PDA

Voir la version complète : Un lycéen de 18 ans expulsé vers le Maroc


morjane
23/01/2010, 16h39
Un lycéen marocain sans-papiers de 18 ans scolarisé à Colombes (Hauts-de-Seine) a été expulsé samedi matin vers le Maroc, moins d'une semaine après son arrestation, a-t-on appris auprès du Réseau éducation sans frontières (RESF) et de la préfecture de police.

Mohamed Abourar a été mis à bord d'un avion tôt dans la matinée, selon la préfecture. "Cela ressemble à la vengeance de M. Sarkozy", a réagi Richard Moyon, porte-parole de RESF, "en 2006, alors ministre de l'Intérieur, il avait fait expulser une jeune Cap-verdienne du même lycée, mais la mobilisation l'avait obligé à la laisser revenir en France".

Elève en 1ère année de Bac Pro Hygiène et environnement au lycée professionnel Valmy de Colombes, le jeune Marocain avait été arrêté dimanche, gare Montparnasse à Paris, lors d'un contrôle de police pour "consommation sur la voie publique d'alcool dans un périmètre interdit". Des faits en partie contestés par RESF.

Selon la préfecture de police, le jeune homme aurait émis "des menaces de mort à l'encontre des policiers, qui ont porté plainte".

"Comportement exemlaire"

Mais "cette plainte a été classée sans suite", a affirmé Richard Moyon, critiquant "la tendance qu'a le ministre de l'immigration à calomnier les gens qu'il veut expulser".

Au terme de sa garde à vue, le lycéen avait fait l'objet d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière et son recours a été rejeté jeudi par le tribunal administratif de Paris. La procédure a également été validée par le juge des libertés et de la détention et la cour d'appel de Paris.

Mohamed avait rejoint son père en France à l'âge de 13 ans, assure le porte-parole de RESF, dans le but de poursuivre ses études.

L'un des enseignants du lycée Valmy, Boubakar Mazari, affirme que le jeune homme avait déposé un dossier de régularisation en novembre, mais qu'il n'a jamais été étudié.

Dans un communiqué, la CGT Educ'action avait souligné "le comportement exemplaire de Mohamed et son investissement" dans l'établissement. Il bénéficiait d'un contrat "jeune majeur" auprès de l'aide sociale à l'enfance, un dispositif réservé aux majeurs âgés de moins de 21 ans qui connaissent des difficultés.

Par Nouvelobs

Cookies