PDA

Voir la version complète : Joint-venture Algérie-Egypte: Chakib Khelil s'explique


morjane
11/12/2009, 14h34
Après les vives critiques soulevées par l’annonce du projet de création d’une joint-venture algéro-égyptienne dans l’activité de recherche et d’exploration de gisements de pétrole et de gaz faite par le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil cette semaine au Caire, le ministre apporte, en exclusivité pour El Watan Week-end, quelques éclaircissements, en marge de la conférence ministérielle du forum des pays exportateurs de gaz qui s’est tenue hier dans la capitale qatarie Doha.

Chakib Khelil a précisé que le montant de l’investissement dans ladite entité – détenu à part égale – sera de 10 millions de dollars et non de 15 milliards de dollars comme rapporté par certains médias. Chakib Khelil précise que la nouvelle société, qui portera le nom de Séléné – fille de Cléopâtre, et épouse de Juba II – ne dépensera pas plus de 3 millions de dollars comme investissements durant les cinq années à venir. Le ministre a rappelé que les relations entre l’Algérie et l’Egypte dans le secteur des hydrocarbures sont historiques et ne datent pas d’aujourd’hui, ni de la période de tension que traversent les relations diplomatiques et populaires entre les deux pays au lendemain des deux matches qualificatifs à la Coupe du monde 2010 et la campagne anti-algérienne dans les médias égyptiens. Il a expliqué que l’Algérie vend à l’Egypte actuellement des quantités importantes de GPL et que les sociétés égyptiennes sont impliquées dans des projets en Algérie dans la production d’engrais et dans des unités de GNL notamment. Dans le même ordre d’idées, Chakib Khelil a indiqué que le projet de la joint-venture Séléné a été entériné lors de la visite du Premier ministre égyptien, Ahmed Nadhif, en Algérie en 2008 pour présider la délégation égyptienne à la réunion de la haute commission algéro-égyptienne.

Un mémorandum d’entente a été signé par les ministres de l’Energie des deux pays pour entamer des négociations dans le but de créer une société commune dans l’activité en amont de recherche et d’exploration. « Après une année de dures négociations pour arriver à un accord, nous avions rendez-vous avec la réunion de l’OPAEP au Caire, et nous avions à choisir entre faire une visite à part pour parapher l’accord, ou de faire du deux en un et profiter de la visite de la délégation pour finaliser. Donc, nous avons décidé d’optimiser les coûts et de concrétiser le travail dur qui a été réalisé. C’est aussi simple que cela », explique le ministre. Il ajoute qu’il n’y a pas eu de décision politique quelconque dans ce dossier et que les réunions avec la partie égyptienne se sont tenues normalement et que la délégation algérienne a été très bien reçue. « Nous sommes arrivés à un accord, d’autant plus que les Egyptiens auraient pu faire le déplacement pour finaliser ledit accord, mais comme ils étaient déjà venus en Algérie dans le cadre de ces négociations, c’était au tour de la délégation algérienne de se déplacer au Caire », a-t-il encore indiqué. Chakib Khelil a révélé par ailleurs que l’accord sur la création de la société Séléné a été paraphé par les deux parties, algérienne et égyptienne, au cours de la visite au Caire. L’accord doit être soumis aux autorités des deux pays avant d’être finalement signé.

Une signature qui pourrait parvenir lors de la venue du ministre du Pétrole égyptien, Hossam Fahmi, à Oran lors de la réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz le 19 avril 2010. Les deux parties, égyptienne et algérienne, ne se sont pas tenues au seul dossier de la société Séléné, mais ont également abordé plusieurs projets de partenariat dans le secteur des hydrocarbures. Chakib Khelil donne plus de précisions en déclarant : « Nous avons parlé de plusieurs projets dont l’étude de la revitalisation d’une raffinerie de brut lourd égyptien, pas forcément en Egypte, d’autant plus que l’Algérie importe le bitume, ce qui est dû principalement au fait que le pétrole brut algérien est léger et ne peut pas être transformé en bitume. Donc, l’idée est d’étudier la construction d’une raffinerie de brut lourd ». Deuxième projet évoqué lors de la visite de Khelil en Egypte, « celui d’une infrastructure de stockage puisque l’Algérie exporte maintenant du GPL, et pourquoi ne pas songer au marché du GPL dans toute la région du Moyen-Orient et de l’Asie à partir d’une base en Egypte ».

