PDA

Voir la version complète : Menace sur la Coupe d’Algérie


morjane
11/12/2009, 14h22
En Algérie, rien ne va plus entre la FAF et six clubs de l’élite, avec la vive polémique engagée autour de la prochaine édition de la Coupe d’Algérie, en raison de la nouvelle réglementation, notamment dans son volet sponsor, pomme de discorde et objet d’un conflit qui a de fortes chances d’aboutir à un précédent historique, le boycott pur et simple de six des clubs les plus titrés de l’épreuve populaire.

Une véritable impasse et une 45e édition de Dame coupe sérieusement compromise avec ce conflit qui oppose la FAF et six clubs de l’élite, à savoir la JSK, le MCA, l’USMA, l’ESS, le MCO et l’ASO qui menacent en des termes à peine voilés, mais subtils, de déclarer forfait. En cause, le récent contrat signé entre la FAF et Watania Télécom, faisant de ce dernier le sponsor exclusif de la coupe d’Algérie, obligeant tous les clubs participant à « lâcher » leur sponsor habituel et dans ce cas précis Djezzy, rival et concurrent direct de Nedjma.

Une décision que le « groupe des six » réfute catégoriquement avec une position clairement affichée et entérinée à l’issue de la réunion ayant regroupé, mercredi dernier, les présidents des clubs concernés, avec cette décision de prendre part aux 32e de finale, en évoluant avec leur sponsor, faisant ainsi fi de la réglementation et surtout des menaces de sanctions, réitérées par ailleurs par la FAF. C’est dire que le « groupe des six » s’estimant lésé était appelé à faire un choix : se soumettre aux injonctions de la FAF et subir les restrictions de Djezzy avec des retombées lourdes de conséquences (poursuites judiciaires, cessation d’une rente importante) ou faire l’impasse sur la Coupe et subir cette fois-ci les sanctions de la FAF (100 millions d’amende, suspension de deux années de la Coupe et défalcation de trois points).

Le groupe des six a fini par choisir le camp de son sponsor majeur, rejetant ainsi la balle dans le camp de la FAF et s’engageant du coup dans un bras de fer insoluble, avec chaque partie qui maintient sa position, le tout dans une cacophonie indescriptible en l’absence de communication et de concertation. C’est d’ailleurs là où résiderait tout le problème, en l’absence de communication et de concertation entre la FAF et les clubs, les deux concernés directs qui auraient pu éviter d’en arriver à une telle situation. Le groupe des six qui a officiellement pris position dans le conflit, c’est la réplique de la FAF qui est désormais attendue.

Par El Watan

Cookies