PDA

Voir la version complète : Le terrorisme brandi comme menace pour « changer de sujet »


nacer-eddine06
06/01/2010, 21h16
Depuis l’échec du Sommet de Copenhague à imposer une éco-dictature anti-population et anti-développement, et l’émergence d’une alliance d’Etats-Nation souverains pour changer le système monétaire international, les provocations terroristes se sont multipliées de par le monde, devenant la nouvelle « menace » en vogue dans la plupart des médias internationaux, américains en particulier. Pour Lyndon LaRouche, ces diversions constantes sont typiques du modus operandi de l’Empire britannique.
Les britanniques tentent constamment de changer de sujet, a expliqué LaRouche. Ce changement apparent de priorité dans les affaires internationales n’a rien de réel, puisqu’il est entièrement contrôlé par les forces de l’Empire britannique. La seule réalité, a-t-il dit, est leur volonté de détourné l’attention.
C’est d’autant plus clair que lorsque l’on en vient à parler terrorisme, le rôle de Londres et de l’Arabie saoudite est sans cesse ignoré. Surnommée « Londonistan » par les connaisseurs, la capitale anglaise sert de plateforme de recrutement et de financement pour les mouvements islamistes radicaux, avec le large concours de réseaux saoudiens qui se prêtent au jeu impérial britannique depuis l’époque de Laurence d’Arabie. Si tout le monde dans la communauté internationale sait que le déploiement militaire en Afghanistan est un bourbier voué à l’échec, pourquoi est-ce que personne n’envisage un plan B ? Pourquoi est-ce qu’Obama, Brown et Sarkozy prévoient d’y envoyer encore plus de soldats ?
« Obama n’a pas de plan, a expliqué LaRouche, en revanche, l’Empire britannique, lui, en a un », et les Etats-Unis comme l’UE se précipitent pour l’y aider. Le Président américain s’est empressé, dans un de ses « instants W. Bush », de déclarer les rebelles yéménites comme le nouvel ennemi de l’Amérique. Maintenant, sous l’impulsion du Premier ministre britannique, les membres de l’Otan envisagent de créer une force de police au Yémen, pays arabe présenté comme le nouveau sanctuaire d’al-Qaïda. Tout cela sera décidé le 28 janvier prochain à…Londres. C’est d’ailleurs lors de cette double conférence sur l’Afghanistan et le Yémen que Nicolas Sarkozy devrait annoncer l’envoi de troupes supplémentaires.
Tout cela n’est qu’une conséquence de la défaite britannique à Copenhague, a réaffirmé LaRouche. Imposer le terrorisme comme thème permanent est un classique de l’Empire britannique afin de dévier l’attention des accords sur le crédit et les infrastructures établis entre la Russie, la Chine et l’Inde (voir iciet là). Le but est d’empêcher que les Etats-Unis puissent en venir à s’associer à cette démarche et devenir un acteur clé dans la refonte d’un système international, qui rejetterait l’impérialisme monétaire et émettrait le crédit nécessaire aux grands projets de développement.

Nouvelle Solidarité

Cookies