PDA

Voir la version complète : L'envers de l'Education


Iska
15/02/2010, 11h11
L'envers de l'Education

par Yazid Alilat

http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gif C'est presque une supplique : «please, ne faites pas grève» ! C'est à quelque chose de ce goût là que les enseignants sont en train d'assister. Le bras de fer entre tutelle et enseignants dans le secteur de l'Education nationale a pris, depuis des années, la forme d'un long feuilleton à….la brésilienne. Y a pas à dire, les parents d'élèves sont mélangés à toutes les sauces, eux qui regardent, pardon qui assistent impuissants à des querelles de clochers entre le ministère et les enseignants, à travers de tenaces syndicats, ceux-ci font vraiment mener la vie dure au ministre, M. Benbouzid. Jusqu'à ce que celui-ci, de guerre lasse ! ne se décide à intervenir dans ce débat, pour appeler les enseignants à la sagesse. La méthode utilisée est originale, unique dans les annales d'un secteur qui ne fait pas sortir chaque année que des lumières. M.Benbouzid a ainsi décidé de répliquer aux syndicats par une lettre ouverte à la communauté éducative. Bizarre ! N'est-ce pas que d'habitude ce sont les syndicats des enseignants, si ce ne sont pas ceux-là même, qui rédigent des lettres ouvertes publiées par la presse à l'intention des pouvoirs publics pour attirer leur attention sur les maux sociaux qui minent le secteur. Et, accessoirement, des revendications salariales. Non, là, le scénario est tout autre : c'est bien le ministre qui a décidé de prendre sa plume, et non pas un microphone dans une conférence de presse, pour, selon lui, démontrer aux syndicats d'enseignants qu'ils ont tort de penser à faire grève. C'est purement de la Science-Fiction, du surréel. Un moment et on se croirait en plein dans un autre pays. Là où les idées se font et se défont à travers des débats démocratiques, même vifs et parfois violents. Cette fois-ci l'opinion publique, et notamment la communauté de l'Education, sont prises au dépourvu avec cette lettre du ministre qui dit que les futurs grévistes ont tort d'aller vers un mouvement qui, de toute façon, ne servira à rien, puisque les résultats sont connus d'avance. Dans cette bagarre qui lasse les parents d'élèves, qui voudraient bien y participer en faisant les arbitres, il y a toute la dimension humaine d'un secteur qu'il faudrait sauver. Oui, il faut sauver ce secteur, d'abord contre les prédations sociales, les déperditions de compétences et les aventurismes. Oui !mais comment, sacrebleu ? Cela fait longtemps que l'Education en Algérie vit mal des changements intempestifs, presque une fois tous les dix ans. Non, y a quelque chose qui ne va pas, d'autant que le secteur public, encore majoritaire, est en train d'être dépassé en douceur par le secteur privé où les salaires sont fixes, selon les compétences, et où le niveau est, parait-il, très Bon. Là, pas de grèves, pas de débrayages, c'est ‘'tu bosses bien, je te paie bien», point à la ligne, comme disaient nos bons vieux professeurs de langues. Et puis, pourquoi, diantre ! Une lettre dans un océan d'incompréhensions, d'absence de passerelles de dialogues, lorsque c'est souvent les élèves qui supportent le poids de cette bataille devenue lassante ? A moins que les lettres ouvertes soient devenues de vraies balles, de vraies munitions contre l'immobilisme ambiant, comme des parallèles qui ne se rejoignent jamais, même à l'infini. Faudrait peut-être penser à revoir certaines notions essentielles dans nos écoles des principes du calcul du temps qu'on perd en de vaines batailles. Car jouer au ‘'perdant gagnant» ne peut s'appliquer que dans le principe du jeu de cartes, mais pas au détriment de générations entières. Aller ! faut sonner les cloches !



Le Quotidien d'Oran

fantia62
15/02/2010, 16h52
Le bras de fer est engagé entre les syndicats et le ministére de l'education depuis longtemps ne faudrait -il pas l'intervention du premier magistrat du pays pour regler ce probleme .L 'avenir des millions d'enfants est en jeu.Pour un pays qui se respecte c' est d 'une importance majeure.D'ailleurs je me demande ou est la societe civile, que pensent les parents d'élèves

Cookies