PDA

Voir la version complète : CORRUPTION: Soltani défend Ghoul et enfonce Meziane


Zacmako
24/01/2010, 06h40
CORRUPTION
Soltani défend Ghoul et enfonce Meziane

Le MSP ne semble pas surpris par ces affaires de corruption. Pour Soltani, la corruption gangrène la société, «le parti en fait partie».

L’accusé est innocent jusqu’à sa condamnation par la justice. La règle universelle est différemment appréciée par le président du MSP, M.Bouguerra Soltani. Apostrophé hier, sur les affaires de corruption qui gangrènent la sphère économique, ce dernier s’est prêté à une contradiction pour le moins surprenante.
Abordant le scandale de l’autoroute Est-Ouest qui a fait planer le doute sur le ministère des Travaux publics depuis quelque temps, Soltani ne semblait pas très inquiété. C’est, en tout cas, ce qu’il a laissé entendre hier sur les ondes de la Radio nationale: «Nous allons respecter la décision de la justice, quelle qu’elle soit.»
Avant d’insister sur le fait que le dossier est en instruction et «qu’à l’heure actuelle la justice n’a pas confirmé l’implication de cadres du MSP».
Soltani adopte un ton complètement différent lorsque la journaliste de la Chaîne III évoque la mise sous contrôle judiciaire du P-DG de Sonatrach. Sur ce dossier, le président du MSP est catégorique. «Il s’agit d’une grave affaire de corruption envers laquelle la justice doit agir avec la plus grande fermeté.»

Soltani fustige les ministres FLN
En d’autres termes, Soltani défend le ministre des Travaux publics Amar Ghoul, et enfonce le P-DG de Sonatrach Mohamed Meziane. Et pourtant Ghoul, à l’instar de son homologue du ministère de la Pêche et des Ressource halieutiques, M.Smaïl Mimoune, et le scandale du thon, ne sont pas au-dessus de tout soupçon étant donné que c’est dans leurs cabinets respectifs que le «cramé» s’est fait sentir. Le président du MSP n’a pas jugé utile d’approfondir un peu plus la question, se contentant de rassurer que «la justice est souveraine» et qu’il s’y pliera.
Cependant, le MSP ne semble pas surpris par ces affaires de corruption. Pour Soltani, la corruption gangrène la société et que «le MSP fait partie de cette société».
Dans un autre chapitre, le président du MSP est revenu sur l’Alliance présidentielle. Il a annoncé une réunion au sommet des trois leaders de cette entité politique, le 2 février prochain. Une occasion pour les trois formations (MSP, RND et FLN) de faire le bilan de l’année précédente. Encore une fois, la récole est maigre.
Les sénatoriales ont élargi le fossé entre les alliés. Cela amène l’un des fervents défenseurs de l’alliance à reconnaître que «cette union dépend d’une seule personne. Il s’agit bel et bien du président de la République». «Nous sommes unis pour appliquer le programme du Président», ajoute-t-il. Partant de ce principe, le président du MSP ne s’est aucunement gêné pour critiquer le travail du gouvernement. S’il est prêt du moins à reconnaître que ses ministres assument «une partie de la responsabilité de ce marasme social», le premier rôle incombe au FLN dont les ministres «gèrent les portefeuilles clés», à l’image de la santé, de la solidarité et du travail. «L’exemple le plus frappant de la mauvaise gestion est illustré par la polémique autour du vaccin de la grippe porcine», soutient-il.
Par ailleurs, à propos de la décision des Etats-Unis et de la France de mettre l’Algérie sur la liste noire. M.Bouguerra Soltani trouve cela «étrange du fait que l’Algérie est reconnue par ces mêmes pays comme un exemple en matière de lutte contre le terrorisme». Soltani évoque des raisons inavouées qui ont motivé la prise d’une telle décision. Selon lui, l’Algérie figure sur cette liste simplement pour avoir voulu cesser d’être «la vache à traire» de ces pays. Poussant plus loin dans ses déductions, il a tenté d’avancer d’autres raisons. Aussi, les amendements apportés à la loi sur les hydrocarbures, ainsi que la loi de finances complémentaire 2009 auraient «affecté les intérêts de ces pays en Algérie».
Par ailleurs, l’Algérie paie, selon lui, pour ses positions politiques, comme le refus d’installer des bases militaires sur son sol. Cela a toute l’allure d’«une punition», selon le leader du MSP qui a prétendu que l’Algérie est l’un des pays où les ports et les aéroports sont le plus sécurisés au monde.
C’est d’ailleurs pourquoi il insiste pour que les Etats-Unis «retirent l’Algérie de cette liste noire».
L'expression

Zacmako
24/01/2010, 06h53
Corruption, débâcle du MSP au sénat
Soltani lâche ses ministres et accuse

Il y a quelques mois seulement, le même président du MSP, interrogé sur les affaires de corruption, avait déclaré : “J’ai des dossiers”. Aujourd’hui, deux de ses ministres sont mis en cause, avec en toile de fond, un lot d’accusations contre ses hommes de main.

