PDA

Voir la version complète : UGTA: Une secrétaire générale des femmes travailleuses


morjane
16/01/2006, 18h04
C'est une grande première syndicale que l'élection d'une femme comme secrétaire générale. La nouvelle secrétaire générale de la Femme travailleuse s'appelle Hakima Diaf et est depuis de nombreuses années un membre actif du syndicat des travailleurs et son élection est le couronnement de son engagement syndical .

2006 sera donc l'année des Femmes au Chili, en Finlande peut être, mais aussi en Algérie., même si ce n'est pas sur la même échelle. C'est un commencement.

====

Pour la première fois après une rude bataille menée tambour battant par des femmes courage, la wilaya de Tarf a, depuis hier, une secrétaire générale des femmes travailleuses.

Selon la nouvelle heureuse plébiscitée, l’organisation activera sous l’égide de l’UGTA et a pour objectif de défendre les intérêts de la femme en activité, de la prémunir du harcèlement sous toutes ses formes et la sensibilisera par des rencontres-débats à ses devoirs de citoyenne.

La nouvelle secrétaire générale, Mlle Diaf Hakima, un membre actif du syndicat des travailleurs depuis belle lurette, a été élue, à la suite de nombreuses rencontres organisées au niveau des municipalités ensuite des daïras et enfin de la wilaya. Les coordinatrices communales faisant parties du bureau qui en compte, pour le présent, quarante membres actifs, ont élu au suffrage universel la nouvelle secrétaire. Cette dernière a aussitôt présidé une réunion qui a permis d’élire un nouveau bureau de wilaya de six membres. Les fonctions ont été, sur place, distribuées toujours en fonction de l’élection.

La cérémonie s’est terminée par une collation à laquelle ont assisté des responsables locaux qui n’ont ménagé aucun effort pour encourager cette initiative surtout quand on sait que le harcèlement, en particulier sexuel, est légion à travers les administrations de la wilaya de Tarf, ainsi que l’abus de pouvoir. Plusieurs cas nous ont été signalés, mais les victimes ont préféré garder l’anonymat par honte ensuite par peur de perdre leur poste de travail.

Par Liberté

Zoubir8
16/01/2006, 18h07
Bonne nouvelle

Cookies