« Donc, nous allons étudier la faisabilité d’un projet de stockage de GPL », a-t-il dit en précisant que l’Algérie ne va pas prendre de part majoritaire dans un tel projet. Le troisième volet de partenariat discuté par les ministres algérien et égyptien de l’Energie concerne les besoins de gaz propane de l’Algérie. L’idée consiste à réduire les coûts de transport en s’approvisionnant de l’Est, profitant du voyage des GPLiers algériens pour l’exportation de GPL. Les navires de transport de GPL reviendront en Algérie chargés de propane au lieu de retourner à vide. L’Algérie compte aussi tirer profit du projet du pipeline Sumed (Suez-Mediterranean pipeline) qui permet d’acheminer le brut de ses actionnaires (Arabie saoudite, Qatar, Emirats arabes unis, Egypte) d’atteindre la Méditerranée. L’ambition de l’Algérie est de pouvoir acheminer le brut algérien dans le sens inverse de Sumed et de permettre de recharger les tankers algériens qui alimentent le marché asiatique, sans avoir à faire le tour de l’Afrique.


Par Fayçal Saouli , El Watan

hben
11/12/2009, 15h41
profitant du voyage des GPLiers algériens pour l’exportation de GPL. Les navires de transport de GPL reviendront en Algérie chargés de propane au lieu de retourner à vide. L’Algérie compte aussi tirer profit du projet du pipeline Sumed (Suez-Mediterranean pipeline) qui permet d’acheminer le brut de ses actionnaires (Arabie saoudite, Qatar, Emirats arabes unis, Egypte) d’atteindre la Méditerranée. L’ambition de l’Algérie est de pouvoir acheminer le brut algérien dans le sens inverse de Sumed et de permettre de recharger les tankers algériens qui alimentent le marché asiatique, sans avoir à faire le tour de l’Afrique.

Ben alors! l'est-y pas malin notre ministre off-shore!???

ayoub7
11/12/2009, 18h20
Ah ben on comprend le pourquoi de la diplomatie des toutous maintenant.

houari16
11/12/2009, 20h11
posté par ayoub 7

Ah ben on comprend le pourquoi de la diplomatie des toutous maintenant

les toutous qui vocifèrent pour rien !!! et ne gagneront rien en politique !


pour ta gouverne : la politique et l économie ça fait deux ...

le cas régional Maroc / Algerie , le courant politique ne passe pas , l échange economique y est ....pas autant que desire le Maroc :redface: ?

okba30
12/12/2009, 01h38
l’Algérie vend à l’Egypte actuellement des quantités importantes de GPLÇa laisse perplexe, l'Égypte vend son propre gaz ...

Mais à par ça, il est évident que les deux parties ont des intérêts réciproques. l'Égypte par sa position géographique (Canal de Suez ) et l'Algérie pour acheminer ses richesses et offrir ses services de transport.
Quelle tierce partie a mis son grain de sel et voulut éclater ce partenariat à l'occasion d'un vulgaire match de foot !
Pourquoi la zizanie a pris cette envergure et s'est transformée en mésentente politique ?
Y a t-il un troisième joueur qui a fomenté tout ça, ou c'est juste de la stupidité made in Arabia !
Dans nos contrées quand les richesses ne sont pas partagées toutes les supputations et hypothèses sont permises.

