PDA

Voir la version complète : Yanayer, ya ghali ,ghali(Yanayer, mon cher, c'est cher)


Iska
07/01/2010, 10h04
http://www.lequotidien-oran.com/img/font3_icon.gif (javascript:tsz('article_body','10px')) http://www.lequotidien-oran.com/img/font2_icon.gif (javascript:tsz('article_body','12px')) http://www.lequotidien-oran.com/img/font1_icon.gif (javascript:tsz('article_body','14px'))
Ya nayer, ya ghali, ghali!
par El-Guellil
http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gif En ce début d'année 2010 -qui, entre nous, est une date qui donne le tournis-, Si El-fani n'était pas dans ses plus beaux jours. L'air taciturne, il ne cessait de grommeler des mots incompréhensibles en regardant de droite à gauche. Ses collègues de bureau se demandaient ce qu'il lui arrivait, mais personne n'osait lui poser la question. A un moment donné, l'un d'eux crut entendre le mot «pistache» sortir de la bouche de Si El-Fani, mais il n'en était pas très sûr. Il en fait part, à Hamid, un autre collègue, qui ne s'empêcha pas de pouffer de rire. Lui aussi avait entendu quelque chose, mais croyant que c'était le fruit de son imagination, il n'y fit pas grande attention.

- Toi aussi ? qu'est ce que tu as entendu ?

- J'ai cru entendre le mot «Cajou», mais j'ai cru que j'hallucinais, alors je l'ai oublié.

Soudain, Si El-Fani éclata : Non ! Y aura pas de Nayer, ni pistache, ni noix de Cajou, ni quoi que ce soit, rien, rien, rien, j'ai pas d'argent, machi bessif ! Eh bien mince alors !

Quatre de ses collègues se précipitèrent vers lui, croyant que Si El-Fani venait de perdre la tête.

- Qu'est ce que tu as, mon vieux, tu es malade, on peut faire quelque chose pour toi ?

- Non, je ne suis pas devenu fou, mais j'ai un problème, c'est ma femme qui veut absolument que j'achète les victuailles pour fêter Nayer et moi je n'ai pas un sou, je suis endetté jusqu'au cou, mais vous savez comment elle est, j'ai peur de rentrer à la maison, de lui dire non ! Et puis, cette année, c'est tellement cher, tellement cher...

- Trouves une excuse, fais semblant d'être malade !

Une ampoule s'alluma dans son cerveau torturé. Il se leva précipitamment et sortit dehors. Sans regarder, ni à droite, ni à gauche, il traversa le grand boulevard. Dans un hurlement de pneus, une voiture le percuta. Il tomba, inconscient. Il se réveilla quelques heures plus tard et remarqua que sa jambe et son bras droits étaient recouverts de plâtre. Sa femme, ses enfants, ses collègues de travail et même le directeur étaient là. Sur le sol, et sur la table de chevet, des paniers et des paniers pleins de pistaches, noix de Cajou, amandes, noisettes et des fruits en quantités astronomiques. Il les regarda, souriant, un sourire «pieds nus», car il avait aussi perdu toutes ses dents dans «l'accident».

Le Quotidien d'Oran

Cookies