PDA

Voir la version complète : Les nouvelles orientations d’Al-Qaïda au Maghreb


morjane
16/01/2010, 13h45
Ayant compris à ses dépens que la nature du terrorisme qu’elle a développée depuis qu’elle s’est implantée dans le pays, en se substituant à l’ancien GSPC, l’a conduite tout droit à des pertes énormes de son potentiel, Al-Qaïda au Maghreb (AQMI) a entrepris de se remettre en cause sur plusieurs plans, dans le but de faire une économie des forces dont elle dispose encore et dans l’espoir d’un redéploiement sous d’autres formes afin de prendre un nouveau souffle.

Comme il a été constaté, le deuxième semestre de l’année dernière a été marqué par une activité terroriste d’Al-Qaïda au Maghreb très fortement réduite par une efficacité certaine des forces de sécurité, tant en matière d’intervention que sur le plan du renseignement. De près d’une centaine mensuellement et parfois plus durant le premier semestre de cette même année, les actes terroristes ont été réduits à tout juste une vingtaine, dont un grand nombre a consisté en des bombes artisanales posées dans les maquis et qui ont explosé lors des ratissages. Et au même moment, le nombre de terroristes, dont les dirigeants, éliminés n’a cessé de s’élever, alors qu’aucune action terroriste de grande envergure n’a été enregistrée. L’on se souvient que le mois de Ramadan dernier a été le plus calme en matière de terrorisme depuis le début de la dernière décennie.

Mais le mois sacré a quand même été marqué par plusieurs attentats individuels qui ont ciblé, dans de petites localités de la Kabylie, des civils parmi d’anciens Patriotes ou Gardes communaux, et qui se sont prolongés, à la fin de l’année, par l’assassinat de deux policiers dans un marché, parmi la population, dans la commune de Sidi-Aïssa (M’sila). Et c’est justement ce type d’acte terroriste (attentat individuel) qui a été mis en évidence dans la dernière double production vidéo d’AQMI, dont la première partie a été diffusée sur Internet à la fin du mois dernier et la seconde la semaine dernière. Cette double vidéo s’inscrit, bien sûr, dans le cadre de la propagande de l’organisation terroriste. Mais pas seulement. Certains «jihadistes» parmi ceux qui prolifèrent dans les sites Internet du même genre l’ont interprétée comme un «message» qui se traduit par le fait qu’il n’est pas obligatoire d’appartenir à AQMI pour devenir un terroriste, tant qu’il s’agit de tendre vers le même objectif. Il ne s’agit de rien d’autre que d’une nouvelle «orientation», qui ne dit pas encore son nom, dont l’objectif est d’économiser les forces, de rallier de nouvelles recrues, pas nécessairement au sein des structures organiques de l’organisation terroriste mais pour le même objectif, et de remédier au tarissement du recrutement, qui tente de moins en moins de candidats «mobilisables », qui ont des appréhensions quant à la rigueur de la vie dans les maquis. Dans ce même volet, déjà, depuis un certain temps, dans certaines localités, des milieux antiterroristes suspectent fortement que certains individus ne rejoignent un groupe terroriste que le temps de participer à une embuscade avant de rentrer chez eux pour reprendre leur vie quotidienne, en attendant la prochaine «convocation ».

Indépendamment du crédit qu’il faut accorder à des suspicions de ce genre, cela a le mérite de mettre en avant le fait qu’AQMI, qui ne veut pas lâcher prise, ne reculera devant rien pour tenter de limiter, par n’importe quel moyen, les pertes qu’elle subit et qui sont en train de la laminer progressivement.

Sachant que l’offensive continue des forces de sécurité contre le potentiel dont elle dispose encore finira immanquablement par atteindre ses centres vitaux de commandement, AQMI ne tarira jamais d’imagination pour faire le plus de dégâts possible. Et sous cet angle, il n’est pas à écarter que son acte sanguinaire commis mercredi dernier à Tazmalt (Béjaïa), où deux officiers de l’armée ont perdu la vie quand un terroriste sur le point de rendre l’âme, mortellement touché dans un accrochage, s’est fait exploser à leurs pieds, ait été prémédité. L’«explosif» qu’il avait sur lui pourrait avoir été destiné à une cible précise, mais il pourrait également être un nouveau mode opératoire prévu pour un terroriste en «mission» et qui a pour ordre de se faire exploser au moment où il risque d’être appréhendé. L’important n’est pas forcément la cible, mais les dégâts. Car, au-delà et avant tout, c’est le coup médiatique qui importe.

Par le Soir

Cookies