PDA

Voir la version complète : Le Mythe de la caverne


baudelaire
18/04/2003, 17h34
ce recit est tiré de la republique de platon livre VII...


I. Analyse de la condition humaine

" Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête ; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux. "

II L ‘ascension dialectique

" Considère maintenant ce qui leur arrivera naturellement si on les délivre de leurs chaînes et qu’on les guérisse de leur ignorance. Qu’on détache l’un de ces prisonniers, qu’on le force à se dresser vers la lumière ; en faisant tout cela, il souffrira, et l’éblouissement l’empêchera de distinguer ces objets dont tout à l’heure il voyait les ombres. [ …] Et si on l’arrache de sa caverne par force, qu’on lui fasse gravir la montée rude et escarpée, et qu’on ne le lâche pas avant de l’avoir traîné jusqu’à la lumière du soleil, ne souffrira-t-il pas vivement, et ne se plaindra-t-il pas de ces violences ? […] Après cela, il en viendra à conclure au sujet du soleil, que c’est lui qui fait les saisons et les années. "


III. La mission sociale du philosophe


" Se souvenant de sa première demeure, de la sagesse que l’on y professe, et de ceux qui y furent ses compagnons de captivité, ne crois-tu pas qu’il se réjouira du changement et plaindra ces derniers ? […] Et s’ils se décernaient entre eux honneurs et louanges, s’ils avaient des récompenses pour ceux qui saisissaient de l’œil le plus vif le passage des ombres, …, penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions ? Ou bien comme le héros d’Homère, ne préférera-t-il pas mille fois être un valet de charrue, au service d’un pauvre laboureur, souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions et de vivre comme il vivait ! Il préférera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon là. "


Conclusion

Dans ce mythe, Platon dénonce l’inertie mentale qui nous maintient prisonnier des semblants. L’éducation (sens étymologique : conduire quelqu’un en dehors) est nécessaire. Mais celle-ci s’apparente à une véritable conversion qui exige des efforts continus pour s’approcher de la vérité. L’homme d’élite devra à son tour devenir conducteur d’hommes, et essayera de réaliser dans le monde sensible ce qu’il a vu dans le monde des Idées.

Chers
J'ai le regret de vous anoncer que ceci est mon dernier mail
ce fut un plaisir de vous avoir connu
adieu.

Mes respects anakin

morjane
18/04/2003, 18h14
Tout le plaisir était pour nous,pour moi qui ai adoré te lire.Sois heureux et merci d'être venus.Si la nostalgie te reprend,tu connais le chemin,tu seras toujours le bienvenue ici!
Merci pour ta magie des mots.

Cookies