Le chef de file du parti islamiste, en l’occurrence le Mouvement pour la société et la paix (MSP), Abou Djerra Soltani, maintient sa position et celle de sa formation politique en affirmant devant le quatrième Conseil consultatif (Majliss Echoura) que “le MSP est le premier parti politique à appeler à la lutte contre la corruption”.
Mis en veilleuse, avant d’être nommé ministre d’État sans portefeuille, démissionnaire du poste après la guerre de dissidence déclarée par son frère ennemi Abdelmadjid Menasra, le secrétaire général du MSP ne semble pas changer de langage, quitte à lâcher ses ministres et ses proches cités nommément dans des affaires de corruption, à commencer par le ministre des Travaux publics et celui de la Pêche et des Ressources halieutiques. Hier, sur les ondes de la Radio nationale, M. Soltani a réitéré la position du MSP, la même position, à savoir celle d’aller vers une lutte globale, sans exclusive, tout en restant évasif sur bon nombre de sujets liés à ces affaires qui défrayent la chronique.
Devant le Majliss Echoura, le même Soltani rappellera que son parti a salué les mesures du président Bouteflika pour lutter contre ce fléau qui a gangrené des départements ministériels et les institutions de la République tout en avouant que “la lutte contre la corruption n’est pas uniquement du seul ressort du gouvernement, mais relève aussi de la responsabilité de tous”. Évidemment, Soltani justifiera le silence du parti par “l’obligation de réserve”, en affirmant, dans ce sens, que “le MSP fait partie d’une alliance qui soutient le programme du président de la République” et, par voie de conséquence, il ne doit pas se prononcer à tout bout de champ sur toutes les questions, y compris sur le front social.
Il y a quelques mois seulement, le même président du MSP, interrogé sur les affaires de corruption, avait déclaré : “J’ai des dossiers !” Une déclaration qui s’est retournée contre lui et qui lui a valu des attaques, y compris à l’intérieur de son propre parti, allant jusqu’à sa mise à l’écart dans le cercle présidentiel où il évoluait. Aujourd’hui, deux de ses ministres sont mis en cause, avec en toile de fond, une diarrhée d’accusations contre ses hommes de main.
Soltani est aussi cet homme déçu et qui vit une indigestion post-électorale. Son parti qui a perdu, le 29 décembre 2009, un nombre impressionnant de sièges au Sénat, vit une véritable débâcle politique au point où Soltani appelle le président Bouteflika à reconsidérer cet état de fait, non sans accuser le parti de Ahmed Ouyahia et de Louisa Hanoune d’être derrière cette situation.

“Le document de base de l’Alliance présidentielle sera revu”
“Nous ne sommes pas contre les alliances conjoncturelles. Mais certaines alliances sont inappropriées du fait que nous faisons tous partie de l’Alliance présidentielle. Si ces coalitions doivent s’inscrire dans la durée, nous devons alors revoir ensemble le document de base signé par le FLN, le MSP et le RND en février prochain. Car, nous n’acceptons pas des alliances parallèles à celle pour laquelle nous avons opté.
L’Alliance présidentielle est un choix politique et stratégique et nous l’assumons ! Nous avons même créé une commission composée de neuf membres afin de faire le suivi de cette instance souveraine chargée notamment de soutenir le programme du président de Bouteflika. Aujourd’hui, nous sommes devant un autre état de fait”, a clamé Soltani qui a tiré à boulets rouges sur le PT et le RND notamment.
Mais le président du MSP ne fait pas seulement face aux dossiers de la corruption et de l’échec de son parti au Sénat. L’ex-ministre d’État sans portefeuille revient sur la crise interne qui continue de secouer son parti.
“Pour le Conseil consultatif, au bout de trois absences injustifiées, un militant est considéré comme exclu, voire auto-exclu.
Nous n’avons même pas besoin de faire appel au conseil de discipline. À mon sens, il s’agit d’un dossier clos qui fait partie du passé.
Je ne le dirai jamais assez, les portes du MSP sont toujours ouvertes pour celui qui voudrait revenir. Pour le reste, le dossier de la dissidence est définitivement enterré par les instances suprêmes du parti.” Interrogé sur la liste noire établie par les États-Unis d’Amérique et la France, Soltani dira qu’il s’agit “d’une grave atteinte à la souveraineté de l’Algérie”.
Aux yeux de Soltani, soumettre nos citoyens à une fouille corporelle “est une décision inadmissible et qui porte atteinte à la dignité de tous les Algériens”. En attendant les résolutions du Majliss Echoura, Soltani estime qu’il est temps pour le MSP de se redéployer, surtout que l’année 2010 ne sera marquée par aucun événement politique ou électoral majeur. Les dossiers de la corruption occupent le devant de la scène politico-médiatique, le MSP reste à l’écoute des développements. Comme tout le Majliss Echoura.
Liberté

Cookies