PDA

Voir la version complète : Janet Sanderson à Alger pour rectifier l'erreur US


DZone
24/01/2010, 09h11
Elle animera un point de presse aujourd'hui au siège de l'ambassade des Etats-Unis

Nouveau rebondissement au plan des relations diplomatiques entre l'Algérie et les USA. Rebondissement somme toute prévisible d'ailleurs et auquel il fallait s'attendre suite au contact téléphonique survenu la semaine dernière entre les deux hauts responsables en charge des affaires étrangères des deux pays respectifs.A rappeler que le ministre des Affaires étrangères algérien, Mourad Medelci, et son homologue US, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton se sont en effet parlé mardi dernier au téléphone au sujet des opportunités et «autres mesures susceptibles de promouvoir davantage les relations bilatérales entre les deux pays». Moins d'une semaine plus tard, «un haut responsable du département d'Etat américain est arrivé à Alger», nous a confirmé hier un auxiliaire de la chancellerie US en poste à Alger. Notre source s'est montrée peu prolixe une fois sollicitée par nos soins pour livrer davantage de détails au sujet notamment de l'identité et du profil de ce haut responsable, de même que sur la composition de la délégation qui l'accompagne. «C'est très confidentiel», tranche de façon catégorique notre source relevant du service de communication de l'ambassade des USA à Alger.
Elle s'est juste contentée de mettre en exergue qu'une conférence de presse sera animée cette fin d'après-midi au sein de la même institution juste évoquée. Elle sera animée par l'hôte d'Algérie dont d'autres sources concordantes ont révélé l'identité. Il s'agit, a-t-on rapporté, de l'ex-ambassadrice des Etats-Unis à Alger pendant les années 2001-2003 et qui n'est autre que la diplomate Janet Sanderson pour la nommer. Celle-ci qui, durant sa présence en Algérie, a pu tisser une relation diplomatique très étroite avec beaucoup de responsables algériens influents semble pour ainsi dire la mieux placée pour assainir le différend entre Alger et Washington qui a vu le jour suite à l'adoption par les Etats-Unis d'un ensemble de mesures sécuritaires à l'encontre des ressortissants algériens.
Des mesures par lesquelles l'Algérie se retrouve sans la moindre consultation au préalable au beau milieu d'une liste où sont notifiés les pays qui sont aux yeux des USA vecteurs de la menace terroriste à travers le monde. La réaction algérienne ne s'est pas fait attendre et Mourad Medelci a multiplié depuis déclaration sur déclaration via ses interventions répétées en vue de faire part de toute la désapprobation de l'Algérie officielle face à la nouvelle attitude adoptée par les USA à même de contrer le terrorisme. «C'est une solution infondée qui participe à singulariser davantage les pays cités dans cette liste», s'est en effet indigné le MAE algérien qui avait auparavant convoqué l'ambassadeur de l'Algérie à Washington pour lui faire part des condamnations les plus vives de l'Algérie à transmettre aux dirigeants américains.

Départager le sécuritaire de l'action diplomatique

Medelci ne s'est guère estompé dans son élan de condamnation de l'attitude américaine jusqu'à cet entretien téléphonique de mardi dernier qu'il a eu avec son homologue Hillary Clinton. Entretien à la suite duquel Washington a décidé de dépêcher sur Alger la diplomate Janet Anderson dans une démarche plutôt de rectification d'un véritable dérapage diplomatique aux accointances graves consommées par les USA à l'égard de l'Algérie. Mission délicate donc pour l'ancienne ambassadrice des Etats-Unis à Alger. Qu'aura-t-elle dire à ce propos au cours de la conférence prévue cette fin d'après-midi à Alger? Selon beaucoup d'observateurs, la diplomate Anderson aura essentiellement à axer son intervention autour de l'idée de faire le distinguo entre ce qui se fait au plan sécuritaire et l'action diplomatique en elle-même. En d'autres termes, Janet Sanderson aura à démontrer que le classement établi par les USA est un travail accompli par des spécialistes américains en matière de sécurité et qui n'a de surcroît aucun lien avec les relations bilatérales tissées entres les deux pays.

Le Temps d'Algérie

amicalement
24/01/2010, 15h53
il n'y a aucune rectification, les GIs ont depechés des representants vers tout les pays concernés par ces mesures, pour essayer de leur faire passer la pellule sans degats sur leur interets.

le classement établi par les USA est un travail accompli par des spécialistes américains en matière de sécurité et qui n'a de surcroît aucun lien avec les relations bilatérales tissées entres les deux pays.



en d'autres mots, on est la juste pour lubrifier le manche, le petrole continuera a couler a flou.

okba30
25/01/2010, 03h10
Il faut qu'il y est quelqu'un pour signifier aux américains que le seul terrorisme dans la région (Sahel) est américain et seulement américain.
Quand je pense que Chavez les a traité d'assassins et criminels à propos de l'hécatombe haïtienne.

Cookies