PDA

Voir la version complète : Un tribunal marocain condamne les terroristes de la cellule Fath Al-Andalous


icosium
18/01/2010, 15h40
Un tribunal marocain a condamné le 7 janvier les membres du groupe Fath al-Andalous (Reconquête de l'Andalousie) à des amendes et à des peines de prison allant de 4 à 15 ans pour avoir planifié des attaques terroristes contre des installations militaires et civiles.

Les condamnés avaient été arrêtés l'été dernier et accusés d'avoir préparé des attaques terroristes contre le siège de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (MINURSO). Les autorités ont également expliqué que Fath Al-Andalous avait échangé plusieurs messages sur la manière de fabriquer des explosifs avec des membres d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) en Algérie, en Mauritanie, en France et en Espagne.

Les peines de prison prononcées par ce tribunal spécialisé dans les affaires terroristes sont bien moins lourdes que ce qu'avait requis l'avocat général.

Les peines de prison prononcées par ce tribunal spécialisé dans les affaires terroristes sont bien moins lourdes que ce qu'avait requis l'avocat général.

"Les peines prononcées dans cette affaire ont été atténuées", a expliqué un spécialiste marocain de l'extrémisme, Mohamed Darif, à Magharebia à l'issue du procès. Il a expliqué que les juges de ces tribunaux prononcent des peines relativement légères parce qu'ils sont embarrassés par le manque de preuves fournies par les enquêteurs.

Le tribunal a condamné Rachid Zerdani, mécanicien et leader présumé de cette cellule terroriste, à quinze ans de prison et à une amende de 500 000 dirhams. Quatre autres – Kamal Zeimi, Ismail Ammar, Abdel Mawla Emara et Abdel Rahman Oufi – ont chacun été condamnés à dix ans d'emprisonnement. Six autres membres de cette cellule ont écopé de peines de huit ans, et trois autres encore à trois ans derrière les barreaux. L'un des accusés n'a pas été placé en détention, mais devra s'acquitter d'une amende de 5 000 dirhams.

Ces accusés sont originaires de Laayoune, Tanger, Tétouan, Larache et Casablanca.

Idriss Kasouri, spécialiste du terrorisme, a estimé pour sa part que ces peines étaient trop sévères. "Le [tribunal] spécialisé dans les affaires terroristes joue son rôle dans la continuation de la guerre préemptive contre le terrorisme", a-t-il déclaré. "Ainsi… dès que des accusés comparaissent devant le tribunal, des peines sévères sont prononcées à leur encontre, même si les preuves de la partie civile ne sont en général pas si nombreuses".

"De même, les juges des affaires terroristes déclarent rarement une personne innocente", a-t-il ajouté.

Mohammed Benhemmou, un spécialiste de la sécurité, a expliqué à Magharebia que la menace de l'extrémisme et du terrorisme existe encore et qu'il convient donc de rester vigilant.

"Aujourd'hui, si nous voulons lutter contre la menace de l'extrémisme et du terrorisme, nous devons être unis non seulement aux niveaux local et régional, mais aussi au plan international", a-t-il affirmé.

Toutefois, le secrétaire général du Parti socialiste unifié Mohammed Moujahid a fait part de sa préoccupation que des mesures lourdes ne se retournent contre la campagne antiterroriste lancée par les autorités marocaines.

Il affirme que l'extrémisme a diminué ces dernières années, tant au Maroc que dans l'ensemble de la région arabe. Tout en reconnaissant que la menace est toujours présente, Moujahid explique qu'il est important de poser les fondements d'une démocratie saine en réformant la constitution, le système scolaire et le système juridique. Plus important encore, a-t-il précisé, le Maroc doit éliminer les deux fléaux de la marginalisation et de la restriction des libertés.

"Nous devons bâtir un espace économique et social solide, qui permette au public d'exercer ses pleins droits en tant que citoyens", a-t-il expliqué. "De cette manière, l'extrémisme se verra privé du terreau dont il a besoin."

Par Mawassi Lahcen à Casablanca et Siham Ali à Rabat pour Magharebia – 12/01/10

Badis
18/01/2010, 17h11
Un tribunal marocain a condamné le 7 janvier les membres du groupe Fath al-Andalous (Reconquête de l'Andalousie) *

Avant de vouloir reconquérir l'Andalousie il faudrait déjà reconquérir le Maroc.

Cookies