Adama
12/12/2009, 05h04
Se qu’il y a de tout à fait remarquable avec le gaz liquéfié, et bien s’est qu’il remet tous les conteurs énergétiques géopolitiques du monde entier de nouveau totalement à zéro. De manière assez terrifiante pour qu’enfin de compte, la secrétaire aux affaires étrangères Américaines Hillary Clinton dise il y a moins de 1 ans et demi de cela: « Non ! Ca ne va pas de nouveau recommencer. Il en est hors de question. »
Oui ! Un OPEP du Gaz fait de seulement 4 pays qui contrôlent à eux seuls 47 % des réserves mondiales contre 14 pays avec 43 % pour le pétrole. Effectivement s’est très, très paniquant. Et je vous le donne en mille, chose incroyable, l’Algérie est un de ces quatre principaux pays de réserves gazier.
C’est fabuleux, lorsque ce gaz est refroidi à une température d’environ -161 degrés Celsius à la pression atmosphérique. Il se condense est devient par quel étrange magie à l’état liquide. Alors il peut tout d’un coup être emmener aux quatre coins du monde par transporteur méthanier sur les vastes océans. Cela ne vous rappelle rien ?
Fini les chantages du genre: « Si tu veux qu’il passe par chez moi. Alors tu payes et je me sers aussi, si je veux ! ». Les aussi : « Si tu m’embêtes ou t’es pas gentils avec moi ! Et bien je ferme le robinet à ton copain ! ». Les également : « Comme tu peux pas lui vendre à lui parce que s’est beaucoup trop loin pour toi, et bien t’es obligé de me le vendre à moi. Et puisque tu n’as pas d’autre choix. Et bien tu devras ne pas me le faire cher aussi ». Ces gens sont vraiment trop méchants n’est ce pas ?
Quand on sait que rien que le Qatar à lui seul dispose du plus grand gisement de gaz du monde, le North Dome, encore peu exploité (au rythme d'extraction actuel, il tiendrait plus de 500 ans).

Mais plus prosaïquement, il est inutile d’aller dans de tel raisonnement aussi tourmenter intellectuellement. Prenons le plutôt comme il se doit. Par une méthode freudienne.
Un match de foot n’est-il pas en fin de compte par transfert, que des spermatozoïdes homo sapiens courant avec une baudruche rempli d’aire, observer par d’autres centaines de millions de spermatozoïdes voulant tous atteindre l’Ovule de la cage au but. Zut alors ! Y a du boulot ! En 3 millions d’années, on n’a toujours pas évolué.

MOH24
12/12/2009, 06h43
sera de 10 millions de dollars et non de 15 milliards de dollars comme rapporté par certains médias

Y a quand même une sacré différence!

Ah ben on comprend le pourquoi de la diplomatie des toutous maintenant.

On aide le front polisario, on manipuleraient Haidar et le maroc veut l'ouverture des frontière! C'est tout de même l'hôpital qui se fout de la charité!

Adama
14/12/2009, 16h44
Exxon mise sur le gaz en rachetant XTO 41 milliards de dollars

Publié le 14/12/2009 à 17:12

Exxon Mobil a conclu le rachat de XTO Energy, l'un des plus gros producteurs américains de gaz naturel, pour 41 milliards de dollars (28 milliards d'euros) dettes comprises, un montant payable intégralement en actions, ont annoncé lundi les deux sociétés.

Exxon parie sur la croissance de la part du gaz dans la consommation d'énergie aux Etats-Unis, premier marché du monde.

Cette opération nourrit les spéculations sur l'imminence d'une nouvelle vague de consolidation dans le secteur de l'énergie, des entreprises disposant de capitaux abondants comme Exxon étant en mesure de prendre le contrôle d'acteurs plus petits.

"Il y aura davantage d'opérations de ce type, et elles rendront l'industrie plus résistante à la volatilité des prix du gaz", a déclaré Fadel Gheit, analyste chez Oppenheimer & Co.

Vers 15h40 GMT, l'indice SPDR Energy gagnait 1,1% tandis que Chesapeake Energy et Devon Energy, deux sociétés considérées comme des proies potentielles prenaient respectivement 6,25% et 5,2%.

Au même moment, XTO gagnait 15,67% et Exxon cédait 3,9%.

