PDA

Voir la version complète : Encaisser en euros et vivre en dinars


Adhrhar
23/01/2006, 13h54
La différence de niveau de vie entre l’Algérie et la France qui est l’ordre de 1 pour 10 est très favorable aux immigrés retraités vivant en Algérie. Avec une petite retraite de 1000 Euros, la vie est plutôt difficile en France et devint aisée en Algérie. C’est ce que certains ont compris et mis en application.

----------------

DES EMIGRES PAS COMME LES AUTRES

Encaisser en euros et vivre en dinars

Comme chaque hiver, Saïd préfère venir passer quelques mois dans son village natal près d’Oran. Ce retraité d’une entreprise française de bâtiment retrouve sa deuxième famille en Algérie, avant de retourner dans son quartier des Lilas dans la banlieue parisienne pour y passer deux ou trois mois. Là-bas aussi, il retrouve sa deuxième femme.

Depuis sa sortie en retraite, il y a cinq ans, Saïd, 65 ans, vit entre l’Algérie et la France. Comme de nombreux émigrés retraités, d’ailleurs. «L’hiver est très difficile en France.

Il fait très froid et lorsque vous ne travaillez pas, les journées sont longues et ennuyeuses. Ici, on s’occupe, on rencontre des gens, des amis d’enfance. Je repars en France dans deux mois, vers le printemps. Je vais y passer quelques semaines. Ça dépend. Je vais ramener un peu d’argent, voir mon médecin», explique Saïd. Dans son petit village, il partage ses journées entre le café, le marché et le bricolage dans sa nouvelle maison qu’il est en train de construire grâce à l’argent de sa retraite. Durant son séjour au pays, Saïd peut également s’occuper à plein temps de l’éducation de ses cinq enfants qu’il n’a pas vu grandir. Son fils aîné a déjà presque vingt ans !

Le climat clément n’est pas le seul facteur qui pousse les émigrés à passer beaucoup plus de temps en Algérie qu’en France. Le coût de la vie y est pour beaucoup. «Un retraité qui touche 1.000 euros par mois peut vivre tranquillement en Algérie. Il peut investir et faire des projets. En France, cette somme lui suffira juste pour se nourrir. Chez nous, le coût de la vie est moins cher qu’à Paris», explique un économiste. Mais tous les émigrés retraités n’ont pas la possibilité et les moyens de faire régulièrement la navette entre la France et leur pays d’origine. Certains n’ont pas de famille en Algérie.

Les retraités ne sont pas les seuls qui vivent entre la France et l’Algérie. Pour ces gens, le phénomène n’est pas nouveau. Il a pris de l’ampleur ces dernières années, avec le retour de la sécurité, la hausse de l’euro par rapport au dinar et les difficultés sociales en France. La vie dans les cités des banlieues françaises devient de plus en plus difficile. Comme en témoignent les dernières émeutes qui ont secoué la banlieue parisienne. Une autre catégorie d’émigrés vit aussi entre l’Algérie et la France.

Notamment ceux qui ont «obtenu» ou «récupéré» la nationalité française, récemment, grâce à leurs parents ou grands-parents. Un pied ici, un autre là-bas. Pour Samia, 30 ans, c’est tout un rêve qui se concrétise. Depuis trois ans, cette Oranaise fait le va-et-vient entre sa ville natale et Paris où sont installés ses grands-parents. Il y a une année, enceinte, Samia avait pris l’avion pour Paris pour y accoucher et donner à sa fille la nationalité française. «Je me déplace trois à quatre fois par an en France. Parfois, je reste deux ou trois mois. J’ai mes grands-parents qui habitent dans un grand appartement à Paris», confie Samia. Mais dans ce quartier, tout le monde connaît l’histoire de cette femme. «J’ai souffert avant d’obtenir ce statut. Je suis restée en France pendant deux ans, avant d’obtenir la nationalité française. Maintenant, j’ai droit à tous les avantages sociaux qu’ont les Français», ajoute Samia qui n’a pas l’intention de s’installer définitivement en France. Du moins pour le moment.

Ce n’est pas le cas de Fatima, 60 ans, qui réside à Paris depuis une année. Cette femme qui habitait dans un quartier populaire à Oran avait obtenu la nationalité française il y a une année, grâce à son mari. Elle vient d’envoyer une belle voiture à son fils qui a entamé les démarches pour obtenir, par filiation, la nationalité française. D’autres émigrés, de plus en plus nombreux, profitent des fêtes religieuses comme l’Aïd, les vacances scolaires et l’été pour venir en famille passer quelques jours ou quelques semaines dans leur pays d’origine. Samedi, le bateau El-Djazaïr a quitté le port d’Oran à destination de Marseille avec près de 1.000 voyageurs à bord et plus de 290 véhicules.

