PDA

Voir la version complète : Lutte contre le terrorisme : la myopie américaine


TAGHITI
06/01/2010, 22h07
Nul ne nie que la menace terroriste existe et qu'il faille s'en prémunir. Mais attiser les haines, accentuer l'isolement et stigmatiser ceux qui en souffrent en premier n'est rien d'autre que ce que recherchent, à tout prix, les prédicateurs de la violence et du terrorisme.
Les dernières décisions américaines en matière de sécurité dans les aéroports soulèvent, à juste titre, moult interrogations, particulièrement chez les citoyens des pays classés à «hauts risques», c'est-à-dire ceux considérés comme susceptibles d'être pourvoyeurs de kamikazes ou de servir de base de soutien au terrorisme. Dans ce sens, la liste des 14 pays figurant sur une liste de la CIA et du Pentagone pèche, pour certains de ces pays, par un excès de jugement et d'a priori (de clichés) bien loin de la réalité que vivent lesdits pays. Si les USA ont des raisons de craindre des attentats terroristes montés à partir de l'Irak, de l'Afghanistan ou du Yémen, cela va de soi et se comprend: ils occupent les deux premiers et encerclent le troisième. En revanche, soupçonner des pays comme le Nigeria, le Liban ou l'Algérie d'être des bases de soutien au terrorisme international ne traduit rien d'autre qu'une approche primaire, partiale et dangereuse du fléau terroriste mondial. Stigmatiser les populations de ces derniers pays en les «taxant» de terroristes ou de soutien au terrorisme n'est pas pour les encourager à «aimer» l'Amérique d'Obama et l'Occident d'une manière générale. Elles (les populations) se sentent comme insultées, repoussées par cet Occident dont elles ont cru à la «main tendue» lors du discours du Caire du 4 juin 2008 prononcé par le président américain. «L'Amérique et l'islam ne doivent pas s'exclure, ne doivent pas être en compétition», avait déclaré le président Obama.

Pourtant, à la première tentative d'attentat manqué sur un avion américain, 14 pays à majorité musulmane, excepté Cuba (pour d'autres raisons), sont «exclus du coeur» des Américains. C'est-à-dire «livrés» aux arguments d'El-Qaïda et son discours de haine de l'Occident. «Oui, l'Occident, USA d'Obama compris, ne vous aiment pas en réalité. La preuve !» expliquera le recruteur terroriste au nom de l'islam. Certains de ces pays souffrent ou ont souffert beaucoup de la violence terroriste et appellent encore à l'aide internationale pour se sortir de cette barbarie du siècle commise au nom de l'islam. Et puisqu'on y est dans le chapitre du soutien au terrorisme, où étaient les USA et l'Occident lorsque l'Algérie était le premier des pays livré à la terreur intégriste ? N'est-ce pas ces mêmes USA et l'Europe qui accueillaient les chefs du terrorisme en leur offrant gîte, couvert et protection ? Les bases de soutiens logistique et financier à ce terrorisme ne se trouvaient-elles pas (et se trouvent encore dans bien des cas ; il n'y a qu'à suivre l'actualité) dans ces pays occidentaux ?

Il est clair que les services secrets de ces pays n'ont pas encore mesuré tout l'impact psychologique subi par les populations, algérienne ou libanaise par exemple qui ont vécu la violence terroriste et les leçons qu'elles en ont tiré. Pire, une telle décision sape les efforts de gouvernants sincères (il y en a) dans ces pays qui font barrage au terrorisme et ses soutiens. Par ailleurs, il était attendu que la volonté du président américain de réconcilier Occident et monde musulman n'allait pas se réaliser sans résistances et coups bas des tenants du clash des civilisations et autres prédicateurs évangélistes américains. Les membres du parti républicain, en particulier les soldats de la famille Bush, n'ont pas digéré la victoire du démocrate Barack Obama. Ils ne lui laisseront pas les chances de réussir la paix. Et cette paix globale ne peut, paradoxalement, se réaliser qu'en mobilisant la communauté internationale dans la lutte contre le fléau du terrorisme international et en s'attaquant à ses causes profondes (misère, colonisation, injustices, discriminations, dictatures...) où qu'elles se trouvent. Y compris en Occident.

