PDA

Voir la version complète : Chute importante des transactions en 2009


Zacmako
13/12/2009, 08h16
Impact de la crise financière mondiale sur le marché immobilier national
Chute importante des transactions en 2009

Les transactions immobilières ont chuté de 80% en 2009. Les prix des villas et des appartements à la vente et à la location ont baissé respectivement de 40 et 30%. La tendance se poursuivra, selon la Fédération nationale des agences immobilières, mais sans que le marché se stabilise sur la valeur réelle des biens, exagérément surévalués.

La crise financière a affecté, en premier lieu, le marché de l’immobilier international. Dans tous les pays, les prix des appartements et des villas ont diminué considérablement en 2008 et 2009. Les experts prévoient la poursuite de la tendance baissière jusqu’à 2011, au moins.
Pourtant, les prix des biens immobiliers, en Algérie, semblent se maintenir à des cimes très élevées. Un coup d’œil rapide dans la rubrique des petites annonces des journaux nationaux montre la face apparente d’un secteur où la spéculation est érigée en mot d’ordre. Les prix des F3 varient entre 6 millions et plus 10 millions de dinars. Les F4 et F5 sont proposés à plus de deux milliards de centimes. Les prix des maisons individuelles s’envolent à partir de 10 milliards de centimes. “Les prix affichés dans les annonces de journaux ne sont pas les vrais prix de vente. Les biens sont cédés, finalement, à 30 ou 40% moins cher” soutient Hakim Aouidat, vice-président de la Fédération nationale des agences immobilières. Il précise, néanmoins, que ce n’est point là uniquement une incidence de la déstabilisation du système financier international.
Le marché immobilier algérien est régi par des paramètres qui ne s’assimilent souvent pas aux règles économiques. “De 2003 à 2008, les prix ont triplé. Pourquoi ? Personne ne pourra le dire, sauf que la folie des prix a été induite par un marché livré à lui-même pendant la période du terrorisme”, poursuit notre interlocuteur. Pendant ces années-là, est apparue une catégorie d’acheteurs qui a fait grimper démesurément les valeurs des transactions immobilières. On achetait à n’importe quel prix, à telle enseigne que ce phénomène a suscité une grosse présomption sur l’existence d’une filière de blanchiment d’argent sale dans l’immobilier. Une thèse qu’il est certes difficile de corroborer sans preuves probantes.
Liberté

Zacmako
13/12/2009, 08h20
Les prix des villas et des appartements à la vente et à la location ont baissé respectivement de 40 et 30%. La tendance se poursuivra, selon la Fédération nationale des agences immobilières,
Pourtant, les prix des biens immobiliers, en Algérie, semblent se maintenir à des cimes très élevéesFaudrait savoir, monsieur le journaliste !
Ceci dit, je me demande si vous vivez en Algérie, monsieur le journaliste. L'immobilier en Algérie, n'a jamais entendu parler de crise et les prix n'ont jamais cessé d'augmenter !

Cookies