PDA

Voir la version complète : Mohamed Boudiaf, de L’exil au martyr… Il y a 18 ans


DZone
16/01/2010, 15h51
Il y a dix huit ans, le 16 janvier 1992, Mohamed Boudiaf répondit, encore une fois, a l’appel du pays. Il abandonna sa paisible vie a Kenitra au Maroc pour venir seul, faire face au feu qui l’attendait quelques mois plus tard, un certain 29 juin 1992, au carrefour d’un acte isole dans le dos.

Combien se rappellent-ils encore de Mohamed Boudiaf ? Peu, très peu d’amis daignent encore venir au cimetière d’El-Alia, les 16 janvier et le 29 juin pour lutter contre l’oubli ou l’amnésie.

L’oubli ou l’amnésie est dans ce cas précis plus cruel que la mort…. Afficher davantage mais une mémoire saine et sincère n’oublie jamais. N’y a-t-il plus de mémoire saine chez nous ? Le samedi 16 janvier 2010, ceux qui viendront a El-Alia auront une idée précise de notre saine et sincère mémoire .L’oubli de Boudiaf et de son sacrifice a pris la forme d’ingratitude. Et comme dit Victor-Hugo » La suprême bassesse de la flatterie, c’est d’encourager l’ingratitude « .

Si Boudiaf a fini comme Dieu le lui a voulu, ce n’est certainement pas pour lui mais pour nous, témoins de son grand sacrifice. En effet comme le dit Goethe, « ceux qui ont découvert au peuple leurs sentiments et leurs vues, ont été de tout temps crucifies et brules « . Pour qui et pourquoi Boudiaf est-il revenu et s’est sacrifie ? Pour le pouvoir ? Pour s’enrichir ? Pour sa famille ?Il est certain que l’assassin matériel de Boudiaf lui a tire, dans le dos et peut-être même de face pour se débarrasser de lui physiquement.

Mais ceux qui l’oublient aujourd’hui, et pire, ceux qui font semblant de l’oublier, commentent également un crime vis-à-vis de la mémoire du peuple, en tombant alors dans la cruauté de l’oublie. Oublier un homme comme Boudiaf, participe au mensonge car comme dit Albert Camus : « La vérité et comme la lumière; elle aveugle.

Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. » D’atrocité en atrocité, son parcours infernal qui a commence dans les années quarante l’a souvent mis en face de la lâcheté qui l’accuse maintenant de dictateur. Est-ce la meilleure façon de ne pas oublier Boudiaf ? Pourquoi ne pas rappeler au peuple que Boudiaf a été le premier Chef d’Etat algérien à définir la personnalité de l’Algérien dans sa triptyque : Amazighité, Islamité et Arabité, alors que pendant des années on s’efforçait à nous faire avaler que la culture algérienne est seulement arabo-musulmane.

Le traitement réserve à notre emblème national, nos Chouhadas et notre équipe nationale de football par « nos frères » égyptiens est venu opportunément pour nous pousser à redéfinir nos marques sur ce plan et sur d’autre. Garder de Boudiaf le nom d’un aéroport, d’une salle omnisport est une tombe que quelques uns visitent deux fois par an, serait réduire l’histoire de notre pays à sa plus simple expression. Enfin il serrai tentant de conclure cette contribution comme l’a dit un poète anonyme : Mohamed et ton nom et celui du prophète ou va l’Algérie est une devinette.

NACER BOUDIAF
Algérie360

keazy
16/01/2010, 16h03
Allah yarhamou...un vrai patriote..sans polémique

hben
16/01/2010, 16h59
Paix à son âme!
C'était une chance pour l'Algérie et même pour ceux qui l'ont assassiné!

Haroone
16/01/2010, 22h17
un grand boudiaf...à ce qui parait, il a été plutôt liquidé aprés avoir décidé d'éradiquer la corruption et poursuivre les voleurs. meskine lah yerehmo

benam
16/01/2010, 22h28
Alors que les hordes barbares pensaient que le pays était un fruit à portée de prêches assassins, d'attentats et de massacres,
et que les fossoyeurs de l'Algérie née des tourments héroïques de Novembre étaient prêts à l'offrir à ses ennemis surgis d'un obscur mais persistant Inhitate,
toi Mohamed Boudiaf, tu as su ranimer, en l'espace de quelques semaines, espoir et esprit de résistance dans nos coeurs, nous les Algériens.

Ton assassin croyait, qu'avec ta mort, la voie serait largement ouverte à la talibanisation rapide de l'Algérie.
Mais ce que tu as semé, est devenu en peu de temps une pousse assez vigoureuse pour résister, puis pour faire plier la bête immonde.

Tu nous as été trop brusquement arraché, mais ton retour au pays bien que bref, a été plus que salutaire.

Paix à ton âme, grand homme ! Tu as laissé la place à des nains !

_

Cookies