Quant aux Algériens, ils savent mieux que quiconque ce que sont la violence terroriste et les souffrances qu'elle engendre. Ils savent ce qu'est l'isolement par la communauté internationale. Ils ont perdu dans la solitude plus de 200.000 des leurs en quelques années ! Plus que la guerre en Irak, en Afghanistan réunis, même s'il est immoral et indécent de faire dans la comptabilité macabre ! Les Algériens sont fatigués d'être traités comme des pestiférés ; ils en ont assez des hypocrisies de certaines puissances occidentales qui font dans la diplomatie sélective et dans le traitement mercantile des amitiés et des solidarités ! Ils en ont assez du mépris et du regard scandaleux des médias et libres penseurs des démocraties occidentales ; et sont fatigués de crier leur amour de la vie et de la liberté ! Taxés de terroristes ou de son soutien, ils continueront leur combat, s'il le faut seuls puisqu'ils en ont l'habitude, pour se faire une place au soleil. Sans haine aucune.
M'hammedi Bouzina Med, QO Bruxelles

TAGHITI
06/01/2010, 22h11
«L'Amérique et l'islam ne doivent pas s'exclure, ne doivent pas être en compétition», avait déclaré le président Obama.
Pourtant, à la première tentative d'attentat manqué sur un avion américain, 14 pays à majorité musulmane, excepté Cuba (pour d'autres raisons), sont «exclus du coeur» des Américains. C'est-à-dire «livrés» aux arguments d'El-Qaïda et son discours de haine de l'Occident. «Oui, l'Occident, USA d'Obama compris, ne vous aiment pas en réalité. La preuve !» expliquera le recruteur terroriste au nom de l'islam

boulanji
06/01/2010, 22h29
sincerement vous croyez que cette liste a ete etablie sur un coup de tete , comme ça ?

personnellement je ne le crois pas !
les auteurs doivent avoir des raisons serieuses pour le faire !
on ne peut toucher a la reputation d'une brochette d'etats au gré de l'humeur !

boulanji
06/01/2010, 22h31
je ne crois pas que ce probleme doit etre abordé sous l'angle de l'affection et de la morale !

la raison impose a ce que les pays mentionnes dans la liste fassent connaittre leur avis ( le nigeria l'a fait savoir ce soir ) et demander à connaittre ces raisons.

TAGHITI
06/01/2010, 22h35
moi je crois que le point commun qui lie ces pays 14 pays reste leur relation vis-à-vis de l'Ètat hebreu! Le Cuba est juste cité comme alibi pour ne pas donner l'impression d'être anti-musulman, ce qui serait en totale contradiction avec le discours de Obama au caire!

boulanji
07/01/2010, 10h42
le nigeria n'entretient il pas des relations avec israel?

Morad75
07/01/2010, 11h23
Taghiti :moi je crois que le point commun qui lie ces pays 14 pays reste leur relation vis-à-vis de l'Ètat hebreu

boulanji : le nigeria n'entretient il pas des relations avec israel?

Dirai-je exelentissime!

16-09-2009 Le volume des échanges entre le Nigeria et Israël s'est élevé à 1 milliard de dollars en 2008, selon le ministre délégué nigérian au Commerce et à l'Industrie, Humphrey Abba.
Dans un discours prononcé à l'ouverture du premier Forum des affaires israélo-nigérian (NIBF), dans la capitale Abuja, M. Abba a déclaré cependant que ce montant ne représentait que les importations d'Israël et pas les exportations du Nigeria.


Donc...:mrgreen:

nacer-eddine06
07/01/2010, 13h10
Abdulmutallab recruté par Al Qaïda à Londres, assure le Yémen

Le Nigérian accusé d'avoir tenté de faire exploser un avion de la Northwest Airlines entre Amsterdam et Detroit le 25 décembre avait été recruté par le réseau Al Qaïda à Londres. C'est ce qu'a assuré un haut responsable gouvernemental yéménite.
L'auteur de l'attentat manqué de Noël, Umar Farouk Abdulmutallab, a d'ailleurs rencontré lors de son séjour au Yémen l'imam radical Anwar al-Aulaqi, a déclaré le vice-Premier ministre aux Affaires de la Défense et de la sécurité.
Anouar al-Aoulakii, un jeune prédicateur américano-yéménite, serait lié à la fusillade de la base militaire américaine de Fort Hood en novembre ainsi qu'à l'attentat raté de Noël, avait indiqué dimanche le conseiller anti-terroriste du président Barack Obama, John Brennan.
Selon lui, Abdulmutallah a également rencontré dans la province de Chabwa Mohammad Oumir, l'un des chefs d'Al-Qaïda, tué dans un raid aérien mené le 24 décembre contre une position du réseau yéménite.
(ats / 07 janvier 2010 14:03)

il manque un des principaux etat dans la liste
la grande bretagne

bangkok1999
07/01/2010, 23h03
ca sent le coup fourre cette histoire d" attentat" avec des points troublants..

leval
08/01/2010, 00h26
Les USA ne luttent pas assez éfficacement contre le térrorisme mais il le nourrit plutôt, surtout sous l'ère Bush.

Il semble que Obama soit plus "enclin" à lutter contre le térrorisme, la liste noir en est la preuve.

Cookies