confond l’image du Moi avec la réalité du Moi. Il croit être le Pharaon, le plus fort (l’image), mais à chaque confrontation, il est défait et ressent sa faiblesse (la réalité). Pour se fortifier, il se vante, dénigre l’adversaire, ruse, etc ».

Les Egyptiens promettaient pour le 14/11, une victoire sur l’Algérie avec des scores de 3, 5, voire 10 à zéro (image du Moi). Alors que les joueurs algériens furent traumatisés par la lâche agression, ce n’est qu’à quelques secondes de la fin que les Egyptiens ont gagné 2 à 0. Quatre jours plus tard, ces derniers furent battus, à la loyale, en pays neutre (réalité du Moi). Au lieu de reconnaître, sportivement, leur défaite et de commencer à se remettre en question, ils retombent dans leur nature : pour se fortifier, il se vante, dénigre l’adversaire, ruse, etc.

Venus au Caire pour participer à une fête de football entre deux des plus grandes équipes d’Afrique, nos supporters (hommes, vieux, femmes, enfants), furent blessés, voire tués ; nos femmes furent déshabillées au « Tel-Aviv Stadium ».
A la fin du match de Khartoum, certains de nos supporters voulaient voir de plus près les fameux « Ultras, et Red Devels » qui roulaient des mécaniques devant nos vieux, femmes et enfants au Caire. Terrorisés, les gros bras égyptiens détallaient comme des lapins à la vue de nos guerriers supporters. A la suite de cela, les journalistes bourourous furent telles des fausses vierges effarouchées en condamnant la « barbarie » et l’« inculture » de nos supporters. Voyons cela de plus près.

Pour la « barbarie » : terrorisés par notre combativité, d’autres peuplades nous ont déjà donné ce terme de « Berbères » ; mais nous lui préférons le nom Imazighen (les Hommes libres) ! Alors que l’Egyptien est un perdant, un soumis qui est considéré comme le Harki du monde arabe. Quant à notre prétendu « inculture » : si on prenait un joueur de dominos de l’importe quel café d’Algérie, son esprit est beaucoup plus sensé que celui de leur meilleur « douctour », « captain », « oustaz » ou « mouhandes ». Car à entendre les sottises débitées sur leurs médias, le monde entier s’est rendu compte que le quotient intellectuel (QI) de ces élites égyptiennes est à peine plus élevé que celui d’un chimpanzé.
Pour terminer.

Notre EN a remporté une magnifique victoire, grâce au « Scud divin » de Antar Yahia, alors que nos cyberfighters ont donné le premier exemple, bientôt suivi par les psy combattants. Nos moudjahidine supporters furent sublimes en prenant le contrôle total de Khartoum. Nous attendons les victoires de nos juristes et celles de nos économistes. Encore bravo pour la géniale « Opération Khartoum » : sans elle nous aurions perdu le match, l’Afrique du Sud et même notre Nif (honneur) !

Espérons qu’il y aura de telles opérations dans les domaines politiques, économiques, sociaux, etc. pour redécouvrir l’Algérie qui gagne et qui procurera à tous ses enfants une vie meilleure et digne : la seule solution aux problèmes des Harragas. Inchallah !
WAHED… SINE… THREE… VIVA L’ALGERIE!



source TSA

mecmad
24/11/2009, 20h49
Oh que c'est vrai tout ça, merci Nasma :D

nassmlah
24/11/2009, 21h09
slt dany

chaque jour j'apprends davantage sur la grosse M**** dont ils y pataugent

Cookies