PDA

Voir la version complète : Sport et santé: C’est une question de dosage


Thirga.ounevdhou
22/01/2006, 13h47
Comme tout dans la vie, le sport doit etre pratique avec moderation et respet,.... pour un corps sain. Le sport pratique et d’une facon permanente et vequilibree, peut protéger des maux et améliorer les défenses immunitaires. Mais on force notre organisme et on depasse certaines limites on le rend plus vulnérables aux infections.

=====
Sport et santé: une question de dosage
INDIANAPOLIS (AP) - En stimulant le système immunitaire, la pratique modérée de la course à pied, de la marche rapide ou du vélo pendant la saison hivernale peut protéger du rhume et de la grippe. A l'inverse, en fatigant l'organisme, trop de sport nous rend plus vulnérables aux infections, estiment les chercheurs.

"Les experts s'accordent à dire que 30 minutes d'exercice trois ou quatre fois par semaine, sont bénéfiques pour l'organisme", explique Michael Flynn, qui étudie les effets de l'exercice physique sur le système immunitaire à l'université Purdue dans l'Indiana.

"Une étude souligne que courir 16 km environ par semaine améliore les défenses immunitaires, mais qu'une course de 32 km, en revanche, augmente le risque d'infection".

"Il est prouvé que l'intensité d'un exercice prolongé supprime certains aspects du système immunitaire", ajoute Michael Flynn. "Mais si quelqu'un ne fait que des exercices de fitness, il résiste mieux aux maladies".

Ingrid Ozols Perdue, dermatologue de 50 ans qui court une dizaine de kilomètres par semaine, soulève des poids, fait du vélo, de la gymnastique Pilates et même occasionnellement du kickboxing en est convaincue, elle qui attribue sa bonne santé au régime sportif intensif qu'elle s'impose.

Pour David Nieman, directeur du Laboratoire de performance humaine à l'Université de Boone (Caroline du nord), et ancien président de la société internationale d'exercice immunologique, cette étude souligne que l'exercice modéré augmente la mise en circulation de cellules immunitaires, notamment celles provenant de la moelle épinière, des poumons et de la rate. Il permet un nettoyage de l'organisme en quelque sorte.

"Au bout du compte, les effets s'additionnent. C'est comme une femme de ménage qui viendrait chez vous une demi-heure par jour. Au bout d'un mois, votre maison a l'air beaucoup plus propre. Mais pour obtenir ce résultat, il faut que l'exercice soit pratiqué environ cinq fois par semaine", a ajouté David Nieman. En revanche, "un athlète qui court 100 km par semaine, multiplie par deux son risque d'être malade, comparé à celui qui court moins".

David Nieman recommande donc aux athlètes de haut niveau, les marathoniens notamment, qui s'entraînent à l'extérieur pendant l'hiver, de prendre certaines précautions: éviter le stress et les troubles du sommeil, manger équilibré, et se méfier des sources de contamination possible: ses propres mains qu'il faut laver fréquemment, et l'air confiné, dans les maisons ou dans les voitures.

En général, si les symptômes se situent au-dessus du cou, éternuements ou nez qui coule, notamment, il est possible de s'entraîner. En revanche c'est contre-indiqué en cas de fièvre, de frissons et de mal de tête. Flynn estime même qu'un athlète ne doit pas s'entraîner s'il présente un symptôme quelconque. "Le problème, ajoute-t-il, c'est que je n'en connais pas un qui suive ce conseil".

AP

Cookies