PDA

Voir la version complète : Arcelor : qui sera le vainqueur de la bataille psychologique ?


morjane
03/02/2006, 19h11
Mittal Steel en lançant son OPA hostile contre Arcelor a lancé une bataille et maintenant se livre une guerre médiatique qui se déroule avec opération de charme et de séduction pour le premier et contre offensive médiatique pour le second.

===

Depuis huit jours, si la bataille financière n'a pas véritablement commencé, la guerre psychologique fait rage. Alors que Lakshmi Mittal s'efforce de démontrer la solidité de son offre et Guy Dollé dénonce un projet industriel inexistant. Pour mener à bien sa campagne, Mittal Steel a choisi en France le cabinet Image 7, dirigée par Anne Méaux, une des stars de la communication. En face, Arcelor a décidé de s'entourer de Publicis Consultants et Jean-Yves Naouri.

Avantage pour Mittal

Lakshmi Mittal, jusqu'alors inconnu du public, veut séduire et convaincre les Européens. Depuis lundi, il s'est rendu successivement en France, au Luxembourg, en Belgique et en Espagne, sur les terres d'Arcelor, issu en 2002 de la fusion entre le français Usinor, l'Espagnol Aceralia et le Luxembourgeois Arbed. Il a multiplié les rencontres avec les responsables politiques. En France, il a rencontré le ministre des finances Thierry Breton avant de s'entretenir avec le président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée Patrick Ollier (UMP) et le président UDF de la commission des Finances du Sénat Jean Arthuis. Il s'est également entretenu avec le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker et la commissaire à la Concurrence Neelie Kroes.

«Ce genre de démarche est extrêmement rare. Cela montre bien que Mittal avait parfaitement mesuré la dimension politique du dossier», commente anonymement un spécialiste de la communication. «Il renvoie une image d'efficacité, de sérénité, de quelqu'un qui sait où il veut aller, non provocateur: il n'a pas eu un seul mot déplacé contre les réactions protectionnistes françaises», poursuit-il. Lakshmi Mittal s'est aussi affiché dans Paris Match, avec sa famille.

Seul bémol, la présence de son fils Aditya à ses côtés comme directeur financier. «Même s'il est brillant, il est trop jeune, cela donne le sentiment que c'est une affaire de famille», souligne le professionnel de la communication.

Une communication « brouillée » pour Arcelor

Nombre de professionnels estiment que les messages d’Arcelor sont, quant à eux, «brouillés», sans ligne directrice. «La communication d'Arcelor se trompe de cible: ce sont les actionnaires d'Arcelor qu'il faut convaincre, pas l'opinion publique ou les politiques», estime Antoine Boulay, associé de Tilder, cabinet de conseil en communication de crise. Pour lui, c'est d'autant plus surprenant qu'il y a matière à critique, notamment sur la gouvernance du groupe et la qualité de l'offre.
Seul point commun entre les deux ennemis : les sommes considérables qu'ils vont devoir débourser dans cette bataille.

Par Le Figaro

nassim
04/02/2006, 01h33
J'apprécie le pragmatisme de Lakshmi Mittal et dénonce la démagogie des politicards. D'un côté, ils affirment qu'Arcelor est un champion de la sidérurgie, et de l'autre, ils le diminuent et parlent à sa place comme s'il n'avait pas d'équipe dirigeante ou encore d'actionnaires!

Qu'ils laissent les actionnaires et les syndicats d'Arcelor décider seuls du sort de leur entreprise.

- merci pour l'info.

menara
06/02/2006, 15h11
J'apprécie le pragmatisme de Lakshmi Mittal et dénonce la démagogie des politicards. D'un côté, ils affirment qu'Arcelor est un champion de la sidérurgie, et de l'autre, ils le diminuent et parlent à sa place comme s'il n'avait pas d'équipe dirigeante ou encore d'actionnaires!

Ils parlent à la place d'Arcelor car ce dernier ou du moins les dirigeant de se dernier n'ont rien à dire, je dirais même que les jeux sont fait pour Arcelor.

Cookies