PDA

Voir la version complète : Le virage protectionniste de l'Algérie


morjane
11/12/2009, 15h56
Motivé par un désir d’accompagner les entreprises locales et d’alléger la très lourde facture des importations, le gouvernement en Algérie a entrepris dernièrement une série de réformes et de réglementations, alors que son économie vient de se voir déclasser de deux places par le rapport Doing Business, passant ainsi à la 136e position sur 183.

L'Algérie n’occupe d’ailleurs que la 89e place sur 133 économies dans le Global Competitiveness Report, publié par le Forum Economique Mondial. Ces réformes vont-elles améliorer la situation des entreprises algériennes qui ont de plus en plus de mal à faire face à la concurrence des entreprises étrangères, d’un côté et à un marché informel grandissant de l’autre ? Même si les indicateurs cités ci-dessus sont loin d’être parfaits, les problèmes sont bel et bien réels.

En témoigne l’état du tissu économique algérien dressé de manière unanime par les chefs d’entreprises algériennes réunis au cours d’un forum à Alger en septembre dernier et qui vient confirmer la tendance de ces indicateurs. Ainsi, à côté des difficultés de financement, résultant notamment d’un système bancaire archaïque et déphasé, les opérateurs sont contraints d’évoluer dans un environnement bureaucratique étouffant et inefficace qui, couplé aux phénomènes de corruption gangrenant toutes les sphères de la société algérienne, empêchent tout développement des entreprises.

L’Algérie vient d’ailleurs d’être aussi classée de la 92e à la 111e place sur 180 pays dans le tout nouveau rapport de Transparency International, publiant l’indice de perception de la corruption. Il est clair que dans de telles conditions, les entreprises auront du mal, non seulement à rivaliser avec les entreprises étrangères, mais également à faire face à des marchés informels grandissants résultant directement de réglementations irrationnelles qui forment de vraies barrières à l’activité formelle. Cette informalité forcée freine le développement économique et empêche ainsi de s’armer contre la concurrence étrangère : les entreprises ne peuvent se développer dans l’informel. Justifiant sa décision par un souhait d’augmenter la participation des entreprises locales dans l’économie et réduire la facture des importations, le gouvernement algérien a cru bon de répondre avec une nouvelle vague de « réformes » et de réglementations. Mais en regardant de plus près la loi de finances complémentaire 2009, on peut facilement qualifier ces nouvelles dispositions de suicidaires, car loin de stimuler les acteurs locaux et d’attirer de nouveaux partenaires, elles ne feront que décourager voir tuer toute nouvelle initiative.

En effet, tous les investissements étrangers à venir doivent être effectués en association avec un actionnariat algérien dont la part s’élèverait à 51%. Sachant que les entreprises locales ont des difficultés à se financer, cette règle va sans doute étouffer de nombreux partenariats dans l’œuf. Il est également établi dans cette mesure que tout projet d’investissement direct étranger doit d’abord être approuvé par le Conseil national de l’investissement, rajoutant ainsi une couche de bureaucratie. Comme les structures pour traiter tous les dossiers manquent, cela renforcera seulement la corruption. De plus, l’augmentation de capitaux par le biais de partenariats doit découler d’une décision des services nationaux. C’est par ailleurs une mesure d’ingérence dans les affaires privées des entreprises, car seules elles ont la capacité de savoir quels seront leurs meilleurs partenaires. Les entreprises étrangères, notamment les sociétés d’importations, doivent avoir un minimum de 30% de participations locales dans leur capital. Enfin, les paiements des importations doivent être garantis par une lettre de crédit. Ce qui aura pour effet d’augmenter les coûts de transaction avec l’étranger déjà très élevés.

Ainsi, il devient clair qu’au lieu de libérer l’initiative économique, le gouvernement algérien est en train de la restreindre en bureaucratisant la décision d’investir. Vouloir limiter la participation étrangère dans l’économie nationale en pensant que les acteurs locaux prendront le relais alors que la facilité à faire des affaires n’est pas permise, n’est pas une solution durable, ni pour les entreprises locales, ni pour les consommateurs. Ce type de mesures a déjà montré ses limites par le passé. (...) Ce retour à un nationalisme économique empêchera la remise à niveau de l’appareil productif et la diversification des investissements en Algérie, ce qui accroîtra la dépendance de cette dernière à son pétrole et à son gaz et l’enfermera durablement dans la malédiction des ressources naturelles. (...) Brandir l’argument de souveraineté nationale est populiste et ne peut qu’aggraver la situation et compromettre tout développement pérenne de l’Algérie.

Par Youcef Maouchi , Analyste, El Watan

ayoub7
11/12/2009, 16h20
Ainsi, il devient clair qu’au lieu de libérer l’initiative économique, le gouvernement algérien est en train de la restreindre en bureaucratisant la décision d’investir. Vouloir limiter la participation étrangère dans l’économie nationale en pensant que les acteurs locaux prendront le relais alors que la facilité à faire des affaires n’est pas permise, n’est pas une solution durable, ni pour les entreprises locales, ni pour les consommateurs. Ce type de mesures a déjà montré ses limites par le passé. (...)

Elementaire mon cher Watson.

MOH24
12/12/2009, 07h50
vient de se voir déclasser de deux places par le rapport Doing Business, passant ainsi à la 136e position sur 183.

Y a pas un problème?

Cookies