PDA

Voir la version complète : La Fédération algérienne de spéléologie est née à Timeghras


morjane
15/12/2009, 13h50
Le village Timeghras, dans la commune de Aït Boumahdi (Ouacifs), à quelque 60 km au sud -est de la wilaya de Tizi-Ouzou, à été choisi par les amoureux de la montagne et les spécialistes de la spéléologie pour se rencontrer, l’espace de deux journées (les 11 et 12 décembre) afin de concrétiser un rêve qui date des années 1940.

C’est la création de la Fédération algérienne de spéléologie (FAS). Le choix de la date et du lieu n’a pas été un caprice du hasard ou un simple concours de circonstance, mais une option bien réfléchie par les initiateurs de cet important évènement, comme l’a souligné Mohamed Bélaoud, un spéléologue qui a fondé le premier club de spéléologie de Boufarik (Blida) au début des années 1980.Le 11 décembre, célébrant la Journée mondiale de la montagne, a été retenu comme date de mise sur pied de cette fédération.

Le Djurdjura est considéré par les spéléologues comme «la Mecque de la spéléologie alpine». Les montagnes, atteignant les 2 000 m d’altitude, abritent des gouffres les plus importants d’Algérie et même d’Afrique comme l’Anou Bouswel avec ses 800 m de profondeur ou le gouffre du Léopard, le plus important d’Afrique, avec une profondeur de 1150 m.

Et pour joindre l’utile à l’agréable, les habitants de Timeghras se sont mobilisés autour de leur comité de village, sous la houlette de son président Salem et le P/APC Haroune, pour concocter un programme dédié à la montagne et les activités en rapport avec la spéléologie, l’environnement, le tourisme et les sports de montagne.

Plusieurs délégations, représentant les clubs de spéléologie ou des associations en rapport, ont participé à ce rendez- vous et sont venues des quatre coins du pays : Alger, Boufarik, Béjaïa, Bouira, Constantine, Khemis-miliana, Ghardaïa, Tipasa, Bouzeguène, Beni Yenni... Des expositions, des visites guidées à travers le village, des randonnées pédestres, ainsi que des conférences ont été organisées tout au long de ces deux journées où les participants et les invités ont été chaleureusement pris en charge par les habitants du village qui les ont accueillis et hébergés avec toute l’hospitalité qui caractérise les gens de la montagne. Une visite spéléo vers Ifri semdha (la grotte froide), située sous «la main du juif», a émerveillé les invités.

C’est en fin de soirée de vendredi que les travaux de préparation des assises de la Fédération algérienne de spéléologie ont eu lieu. Après des débats et des exposés autour de l’historique de la spéléologie et des différentes étapes qui l’ont marquée depuis les années 1940, les différents intervenants ont tous convergé vers la nécessité de «fédérer les énergies et de coordonner les différents clubs et associations qui attendent depuis longtemps cette occasion», a expliqué M. Bélaoud. M. Belahouel Rédha, un spéléologue et spécialiste de la plongée souterraine, a noté, pour sa part, que la spéléologie est différente des sports de montagne, puisque «le spéléologue utilise une corde statique et l’alpiniste une corde dynamique. Le premier travaille la nuit (souterrain), le deuxième a besoin du grand jour et, enfin, quand le spéléologue descend vers les profondeurs, l’alpiniste, lui, prend de l’altitude en escaladant vers les sommets», qualifiant, au passage, le spéléologue «d’homme des cavernes des temps modernes».

Après ces précisions, les membres fondateurs ont plébiscité à l’unanimité Mohamed Belaoud président de la nouvelle fédération. Quant à M. Boughedou Mohamed, âgé de 81 ans, de Khemis- Miliana et doyen des spéléologues algériens, lequel active depuis les années 1940, a été désigné président d’honneur de cette fédération. La FAS qui se veut, selon ses initiateurs, sportive et scientifique, aura pour objectif le développement de cette discipline et la création de clubs et pour vocation la formation, l’exploration et la mise en valeur des potentialités de nos montagnes en matière de richesses hydriques, touristiques, minières et autres.

C’est ainsi qu’elle se propose d’être un partenaire actif pour plusieurs départements ministériels dont l’environnement pour la protection de la montagne, la culture, le tourisme, l’intérieur, l’enseignement et la recherche scientifique, l’industrie et les mines, et bien d’autres secteurs.

La cérémonie de clôture, qui a été présidée par le P/APC de Aït Boumahdi, s’est déroulée autour d’une wâada offerte par le village à tous les invités qui, avant de quitter le site du Djurdjura central, se sont donnés rendez-vous dans trois mois à Timeghras, au siège de la Fédération algérienne de spéléologie, pour un premier point de situation.

Par Le Soir

Cookies