PDA

Voir la version complète : Une nouvelle ville à Oran


Krimo65
18/02/2010, 16h42
En une décennie, le développement d’El Bahia a nécessité une enveloppe de 200 milliards de DA.

Une nouvelle ville à Oran verra le jour dans les prochaines années. Certes, l’idée est encore en gestation, a admis Tahar Sekrane, wali d’Oran dans une déclaration à L’Expression.
D’autant que le choix du site n’est pas encore déterminé. Les autorités locales hésitent entre les localités proches d’Oran, à savoir Oggaz et Zahana près de Sig, et Tafraoui et Oued Tlelat. L’idée d’une nouvelle ville a été envisagée par le département du Chérif Rahmani dans le but d’endiguer la crise de logement. En outre, la réalisation d’un tel projet est motivée par plusieurs facteurs à commencer par le foncier qui se fait de plus en plus rare à Oran et à la forte demande de logement. Mais peut-on faire face à la crise du logement? A ce sujet, le premier responsable de l’exécutif se veut optimiste. «Si nous obtenons, dans le cadre du programme 2010-2014, un quota de 30.000 logements, la crise du logement ne sera plus qu’un souvenir», a-t-il indiqué expliquant que la wilaya d’Oran a bénéficié de 30.000 unités dans le cadre du plan quinquennal 2005-2009.
Actuellement, la wilaya fait face à la prolifération de bidonvilles, le vieux bâti et l’habitat précaire. «Nous faisons face à une demande urgente. Oran recense près de 30.000 familles à reloger», a affirmé Tahar Sekrane, soulignant que ces familles sont éparpillées entre les bidonvilles et quelque 1 900 immeubles. Faute de marché immobilier, la crise du logement prend des proportions alarmantes même si le taux d’occupation de logement (Tol) est passé de 7.5% à 5.2%. Sur un autre plan, 600 immeubles privés seront rénovés aux frais de l’Etat alors que, normalement, «c’est aux propriétaires d’effectuer les rénovations», souligne le wali. C’est ainsi qu’un montant d’un milliard de dinars a été alloué à la rénovation du quartier d’El Hamri et 1,4 milliard de dinars à Sidi El Houari. Le développement d’El Bahia a coûté plus de 200 milliards de dinars investis dans la réalisation de 1500 opérations touchant tous les secteurs. Cette année, une centaine de nouvelles opérations inscrites, ont nécessité quelque 14 milliards de dinars. A cela se greffent les projets, en chantier, dont le suivi est assuré au niveau central, comme le tramway, le projet de l’extension du terminal des conteneurs du port d’Oran et plusieurs autres projets dans le cadre du GNL16. Tandis que l’aéroport d’Es Senia bénéficiera d’une nouvelle aérogare. L’étude est fin prête. L’avis d’appel d’offres sera lancé dans les prochains jours, a indiqué M.Tahar Sekrane ajoutant que la ville d’Oran n’a rien à envier aux grandes villes européennes. L’enjeu est de faire de la capitale de l’Ouest un pôle régional à même de rivaliser avec les grandes villes méditerranéennes. «Nous voulons faire d’Oran une ville méditerranéenne, occidentale au même titre que Tanger, Marseille, Barcelone et Milan», ambitionne M.Tahar Sekrane. Pour ce faire, El Bahia doit retrouver sa vocation initiale.

L'EXPRESSION

Cookies