PDA

Voir la version complète : Lounès Gaouaoui: “J’aimerais revenir à la JSK”


DZone
21/12/2009, 00h03
Lounès Gaouaoui se confie à la Dépêche de Kabylie

“J’aimerais revenir à la JSK”

Le numéro 1 des Verts qui a tenu la dragée haute aux Pharaons égyptiens, Lounès Gaouaoui, a ouvert son cœur avant-hier à la Dépêche de Kabylie. Rencontré à Tizi-Ouzou en compagnie du président de l’association des amis et fans de la JSK, le portier des Guerriers du désert a bien voulu répondre à nos question. Il reviendra dans l’entretien qui suit, sur le grand moment vécu par le football national à... savoir la qualification au Mondial sud-africain. Il nous parlera de ses sentiments après ce qu’il a vécu avec ses camarades de l’EN au Caire puis à Khartoum au Soudan où il dit être toujours sous le charme d’un pays qui a ouvert ses bras aux Algériens. Lounès Gaouaoui reviendra aussi, sur l’actualité de son club de toujours la JSK, il dit d’ailleurs regretter l’absence du public des gradins du 1er-Novembre. Il parlera aussi de ses nouvelles, de la prochaine CAN, du Mondial et de tout autres sujets.

ll La Dépêche de Kabylie : Vous avez été honoré par le wali de Tizi-Ouzou, la semaine passée, quel était votre sentiment ?

Lounès Gaouaoui : Le geste du wali de Tizi-Ouzou m’a énormément ému. J’ai été effectivement invité au siège de la wilaya où une cérémonie a été organisée à notre honneur en présence des autorités locales. Cela m’a fait plaisir surtout quand cela vient du premier responsable de la wilaya qui m’a honoré par rapport à ce que j’ai apporté à l’équipe nationale et surtout ce que les Fennecs ont donné au pays.

ll En plus du wali et des autorités locales, la population vous a réservé un accueil triomphal...

Magnifique ! C’est le moins que l’on puisse dire sur l’accueil des gens de ma région et du peuple algérien dans son ensemble. Déjà au Soudan, nous avons vu les images du défilement dans les rues du pays diffusées à la télévision. Après le match tous sont sortis montrer leur joie après une qualification historique. Notre retour au pays a été aussi un grand moment d’émotions. Dès notre arrivée à l’aéroport d’Alger, nous avons été surpris de voir une marrée humaine nous attendre dehors. Ce sont des moments inoubliables que je n’ai jamais vécu.

ll Pour revenir aux deux “épisodes” de l’empoignade face aux Egyptiens, comment avez-vous vécu toute la pression qui entourait d’abord le match au Caire ?

Notre séjour au Caire a été un enfer. Nous avons traversé des moments très difficiles surtout que nous avons été sauvagement agressés, notre bus a été caillassé. Les Egyptiens ont exercé sur nous une terrible pression surtout avec le dispositif sécuritaire mobilisé autour de nous, au point de se croire dans un champ de bataille. Si pour nous, joueurs locaux sommes habitués à ce genre de pratique, les joueurs évoluant en Europe n’ont pas l’habitude de voir de telles choses, ils ont été choqués et j’avoue qu’on a été déstabilisés.
Cependant, nous avons fait en sorte de faire l’essentiel en jouant le match pour ne pas le perdre.

ll Cela n’a guère été le cas à Khartoum au Soudan...

Effectivement, dès notre arrivée à l’aéroport de Khartoum, on a senti que nous étions dans notre pays, tellement l’accueil était formidable et cela nous a rassurés.

ll Vous avez fait un grand match au Caire malheureusement pour vous, vous-avez écopé d’un second carton qui vous a empêché de jouer le second match, quel a été votre sentiment à ce moment-là ?

