PDA

Voir la version complète : Les enseignements d’un combat


Ahmadov
19/12/2009, 01h29
Les enseignements d’un combat

Aminatou Haider a eu raison du Maroc, avec ou sans l’intervention de la France. D’ailleurs, imaginez que Sarkozy ait fait pression sur le roi chérifien par souci humanitaire, serait insulter sa bonne intelligence politique. En intervenant, s’il a intervenu, c’est uniquement pour sauver son ami le roi du guêpier dans lequel ils s’était fourré lui-même, lorsqu’il a décidé de défier une femme héroïque de la trempe de Aminatou. Manifestement, le bon roi voisin a agi comme il a l’habitude d’agir avec tous ses sujets : l’arbitraire du monarque de droit divin lui servant de pulsion. Sauf que Aminatou ne se considère pas comme son sujet, voilà le problème. Alors, il a beau eu gesticuler avec ses ministres, menacer l’Algérie et le Polisario, comme à son habitude, et accuser Aminatou de tous les noms d’oiseaux, cela n’a pas fonctionné. Il a donc fait marche arrière, et il a bien fait pour une fois. Aminatou est encore vivante.

Que se serait-il passé, si par malheur (pour elle et pour le régime marocain), elle serait morte ? Oui, Sarkozy a bien évité à son ami, la pire des hypothèses. Pour autant, cette affaire est-elle terminée ? Le roi, et sa politique désastreuse d’occupation d’un pays tiers (le Sahara occidental), tireraient-ils les enseignements qu’il faut de cette histoire, c’est-à-dire céder à la volonté d’un peuple déterminé à arracher son indépendance ? Rien n’est moins sûr. Un combat exemplaire a été livré et gagné par les Sahraouis, il reste maintenant à le poursuivre jusqu’au bout.

Aux yeux de l’opinion internationale, tout le Maroc a été sali par cette affaire. Il a montré aux yeux du monde sa véritable nature et, dé-sormais, nul n’ignore que les Sahraouis, au visage de Aminatou, refusent sa grossière manœuvre d’autonomie élargie. Il s’empressera bien entendu d’effacer les stigmates de sa défaite et de se refaire une beauté pour continuer à attirer les touristes chez lui ainsi que les sympathies habituelles que certains pays et lobbies lui manifestent généralement – inutiles de les nommer, ils sont connus. Cela devra lui prendre du temps, et le combat de centaines de milliers d’Aminatou, pour la plupart anonymes, ne cessera pas, comme par enchantement, avec la fin de la grève de l’héroïne. Tant qu’il n’aura pas reconnu la justesse du combat mené par le Polisario, et qu’il ne lui aura pas imaginé une solution satisfaisante dans un cadre bilatéral (voire régional), le Maroc va au-devant de graves déconvenues. Personne ne lui souhaite de s’empêtrer dans ce conflit qui n’est bon pour aucun pays. Mais s’il croit pouvoir reproduire indéfiniment la même politique annexionniste dans le mépris des lois internationale et des peuples, alors c’est sa responsabilité, et seulement elle, qui est engagée.

A.K
Le Jour d'Algérie du 19/ 12/ 2009

iskra
19/12/2009, 01h31
Fantastique Madame Haïdar! Elle venge Medhi Ben Braka!!!

Ahmadov
19/12/2009, 03h09
Fantastique Madame Haïdar! Elle venge Medhi Ben Braka!!!


Elle incarne à elle seule toute la lutte d'un peuple!

iskra
19/12/2009, 03h24
Tout à fait d'accord avec toi! Paris devrait lui dédier une place comme c'est le cas pour Medhi Ben Barka (au grand dam du Maroc!).

Argane
19/12/2009, 03h27
Paris vient de reconnaitre exactement le contraire de ce que prone aminatfou :lol:
Continue tu me fais rire iskra et t'es bien plus bavard qu'iska :mrgreen:

iskra
19/12/2009, 03h33
Rien compris! Paris aurait donc débaptisé la place dédié à Medhi Ben Barka le plus illustre Marocain de tous les temps?

Cookies