PDA

Voir la version complète : Augmentation des salaires en Algérie dans six mois


milka
25/01/2010, 20h35
1,5 million de travailleurs des secteurs public et privé concernés.

Les négociations collectives des branches dans les secteurs public et privé ont commencé, hier, lors d'une rencontre présidée par le secrétaire général de l'UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd réunissant le secrétariat national de l'UGTA et les fédérations nationales du secteur économique qui lui sont affiliées, pour la mise en oeuvre des décisions de la dernière tripartite.

Lancées par l'UGTA à la demande du gouvernement, ces négociations doivent aboutir à l'augmentation des salaires des travailleurs dans six mois. En effet, un délai de six mois a été accordé aux 24 fédérations affiliées à l'Union générale des travailleurs algériens pour achever les négociations sur les augmentations salariales avec les partenaires concernés.
C'est d'ailleurs ce qu'a déclaré, M. Sidi Saïd en précisant que "vous avez un timing de six mois pour achever les négociations salariales avec les partenaires concernés. Mais si vous pouvez raccourcir ce délai, il sera bénéfique pour le travailleur". M. Sidi Saïd a indiqué que "plus de un million de travailleurs du secteur public et près de 400 000 autres relevant du secteur privé sont concernés par les majorations salariales".
Il a souligné, en outre, que "la Centrale syndicale est composée de 22 fédérations du secteur public économique, parallèlement à l'Union de la wilaya d'Alger et la Fédération nationale des journalistes algériens (FNJA), toutes chargées d'intervenir dans les augmentations salariales des travailleurs". M. Sidi Saïd a, dans ce contexte, tenu à saluer la FNJA, qui, a-t-il relevé "est à sa première réunion et sera chargée également de négocier l'augmentation salariale des journalistes des secteurs public et privé".
Il a, à cet égard, appelé les autres fédérations à lui "prêter assistance et lui exprimer leur solidarité dans cette démarche", indiquant que "la Fédération de l'enseignement supérieur, de la culture et de l'information et des imprimeries est la structure chargée de négocier les salaires des journalistes de l'APS, de l'ENTV et de l'ENRS".
Il a précisé que "le secrétariat national a désigné trois de ses membres pour suivre les négociations des fédérations, alors que deux autres membres ont été désignés pour suivre les négociations au niveau patronal", relevant "la nécessité de reconsidérer les branches de certains secteurs si cela est nécessaire".
"A vous de voir si nous pouvons reconsidérer certaines branches, sans oublier que le Code du travail sera le ciment qui régit le monde social et partenarial", a expliqué M. Sidi Saïd s'adressant aux représentants des fédérations.
"Même si nous cherchons à augmenter les revenus des travailleurs, nous devons penser également à la santé de l'entreprise et la pérennité de l'emploi", a-t-il toutefois estimé, soulignant qu'"il y a des principes sur lesquels, il ne peut y avoir de négociations".
Il a ajouté par ailleurs que des réunions périodiques se tiendront tous les 15 jours pour évaluer le niveau d'avancement des négociations et qu'un compte-rendu sera régulièrement remis au secrétariat national. Cette hausse des salaires interviendra après la décision des pouvoirs publics de revaloriser le SNMG lors de la Tripartite de décembre dernier.


Ouest-Tribune.

Cookies