PDA

Voir la version complète : Il y a quelque mois: L'Algérie coulait Bedjaoui au profit d'un protégé de Moubarek


mob_dz
30/11/2009, 11h22
Mohamed Bedjaoui, ancien chef de la diplomatie algérienne, ex-président de la Cour internationale de justice de La Haye, candidat au poste de directeur général de l’Unesco, mais présenté par le Cambodge, n'a obtenu aucune voix au premier tour, jeudi soir, et devrait se retirer, a déclaré une source à l'Unesco.

L’Algérie ayant décidé de soutenir l’Égyptien Farouk Hosni, Bedjaoui avait sollicité le parrainage d’un État tiers, comme le règlement intérieur de l’Unesco l’y autorise. Et obtenu celui du Cambodge, qu’il a qualifié de « pays pauvre et digne ».

Mais, très vite, il doit faire face à une ignoble campagne de presse dans son propre pays. Abdelaziz Belkhadem, ministre d’État et représentant personnel du président Abdelaziz Bouteflika, se plaindra publiquement de « l’indiscipline » de Bedjaoui et lui reprochera d’aller à l’encontre « des intérêts stratégiques » de l’Algérie. Un billettiste de la presse indépendante ira jusqu’à mettre en doute la nationalité de cette figure historique du mouvement national, qui s’était engagée dans le combat contre le colonialisme dès son adolescence.
« Au lieu de présenter les contours de mon projet pour l’Unesco, je passe mon temps à soigner les plaies de ces flèches dont me crible mon pays », confiait Bedjaoui à Jeune Afrique il y a quelques semaines. Il avait la conviction que le poste de DG de l’Unesco était « à portée de main », que son projet pouvait séduire le Conseil exécutif de l’institution onusienne et que sa parfaite connaissance des rouages de l’organisation, où il représenta l’Algérie durant huit ans, constituait un solide argument électoral. Bedjaoui savait qu’il pouvait gagner sans l’Algérie. Mais pas contre elle. Or, non seulement son pays ne lui a pas facilité la tâche, mais il a contribué à saborder tous ses efforts pour remporter une élection désormais quasi acquise à Farouk Hosni. 

La plupart des candidats au poste de directeur général de l'Unesco ont décidé de se maintenir au deuxième tour de scrutin qui doit avoir lieu ce vendredi, compliquant la tâche de l'Egyptien Farouk Hosni.

Le premier tour a consacré jeudi le statut de favori du ministre égyptien de la Culture, candidat controversé en raison de ses déclarations jugées anti-israéliennes, voire antisémites par plusieurs personnalités de la communauté juive.

En compétition avec huit autres candidats, il a obtenu 22 voix sur les 58 que compte le Conseil exécutif de l'organisation des Nations unies dédiée à la science, l'éducation et la culture, et dont le siège se trouve à Paris.

Interrogées vendredi matin par Reuters, les délégations égyptienne, autrichienne, béninoise, équatorienne, russe et bulgare ont fait savoir que leur candidat se maintenait.

Farouk Hosni, 71 ans, a devancé notamment la candidate bulgare Irina Gueorguieva Bokova qui a obtenu huit voix.

Avec sept voix, la commissaire européenne autrichienne Benita Ferrero-Waldner est arrivée ex-aequo avec le Russe Alexander Vladimirovich Yakovenko et l'Equatorienne Ivonne Juez.

L'élection se déroule sur fond de polémique.

Proche du président Hosni Moubarak, soutenu par l'Union africaine et la Ligue arabe, Farouk Hosni serait, s'il était élu, la première personnalité arabe à diriger l'organisation.

in Le Matin (Septembre 2009).

Massnsen
30/11/2009, 11h25
Je me demandais justement pourquoi la presse nationale n'avait pas parlé de cet épisode. D'autant plus qu'ils n'ont pas réussi à gagner l'élection !

mob_dz
30/11/2009, 12h23
Avec l'épisode actuel d'effacement de la diplomatie algérienne devant l'agressivité des milieux politico-médiatique égyptiens, la candidature solitaire de Bédjaoui, prend la dimension d'une courageuse dénonciation du suivisme arabiste d'Alger à l'égard du Caire.

chene
30/11/2009, 12h41
ben maintenant ils doivent s en mordre les doigts !

mob_dz
30/11/2009, 22h51
C'est ce que j'ai appris en lisant la page périscope du soir d'Algérie (Edition 01/12/2009)


Périscoop : Retour de manivelle ?

L’actuel président de la Fédération internationale de handball, l’Égyptien Hassan Moustafa, va-t-il sanctionner l’Égypte comme le stipulent les règlements de l’instance qu’il dirige ? Notons que lors de son élection à ce poste, il avait bénéficié d’un appui franc de l’Algérie au détriment d’un candidat... algérien.

tamerlan
01/12/2009, 00h47
bedjaoui roulait pour bedjaoui..pas pour l'algerie , d'ailleurs il etait le candidat du cambodge si ma memoire est bonne....


combien de voix avait recolté bedjaoui???;)
notre presse aussi est manipulatrice

mob_dz
02/12/2009, 07h09
Organisation Maritime Internationale
L’Algérie soutient la candidature de l’Egypte

L’Egypte a réussi à atteindre la sixième place au cours des élections pour le Conseil Exécutif de l’Organisation Maritime Internationale qui ont eu lieu dans la capitale britannique, Londres.

Selon le quotidien gouvernemental égyptien, El Ahram, le Dr Mohamed Ferghali, président de l’académie arabe des sciences, de la technologie et du transport maritime, ce résultat est le fruit de la coordination, de la coopération et des efforts consentis par le secteur du transport maritime.

Le Dr Ferghali a tenu à préciser que la délégation algérienne a joué un rôle important dans le soutien de la candidature égyptienne en présentant un document portant sur cette position à l’ambassadeur d ‘Egypte à Londres.

M. Abdellah Hafsi, le délégué algérien auprès de l’Organisation maritime International a précisé, pour sa part, qu’il avait reçu des instructions du ministère algérien des Affaires étrangères à ce sujet.

Pour rappel, l’Organisation Maritime Internationale est une institution spécialisée des Nations Unies et regroupe 167 pays et dont les objectifs se résument à la collaboration entre les états membres dans le domaine de la réglementation maritime, à l’adoption de normes de sécurité et à la prévention des pollutions du milieu marin par les navires et installations portuaires.

El Khabar

Geass
02/12/2009, 07h19
Ca c'est de la diplomatie de haut niveau. Surtout ne pas se mouiller.

Cookies