PDA

Voir la version complète : Interview De Antar Yahia


Sitchad
29/11/2009, 10h50
Antar Yahia défenseur de Bochum à El Khabar
« Nous avons enterré vos illusions et n’avons nul besoin de votre soutien pour le mondial »


Malgré son but historique et décisif lors du match de qualification face aux pharaons, le défenseur des verts, Antar yahia, est resté modeste et a assuré lors de cet entretien que la qualification au mondial était un acquis de tous les joueurs, du staff technique, des responsables et de tout le peuple algérien. Il a, par ailleurs, considéré que les ambitions des pharaons avaient été enterrées au Soudan, et qu’ils continueraient à payer le sang des algériens versé au Caire.
Vous avez sauté de joie au coup de sifflet final, qu’avez-vous ressenti à cet instant précis ?
Franchement je ne peux pas vous décrire ma joie à ce moment là, je pense que l’ambiance que nous avons crée avec nos supporters au stade d’Omdurman à Khartoum, se passe de tout commentaire. Nous avons étonné le monde et avons prouvé que nous méritions notre place au mondial. Cette joie durera des semaines, des mois.
Vous avez marqué un but historique qui nous a qualifié au mondial, face à Issam El Hadari, pensiez-vous marquer un but lors d’un match décisif ?
Ce but est le plus beau et le plus précieux de toute ma carrière, mais ce que je voudrais dire c’est que je ne suis pas le seul à nous avoir permis de nous qualifier au mondial. Cette victoire est le fruit des efforts de mes coéquipiers, des responsables, du staff technique, du staff médical également, qui nous a suivi et préparé, sans oublier notre public qui nous a soutenu depuis le début des éliminatoires, et a été présent en force au soudan pour nous encourager.
Que ressentiez-vous au moment de marquer ce but ?
Je me suis concentré au moment de cadrer le tir et me suis servi de toute ma force pour tirer, pour ne laisser aucune chance à Issam El Hadari, pendant que le temps passait, nous contrôlions le jeu, je me suis senti prêt à marquer, c’est pour cela que j’ai préféré aider mes coéquipiers en attaque jusqu'à cette occasion que j’ai transformé en but. Je tiens d’ailleurs à remercier mon coéquipier Ziani qui m’a offert le but sur un plateau, qui a été très présent durant ce match et auquel nous devons la plupart des buts inscrit durant les éliminatoires par ses passes très précises.
Vous n’avez cependant pas pu terminer le match en raison d’une blessure, n’aviez-vous pas peur que le scénario du match du Caire se reproduise ?
J’avais confiance en mon coéquipier Zaoui, je savais qu’il pourrait assurer en défense avec Haliche et Bouguerra, et c’est ce qui est arrivé dans les dernières minutes du match qui ont mis les nerfs de tous à rude épreuve. Si ce n’était la vive douleur que j’ai ressentie, je n’aurais jamais quitté mon poste.
Donc vous avez pris des risques en jouant ce match ?
En effet, le médecin de Bochum m’a accompagné, et m’a prévenu que je prenais un risque en participant au match au soudan, et qu’il était probable que ma blessure s’aggrave mais j’ai préféré tenter le coup pour mon pays, j’étais prêt à jouer avec un pied si cela avait été nécessaire.
Pourquoi ?
Parce que ce qui nous est arrivé à nous et nos supporters au Caire, dépassait tout entendement. Les égyptiens qui ont mis de coté toutes les valeurs sportives et humaines, nous ont traité en ennemis, et ont montré une réelle haine envers nous et ont persisté dans leur bêtise. J’aurais été le premier à les féliciter s’ils nous avaient battu à la loyale et nous avaient bien reçu au Caire, mais ils n’ont pas digéré le fait que nous étions les plus forts, et que notre place de leader du groupe depuis le début n’était pas un hasard mais l’aboutissement d’un travail de longue haleine.
Pensiez-vous, qu’après avoir remporté le match face à leurs stars du foot, les égyptiens reconnaitraient votre force et la légitimité de votre qualification au mondial ?
Croyez-moi la réaction des égyptiens ne m’intéresse pas. Les soudanais et le monde entier ont vu que la rencontre s’était déroulée le plus normalement du monde et qu’il n’y avait eu aucune irrégularité. Notre public a été très fair-play, et nous a remarquablement soutenus dès notre entrée sur le terrain. Nous avons été traités injustement au Caire mais la justice divine nous a donné raison et nous avons pu enterrer les ambitions des égyptiens et de mettre fin à leur rêve d’accéder au mondial. Je dis à tout égyptien qui s’est attaqué à un algérien au Caire que nous n’avons pas besoin de vous et de votre soutien pour la coupe du monde.
La coupe d’Afrique, organisée en Angola est attendue en début d’année, quelles sont vos ambitions dans cette compétition ?
Je sais que le niveau des équipes africaines s’est considérablement amélioré ces dernières années, mais notre équipe a également beaucoup progressé, nous sommes devenu une des plus grandes équipes d’Afrique. Remporter la coupe d’Afrique n’est donc plus un simple rêve mais un réel projet parce que nous avons les capacités requises pour gagner la coupe et pour revenir en force après l’absence de l’Algérie des deux dernières éditions

Tite-fée
29/11/2009, 11h20
C'est tellement beau de voir l'espoir revenu a nouveau ... après tant d'années caché ...

Cookies