Sincèrement, au moment où j’ai écopé d’un carton, je n’ai pas pensé à l’après-match, car à ce moment nous étions toujours qualifiés à un score de 0 à 1. J’ai été plus concentré sur le match, toutefois au moment où nous avons encaissé le 2e but, je savais que je n’allais pas disputer le match d’appui. Naturellement, j’ai été triste surtout à cause de la défaite puisque à 30 secondes de la fin de la rencontre au Caire, on était en Coupe du monde. Par la suite, on a pris du repos, on s’est parlés entre joueurs aux vestiaires où nous avons repris des forces. Après une réflexion, nous nos sommes dits qu’il y a encore un coup à jouer que nos chances étaient toujours intactes, on s’est bien préparés moralement et Dieu merci nous avons pu arracher la qualification.

ll Le fait de voir votre remplaçant à Khartoum faire une grande prestation. Vous a-t-il fait plaisir ?

Le fait qu’il a fait un grand match mais surtout la qualification, nous a tous fait plaisir en tant qu’Algériens et joueurs de l’équipe nationale, je ne peut qu’être heureux après une bonne prestation d’un camarade. Chacun se fixe l’objectif de faire une bonne prestation, le plus important et que l’objectif de tous est la qualification au Mondial.

ll La liste des 23 joueurs qui prendront part à la prochaine Coupe d’Afrique des nations est connue. Comment voyez-vous les chances de l’EN dans cette compétition ?

Pour la prochaine CAN, l’équipe nationale sera dans le plan d’un Mondialiste, on sera attendus au tournant sur le terrain. Une certitude, nos adversaires rencontreront une grande équipe qui a une bonne ossature. Cela ne vas pas être facile car il s’agit quand même d’une phase finale de la Coupe d’Afrique, où évolueront les gros calibres du continent.

Nous auront le Mali avec ses joueurs évoluant dans des clubs européens, l’Angola, pays organisateur et le Malawi, le grand inconnu du groupe. On aura l’occasion de le voir lors de notre prochain stage en visionnant des vidéos de ses dernières rencontres.

ll Vous êtes donc optimistes ?

Absolument ? Certes ça sera difficile mais notre équipe aura des arguments à faire valoire. Le plus important c’est de passer le premier tour car après les choses ne seront pas les mêmes.

ll ... et juste après, Lounès Gaouaoui disputera son 1er Mondial...

Eh oui ! J’aurai le grand honneur de disputer un Mondial. Cela n’arrive pas chaque jour dans la carrière d’un footballeur, peut-être une fois dans la vie. C’est un grand moment, une grande joie. J’essaierai de donner le meilleur de moi-même pour servir mon pays.

ll Sur le plan personnel, vous avez été cité dans plusieurs clubs étrangers, peut-on avoir des détails sur vos contacts ?


Sincèrement, il y a des contacts, mais on verra bien après la CAN et le Mondial.

ll Vous êtes un ancien joueurs des Canaris, quel est le regard que vous portez sur l’actuelle JSK ?


Ecoutez, la JSK reste toujours la JSK, un grand club, dommage que ces derniers temps, l’équipe évolue sans public, presque à “huis clos”. Je pense qu’à mon avis, le public kabyle n’est pas habitué à voir la JSK jouer les seconds rôles. J’espère que les supporters reviendront au 1er-Novembre.

ll Peut-on vous voir revenir jouer à la JSK ?

Inchallah pourquoi pas. Si je suis sollicité bien sûr. J’ai fait mon école et mon apprentissage à la JSK pour qui je suis avant tout un supporter. Car avant d’être joueur je suis un enfant de la région. Oui j’aimerais bien revenir à la JSK et servir les couleurs jaune et vert.

ll On vous laisse le soin de conclure

Je vous remercie pour l’intérêt que vous me portez. Je remercie aussi le wali de Tizi-Ouzou et toute la population de la Kabylie. Inchallah, nous continuerons à faire plaisir et à donner de la joie à tout le peuple algérien.

La Dépêche de Kabylie

Cookies