Le montant de l'accord conclu par Exxon et XTO inclut 10 milliards de dollars de dettes de ce dernier; il prévoit qu'Exxon émettra 0,7098 action nouvelle par titre XTO. Cette parité représente une prime de 25% environ par rapport au cours de clôture de XTO vendredi.

XTO est l'un des principaux acteurs du marché de l'exploration-production de gisements de gaz non conventionnels, plus difficiles et plus coûteux à exploiter que les ressources traditionnelles mais considérés comme offrant un potentiel considérable pour les Etats-Unis.

"Le gaz naturel s'échange à un prix historiquement bas. Exxon fait un pari sur le gaz, et si d'autres acteurs font la même analyse, nous pourrions assister à d'autres opérations de ce type (...)", a déclaré Tom Schrader de Stifel Nicolaus Capital Markets.

Les prix du gaz naturel aux Etats-Unis ont reculé ces derniers mois en raison du niveau record des stocks de carburants, mais ils ont commencé à remonter au cours des dernières semaines avec la baisse des températures.
Rex Tillerson, le directeur général d'Exxon Mobil, a déclaré dans le cadre d'une conférence téléphonique que le rachat de XTO allait faire augmenter les ressources totales du groupe de 10%.

Il a ajouté que l'opération n'aurait pas d'impact sur les investissements qu'Exxon a prévu de faire au Ghana.

Matt Daily, version française Marc Angrand et Sonia Manueco

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !..............Ah !
Il y a de quoi rire jaune. Visiblement, certains préparent déjà leurs couteaux.

Adama 12/12/2009 06h04


Se qu’il y a de tout à fait remarquable avec le gaz liquéfié, et bien s’est qu’il remet tous les conteurs énergétiques géopolitiques du monde entier de nouveau totalement à zéro. De manière assez terrifiante pour qu’enfin de compte, la secrétaire aux affaires étrangères Américaines Hillary Clinton dise il y a moins de 1 ans et demi de cela: « Non ! Ca ne va pas de nouveau recommencer. Il en est hors de question. »
Oui ! Un OPEP du Gaz fait de seulement 4 pays qui contrôlent à eux seuls 47 % des réserves mondiales contre 14 pays avec 43 % pour le pétrole. Effectivement s’est très, très paniquant. Et je vous le donne en mille, chose incroyable, l’Algérie est un de ces quatre principaux pays de réserves gazier.
C’est fabuleux, lorsque ce gaz est refroidi à une température d’environ -161 degrés Celsius à la pression atmosphérique. Il se condense est devient par quel étrange magie à l’état liquide. Alors il peut tout d’un coup être emmener aux quatre coins du monde par transporteur méthanier sur les vastes océans. Cela ne vous rappelle rien ?
Fini les chantages du genre: « Si tu veux qu’il passe par chez moi. Alors tu payes et je me sers aussi, si je veux ! ». Les aussi : « Si tu m’embêtes ou t’es pas gentils avec moi ! Et bien je ferme le robinet à ton copain ! ». Les également : « Comme tu peux pas lui vendre à lui parce que s’est beaucoup trop loin pour toi, et bien t’es obligé de me le vendre à moi. Et puisque tu n’as pas d’autre choix. Et bien tu devras ne pas me le faire cher aussi ». Ces gens sont vraiment trop méchants n’est ce pas ?
Quand on sait que rien que le Qatar à lui seul dispose du plus grand gisement de gaz du monde, le North Dome, encore peu exploité (au rythme d'extraction actuel, il tiendrait plus de 500 ans).

djamal 2008
14/12/2009, 17h04
Primo, cet idiot de Khellil n'aurait jamais dû se rendre au Caire alors que leur ambassadeur à Alger est rappelé. Grave comme erreur en diplomatie. But, les intérêts des yankees prime avant tout, et, du coup, ceux de Israël qui a besoin de gaz, c'est-à-dire que c'est nous, en fait, qui fournissons les sionistes en énergie et qui, à leur tour, impose un embargo sur Ghaza sur la même source d'énergie pendant la période de l'hiver, bravo Mr Khellil, qui rappelons-le est citoyen américain.

Cookies