Le Quotidien d’Oran

velsatis
23/01/2006, 14h08
tu m'as devancé je voulais poster l'effet inverse la mal vie de nqs chibani
dans les foyer sonacotra.
j'ai été sollicité de nombreuse fois pour creé une assos pour venir en aide a nos anciens, pour crée une petite structure genre maison de retraite.
j'aimerai savoir se qu'il se fait par vers chez vous.
car ceux qui ont de la famille ou qui se sont organisés pour leur retraite, pas de probleme , mais nombreux sont ceux qui n'ont plus d'attache ou de point de chute en algerie,il y a aussi ceux qui n'ont pas suffisament cotisés du fait fait qu'ils ont emmigrés tard et qui n'ont que petite retraite .
probleme serieux que faites vous ou que feriez vous?

dahbia
23/01/2006, 14h13
ce sera les nouveaux riches de l'Algerie .... :)

Adhrhar
23/01/2006, 14h19
velsatis
C’est un sujet qui fait mal.

Les vieux en Algérie sont souvent pris en charge par la famille. Car les retraites n’ont pas toujours existés ou très modestement. Par contre certains qui ont « coupés » mes liens avec la famille en France ne sont pas toujours dans les meilleures conditions. La visite d’un foyer Sonacotra révèle des misères du niveau du quart monde. Dans ma zone j’en vois un vieux qui fait la manche au marché, la plupart passent de longues journées sur un banc pour éviter le foyer surpeuplé, …

Pas simple le problème.

velsatis
23/01/2006, 14h23
@dahbia
les nouveaux riches se sont tous les corrompus que l'algerie a connu et connais encore.
nos pauvres retraités se sont cassés les dos sur les chantiers
voir aussi l'esperance de vie des notres.

absente
23/01/2006, 14h27
Pour les retraités, ils ont bien raison de profiter....ils ont bosser dur durant des années, souvent loin de leur proches, c'est mérité !

Par contre ce que je ne cautionne pas du tout, ce sont ces jeunes qui viennent pour profiter du systeme social ! C'est du n'importe quoi !
On s'étonne des propos de certains politiciens mais lorsqu'on lit, et qu'on vit ce genre de mentalités.......je dis NON .
Qu'on vienne pour travailler oui mais pour tendre la main alors qu'on est jeune et qu'on a rien fait : NON ! Mais qu'est ce que c'est que cette facon de penser ?
J'en connais, et cela me degoutte.
Encaisser le RMI et faire du business avec l'Algérie, ensuite venir clamer haut et fort que la France est pourrit et parler de valeurs et de principes !

velsatis
23/01/2006, 14h27
merci de compatire avec moi sur leur sort!
mais que peut-on faire apres le constat,la compassion ,il faudrai passer a l'action.

absente
23/01/2006, 14h33
Passer á l'action, mais comment ?
Pour cela il faudrait cerner chaque cas. Et souvent s'ils n'ont + de famille au bled, ils n'ont plus d'attache ni ou loger. En France, pour acceder aux maisons de retraite il faut des $$$$....alors quelles types de structures ?????

Adhrhar
23/01/2006, 14h33
Une des solutions c’est de les encourager à rentrer au pays car même avec une retraite de 600 euros ils vivraient dans un appartement et dans un meilleur confort matériel.

Pour ici on il est possible d’en parler beaucoup aux élus et autres politiques pour leur construire des résidences plus grandes, plus propres et mieux entretenues.

velsatis
23/01/2006, 14h34
@ hellas
je ne saissis pas le parallelle que tu fais entre le retraité qui s'est cassé le dos au boulot et le jeune ou moins jeune qui profite des systemes sociaux.
pour les profiteurs du systeme les anglais et autre resident de l'europe de l'est ne sont les derniers
alors arrete toi aussi de stigmatiser les MIENS

absente
23/01/2006, 14h36
Les tiens sont les miens.........
je donne mon avis perso sur les jeunes qui viennent "profiter" du systeme.
Qu'ils soient les notres, anglais ou chinois.........je porte le meme avis.

je comprends qu'on puisse chercher le confort ailleur mais par l'effort !

velsatis
23/01/2006, 14h43
si les miens sont aussi les tiens :redface:
pardon pour la meprise
j'encourage aussi a l'effort mais ne visons pas que les notres
ami sans rencune?

absente
23/01/2006, 14h46
sans rancune

passanger
23/01/2006, 15h52
touché des euros pour dépancer des dinares............;si c'est un cobaille que vous rechercher je suis prés a joué se rôle je pense que l'experience vas etre trés intéressante :lol:

Cookies