PDA

Voir la version complète : Tanger: Les touristes nationaux sauvent la mise


alien
14/12/2009, 17h20
http://www.leconomiste.com/upload/article/30_97381.jpg · 6% de croissance en octobre 2009

· La fin d’année, principal objectif des hôteliers


Les hôteliers de la ville de Tanger se frottent les mains. Après un premier semestre assez morne, les derniers mois portent de bonnes nouvelles pour le secteur touristique de la ville. Octobre représente le deuxième mois successif de croissance des nuitées en 2009. Par rapport à la même période de 2008, ce mois a enregistré 6% de plus en nuitées, alors que septembre a enregistré 16%.
La dynamique ainsi enclenchée, réussira-t-elle à sauver le cru 2009 ? Il est permis d’en douter. Malgré cet honorable score, les 10 premiers mois de 2009 continuent d’être en régression par rapport aux réalisations sur la même période de 2008 avec 6%.
Par contre, le taux d’occupation commence à grimper avec quatre points supplémentaires en octobre, passant à 58%, loin encore des scores réalisés en 2007.

Le marché domestique des résidents est le principal facteur derrière cette augmentation avec 11%, celui des non-résidents n’a fait qu’une timide croissance de 3%. Le marché espagnol continue de trôner en tête des non-résidents. Il en constitue la plus grande part, soit près de 40% du volume des nuitées, avec, pour le seul mois d’octobre, une honorable progression de 16%.

Ces deux marchés ont été encouragés par la relative clémence du climat en octobre à Tanger avec des températures printanières.
En chiffres cumulés, cette croissance ne permet pas de redresser la situation et le marché espagnol affiche sur les dix premiers mois une chute de 3%.

Par catégorie d’hôtel, les 3 étoiles ont réussi à tirer leur épingle du jeu en affichant une croissance de 16%, ce qui semble cohérent vu qu’ils sont les plus prisés par les touristes nationaux, selon un opérateur. Mais les vrais outsiders restent les hôtels «une étoile». Ces derniers ont vu leur fréquentation augmenter de 21% depuis le début de l’année, avec 31% pour le seul mois d’octobre. Crise aidant, les prix pratiqués par ces hôtels semblent avoir servi d’attrait et encouragé bon nombre de visiteurs à changer de catégorie d’hôtel.

L’objectif des hôteliers et des opérateurs est maintenant fixé sur les fêtes de fin d’année. Il s’agit de ratisser large cette année et de veiller à assurer un important chiffre d’affaires, d’autant que c’est la dernière occasion de redresser la barre en 2009.

De notre correspondant, Ali ABJIOU L'economiste

Cookies