PDA

Voir la version complète : Les récifs coralliens et les mangroves menacés


morjane
25/01/2006, 15h47
Le Programme des Nations unies pour l'environnement a rendu public son rapport et a estimés que les récifs coralliens et les mangroves sont menacés par la pollution alors qu'ils ont une importance économique capitale. Que ce soit en étant d'importantes pépinières à poissons ou en étant des poles d'attractions générateurs d'afflux de touristes.

===

Pour l'ouverture de la 3e Conférence mondiale sur les océans, les côtes et les îles, le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) a rendu public, mardi 24 janvier, le premier rapport sur l'importance économique des mangroves et des récifs coralliens.

Selon les régions, cet apport annuel est estimé de 200 000 à 900 000 dollars (163 000 à 732 000 euros environ) par kilomètre carré pour les mangroves et de 100 000 à 600 000 dollars (81 000 à 488 000 euros environ) par kilomètre carré de récif corallien. Or, précisent les auteurs de cette étude, les investissements annuels destinés à protéger ces zones côtières sont inférieurs à 1 000 dollars (810 euros environ) par kilomètre carré...

Fragiles et rares (les récifs coralliens ne représentent que 284 300 km2 et les mangroves 167 000 km2), ces deux écosystèmes côtiers sont d'abord d'importantes "pépinières à poissons" destinés à la consommation ou à l'aquariophilie. C'est là leur première contribution économique. Ainsi, "les poissons de récifs représentent généralement un quart de la pêche mondiale, soit une source d'alimentation pour 1 milliard de personnes", estime le PNUE.

LE RÔLE DE L'HOMME

L'attrait touristique de ces écosystèmes est également source de revenus. En 2000, les seules activités de plongée sous-marine dans les récifs coralliens des Caraïbes ont généré 625 millions de dollars.

En outre, ces zones côtières protègent les littoraux de l'érosion en absorbant, selon les cas, "70 % à 90 % de l'énergie des vagues". Les spécialistes estiment que l'impact du tsunami de décembre 2004 aurait été limité si les mangroves n'avaient pas été détruites par l'homme.

Aujourd'hui, ces deux écosystèmes disparaissent à un rythme soutenu. Au cours des dernières décennies, environ 30 % des récifs coralliens ont été lourdement endommagés. D'ici 2030, ce sont 60 % qui sont menacés par les pollutions. Et, à terme, par l'acidification des océans, due à l'absorption d'une part du dioxyde de carbone (CO2) produit par les activités humaines. Même tendance pour les mangroves, dont 35 % ont été détruites ces dernières décennies, principalement en raison de leur exploitation forestière et du développement sauvage de la pisciculture.

Par Le Monde

Cookies