PDA

Voir la version complète : Des sous-marins russes pour l’Algérie


morjane
18/01/2006, 14h16
L'Algérie a l'intention de moderniser sa marine nationale et voulait se diversifier en achetant à la France ou aux Etats-Unis seulement sachant que Moscou est le premier fournisseur d'armement pour l'Algérie , elle est tributaire de Moscou pour toutes les pièces détachés, la maintenance , les mises à niveau des pilotes etant donné que 80% de son équipement militaire est Russe, ce qui explique les sous marins seront russes.
D'un autre coté , Poutine veut se raprocher du Magreb et entend bien lors de sa prochaine visite en Algérie tisser de solides relations avec l'Algérie.

====

Des sources militaires russes indiquent que l’Algérie voudrait que la Russie améliore ses sous-marins de la classe Kilo et des navires de surface de la marine algérienne. Elles ajoutent que ces améliorations pourraient être l’un des projets de modernisation de la marine algérienne mis en place par Moscou.
Le projet de sous-marin aurait été un des points majeurs de la récente visite en Russie du chef d’état-major algérien, le général Salah Qaïd. Lors de sa visite de mai 2005, Qaïd a discuté d’un éventail de fournitures militaires, dont environ 50 MIG29STM.

A la fin des années 1980, l’Algérie avait acheté à Moscou 2 sous-marins de la classe Kilo, projet 877EKM. Les sous-marins, d’une longueur de 78,3 mètres pour un déplacement de 3 076 tonnes, pourraient être armés de 6 torpilles de 533 mm ou de 24 mines.

Ce nouveau resserrement des liens militaires algéro-russes intervient à la veille d’une visite d’Etat de Vladimir Poutine en Algérie, et on prévoit avant la mi-février 2006 cette importante visite d’Etat qui durera trois jours.
L’information, annoncée il y a plusieurs jours par la presse moscovite, confirme celle déjà donnée par l’ambassadeur de Russie en Algérie, il y a près d’un mois.

Poutine, qui répond à l’invitation de Bouteflika, aura à coeur de replacer la Russie dans sa véritable place d’allié traditionnel et central de l’Algérie. Jusqu’en 1990, c’était Moscou qui s’occupait d’équiper les armées algériennes et de former des officiers militaires de haut niveau. La période de «flottement» comprise entre 1990 et 2002, avait relégué les relations bilatérales entre Alger et Moscou à une révision totale de leur politique de coopération.

En fait, et pour des raisons stratégiques, autant que politiques et économiques, Moscou et Alger marquaient un long temps d’arrêt. La Russie, après l’éclatement de l’Union des républiques soviétiques, se retrouva à nu, et hormis ses grandes capacités militaires et ses énormes ressources énergétiques, est obligée de se refaire à zéro.

A partir de là, Moscou se concentre surtout à récupérer ses créances auprès des pays amis, dont l’Algérie qui devait à Moscou plusieurs centaines de millions de dollars. Certaines sources estimaient fin 2002, à 1,5 milliard de dollars la dette algérienne auprès de ses fournisseurs d’armes et d’équipements russes. Alger, de son côté, voulait diversifier son armement, et se tourna de fait vers la France et les Etats-Unis, devenus ses deux principaux partenaires. Depuis les événements du 11 septembre notamment, Washington resserre ses liens avec Alger et consent à lui fournir de nouveaux armements et autres équipements militaires.

Mais Alger a dû finalement relativiser son intérêt pour les autres pays occidentaux. Equipée à 80% par l’armement russe, l’armée algérienne a encore besoin d’une coopération militaire, notamment en matière de maintenance des équipements et de formation d’officiers (pilotes de MIG, parachutistes, etc.)

Cette exigence est d’autant plus réelle que, en fait, l’armement russe, présenté par l’Occident comme vieilli et largement suranné, n’a jamais cessé d’être transformé par les experts et techniciens russes, de sorte qu’il représente, en réalité un armement qui fait concurrence à ce qui existe de meilleur sur le marché du commerce de l’armement militaire.

D’un autre côté, les élites formées dans les écoles militaires soviétiques, occupent aujourd’hui de hautes fonctions dans la chaîne de commandement de l’ANP et entretiennent les meilleures relations qui soient avec leurs homologues russes. Le rapprochement se fera, donc, sur la base d’une longue tradition d’amitié perturbée à partir de la perestroïka russe et de l’entrée par l’Algérie dans une décennie de graves turbulences politiques (1989-1999). D’autant plus que Moscou veut, cette fois-ci, non pas récupérer son argent, mais investir en Algérie et pénétrer en force le marché local.
Allié traditionnel de l’Algérie depuis l’indépendance, Moscou cherche aussi à s’insinuer dans le Maghreb via l’Algérie.

Les participations de l’Algérie aux exercices conjoints menés avec les forces multinationales de l’Otan ont été mal perçues d’abord par la Russie qui a estimé que la désintégration du pacte de Varsovie devait nécessairement rendre le Nato dépassé.

Par la suite, les exigences économiques, qui sont devenues l’axe central de la politique russe, ont pris le pas sur les alliances stratégiques ou idéologiques, de telle sorte que lorsque Vladimir Poutine foulera le sol algérien dans un mois, il sera accompagné par une équipe importante dont la mission principale sera de faire en sorte que les échanges commerciaux soient plus denses et plus importants, pour s’inscrire pour la première fois, en dehors de la vente de l’armement militaire.

Par l'expression

Cookies