PDA

Voir la version complète : L'Irak veut accéder au nucléaire civil


zek
29/11/2009, 12h04
L'Irak, accusé par les Etats-Unis avant l'invasion de 2003 de vouloir se doter d'armes nucléaires, réclame aujourd'hui le "droit" d'accéder au nucléaire civil pour développer son économie et son réseau électrique.

Le ministre des Sciences et des Technologies, Raëd Fahmi, a appelé la communauté internationale à lever les obstacles, principalement les précédentes résolutions de l'ONU qui bloquent tout développement de son pays.
"Notre stratégie nucléaire est une application civile de l'énergie atomique et nous pensons que nous en avons le droit et que certaines contraintes contenues dans la résolution 707 doivent être levées", a-t-il dit.

"Nous avons une stratégie politique claire et transparente avec une coordination étroite avec les instances internationales et l'Irak a le droit de rétablir certaines des capacités qu'il avait" auparavant, a-t-il assuré, soulignant toutefois qu'aucune "décision politique" n'a encore été prise pour la construction d'une centrale nucléaire.

La résolution 707, adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU en août 1991, impose à l'Irak de "cesser toutes les activités nucléaires" jusqu'au moment où cette instance de l'ONU pourra déterminer que le pays respecte les traités sur la non-prolifération d'armes nucléaires.

Le ministre a affirmé que le "processus" de ratification des traités est en cours. "Nous travaillons pour mettre en oeuvre et respecter tous les engagements de l'Irak et nous avons soulevé cette question avec l'AIEA", l'Agence internationale de l'énergie atomique basée à Vienne, insiste le ministre.

L'Irak est l'un des plus grands producteurs de pétrole du monde et possède de gigantesques réserves mais souffre d'importantes pénuries d'électricité en raison d'un réseau vétuste et détruit par des décennies de guerre.

Le pays a entamé un vaste programme de reconstruction de centrales électriques qui devrait toutefois nécessiter plusieurs années avant d'être opérationnel.
"Il y a un avenir avec les énergies renouvelables propres et le nucléaire est un choix pour beaucoup de pays. Nous avons des problèmes d'électricité et c'est un choix qui paraît possible", souligne M. Fahmi.

Le ministre a indiqué à l'AFP que l'Irak avait entamé un programme de formation de cadres et d'ingénieurs nucléaires avec l'AIEA.

AFP

Cookies