PDA

Voir la version complète : Guinée: fortes pressions internationales pour une sortie de crise


jawzia
10/01/2010, 18h38
Guinée: fortes pressions internationales pour une sortie de crise

De Philippe RATER (AFP) – Il y a 7 heures

OUAGADOUGOU — Réunions secrètes, émissaires internationaux, nouveau plan de sortie de crise: la Guinée vient de vivre une semaine à rebondissements mais la prudence reste de mise chez les Occidentaux devant un chemin encore long avant un scrutin présidentiel.

En visite dimanche à Ouagadougou, dernière étape de sa tournée africaine, le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, s'est prononcé pour "une solution africaine".

"C'est à eux (aux Africains) de régler le problème (de la Guinée). Ce n'est pas à l'ancienne puissance coloniale (française) de décider", a dit M. Kouchner après un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré.

Selon lui, "il n'est pas question que le président Compaoré sorte du jeu".

Blaise Compaoré, dont une première médiation avait été rejetée par l'opposition qui la considérait trop favorable à la junte, pourrait revenir sur le devant de la scène après l'offre de cette dernière de partager le pouvoir avec le Forum des forces vives (opposition, syndicats, société civile).

A moins que celui-ci ne traite directement avec le général Sékouba Konaté, le nouvel homme fort de la junte.

L'emballement diplomatique international est venu du constat pour les Etats-Unis et la France qu'un retour en Guinée du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, "risquait de provoquer une guerre civile" dans cette ex-colonie française, raconte un négociateur sous couvert d'anonymat.

Le président autoproclamé est hospitalisé au Maroc depuis début décembre après avoir reçu une balle dans la tête, tirée par son aide de camp.

Paris et Washington, qui ont encore en mémoire les longues guerres civiles au Liberia et en Sierra Leone, ont vu son absence comme une "opportunité", selon un diplomate.

Un récent rapport de l'ONU sur le massacre d'opposants fin septembre dans le stade de Conakry, impliquant Dadis, est venu appuyer leurs démarches.

Etats-Unis, France et Maroc ont profité d'un récent séjour d'une semaine dans ce dernier pays du général Konaté pour le rencontrer. "Les Marocains l'avaient travaillé au corps, facilitant les discussions", se félicite le négociateur.

Selon Rabat, qui ne les a révélées qu'après-coup, "plusieurs séances de travail ont été tenues directement avec le général Konaté ou alternativement avec de hauts responsables français et américains".

Côté américain, il s'agissait du secrétaire d'Etat adjoint pour les Affaires africaines, Johnnie Carson. Côté français, d'André Parent, conseiller Afrique de Nicolas Sarkozy.

Un plan de partage du pouvoir conduisant à des élections a été soumis au général Konaté. En échange, Américains, Français et Marocains ont promis de former son armée et de lui fournir une aide technique.

Le 6 janvier, l'officier a accepté publiquement de gouverner avec l'opposition, une décision aussitôt saluée par Paris, Washington et Rabat.

Les Forces vives ont réagi avec prudence, sans toutefois opposer une fin de non-recevoir, notent des diplomates. Elles réclament des garanties et des précisions au général Konaté.

Ce dernier "n'est pas un saint mais ses propos ont du sens, donc c'est quelqu'un avec qui l'on peut traiter", juge un diplomate.

Jusqu'à présent, cet officier assure ne pas vouloir diriger le pays mais les Occidentaux restent circonspects, échaudés par le précédent Dadis qui avait aussi dit ne pas vouloir se présenter à une présidentielle avant d'affirmer le contraire.

Vendredi, l'annonce d'une hospitalisation à Dakar du général Konaté, par la suite démentie, a donné quelques frayeurs à ses soutiens internationaux. Atteint d'une cirrhose, selon une source diplomatique, Sékouba Konaté est traité au Maroc.

Copyright © 2010 AFP.

Pihman
10/01/2010, 19h04
"Les Marocains l'avaient travaillé au corps, facilitant les discussions", se félicite le négociateur

il lui ont torturé par des massages sans fins à l'huile d'aragane ou quoi


ou peut être il l'ont enfermé dans biit skhoune dial chi hammam

:mrgreen:

leval
10/01/2010, 20h10
On n'est passé du Maroc soigne un dictateur sanguinaire à "Le 6 janvier, l'officier a accepté publiquement de gouverner avec l'opposition, une décision aussitôt saluée par Paris, Washington et Rabat."

auscasa
10/01/2010, 22h19
pour un pays qui n'est pas membre de l'union africain, le maroc est plus present en afrique, pas avec du blabla mais avec le travaille.

les investissements dans l'education des futures leaders africains commence a donner des resultats. des officiers militaire, des journalistes, des banquiers, des pilotes..... former au maroc commencent a prendre le pouvoir surtous en afrique francophone.

L'UA et son Roi ne font rien sauf un meeting tous les ans pour manger et faire la fete et biensur faire des gros slogan et beacoup de blabla et laisse au francais et americain... la liberte de faire ce qu'ils veulent sans meme y participer.

cette chose est une honte pour tous les africains.

Focus
10/01/2010, 23h17
Effectivement, on voit que pour un non membre de l'UA, le Maroc possede une bonne influence dans une partie de l'Afrique. C'est prometteur pour l'avenir en ue de construire quelques chose de solide. D'ailleurs le Maroc, s'est tissé ces dernieres années un veritable axe de cooperation, avec des pays comme le senegal, le burkina faso, le gabon entre autres. Cooperation economique, politique, universitaire et militaire.

Moroccan
10/01/2010, 23h32
ghir manger votre union africaine, toute façon sa sert a rien, le leader de cette union l'a déjà quitté depuis longtemps.

Cookies