PDA

Voir la version complète : L’Egypte rattrapée par ses démons


lavoisier
02/12/2009, 06h47
L’instance de Joseph Blatter prononcera aujourd’hui ses sanctions contre la Fédération égyptienne de football.
L’heure des sanctions a sonné pour l’Egypte. Le pays des Pyramides est appelé à affronter ses gaffes. Les menaces sont multiples. Des sanctions qui pourraient être annoncées par la Fédération internationale de football et la Confédération africaine du handball. Ce n’est pas tout. Un collectif d’avocats maghrébins établis en Europe s’apprête à porter plainte contre les journalistes égyptiens pour «incitation au meurtre». Nombreux sont les présentateurs égyptiens qui ont appelé, à travers leurs chaînes de télévision, à s’attaquer aux Algériens établis en Egypte. Le grand verdict, tant attendu, est celui que devrait rendre public aujourd’hui la Fifa. Le bureau exécutif de cette instance se réunit aujourd’hui au Cap, en Afrique de Sud, pour examiner le dossier relatif aux agressions dont furent victimes les joueurs de l’Equipe nationale au Caire, et ce, à la veille d’un match décisif Egypte-Algérie dans le cadre, rappelons-le, des éliminatoires jumelées CAN et CM 2010. Les décisions qui seront prises aujourd’hui ne concerneront pas seulement l’Egypte, mais la Fifa elle-même. Comment?
L’instance de Joseph Blatter se trouve, désormais, face à ses responsabilités. C’est sa crédibilité qui est en jeu. Une occasion s’est offerte, ainsi, à cette instance de se corriger et de se rattraper, après n’avoir prononcé aucune sanction contre la Fédération égyptienne du football au lendemain des événements du Caire. Alors que tout le monde s’attendait à de lourdes sanctions contre l’Egypte, la Fifa s’est contentée de demander un engagement écrit à la FEF pour garantir la sécurité de l’Equipe algérienne et de ses supporters au Caire. Une décision scandaleuse.
Les griefs retenus contre l’Egypte sont nombreux. La Fifa avait, sous les yeux, tous les rapports nécessaires pour sanctionner l’Egypte. La FAF, (Fédération algérienne de football), avait présenté le jour-même de l’agression, aux représentants de la Fifa en Egypte, tout un dossier comprenant les détails du guet-apens. Les images de l’agression ont fait le tour de la planète.
Le monde entier avait vu la façon avec laquelle étaient accueillis les joueurs algériens. La chaîne de télévision française Canal+ a filmé et diffusé les images montrant l’agression contre les joueurs de l’Equipe nationale par des supporters égyptiens. A cela s’ajoutent les vidéos filmées par les joueurs à l’intérieur du bus juste après l’agression. M.Walter Gagg, responsable de la sécurité de la Fifa pour cette rencontre, a, de son côté, rédigé un rapport détaillé sur cette agression. Il avait témoigné, notamment, que les joueurs algériens «ont été terrorisés».
De nombreux consultants sur les chaînes de télévision du sport ont été choqués en voyant les images des joueurs algériens blessés ainsi que le bus qui transportait la délégation algérienne, tout caillassé. Ces mêmes consultants avaient dénoncé le silence de la Fifa. Certains se sont interrogés sur la position ambiguë de la Fifa. Cette dernière n’a pas tardé, devant une telle pression, à revenir sur l’agression sauvage des Egyptiens. L’instance de M.Blatter avait décidé d’ouvrir une enquête disciplinaire contre la FEF. Pour rendre son verdict, la Fifa va se référer aux rapports rédigés par M.Gagg. Ce dernier a remis deux rapports sur la table du bureau exécutif. Le premier concerne le match retour au Caire, où M.Gagg a bien souligné que «le bus de l’équipe algérienne a été attaqué par des supporters égyptiens».
Le second est relatif au match de Khartoum dans lequel le même responsable a témoigné que la rencontre s’est déroulée dans des conditions normales. C’est, d’ailleurs, le même constat qui a été établi par le délégué du match, M.Kamel Chedad, président de la Fédération égyptienne du football. La Fifa est appelée à faire preuve de sa crédibilité. L’opinion internationale attend que la structure de Zurich fasse justice dans cette affaire et qu’elle ne dérive, surtout pas, une seconde fois. Loin des sanctions de la Fifa, l’Egypte est, aussi, dans le viseur de la Confédération africaine de handball. Cette instance se réunira, cette semaine, pour étudier le retrait de l’Egypte pour l’organisation de la Coupe africaine des Nations de handball. Selon le règlement, l’Egypte risque d’être exclue de cette compétition pour plusieurs années en plus d’une amende. Le verdict tombera dans les quelques jours à venir. Loin des «tribunaux sportifs», de nombreux journalistes, avocats et intellectuels, risquent d’être poursuivis devant les tribunaux pour incitation au meurtre. Après l’humiliante défaite footballistique des Pharaons face aux Fennecs au Soudan, l’Egypte est en passe de subir d’autres défaites et d’autres échecs.
Tahar FATTANI

Cookies