PDA

Voir la version complète : Plus jamais la colonisation des peuples ...


amghars
27/06/2004, 13h27
« Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures » voilà des propos tenus non pas par un Le Pen en meeting électoral, mais par Jules Ferry, alors ministre de l’Éducation et initiateur de l’école unique, gratuite, laïque et obligatoire. Cette école était destinée aux bons blancs, mais interdite aux indigènes qui ne doivent guère franchir le cap du certificat d’études.

Jules Ferry et toute la classe politique de l’époque estimaient que l’arabe n’a pas besoin d’un niveau d’instruction élevé ; l’enseignement squelettique qu’on lui dispense doit surtout lui servir à ce qu’il comprenne bien les ordres de ses maîtres et à les exécuter avec application et docilité.

Des générations entières étaient privées de savoir et de connaissance et n’ont connu de cette école que négation de leur histoire et de leur culture.

Maintenir l’autochtone dans l’ignorance, l’exploiter et le mater s’il se révolte, voici donc la devise des colonisateurs. Ainsi le 8 mai 1945 lorsque des Algériens, qui ont participé au sein des forces Alliés comme chair à canon, sont sortis dans la rue pour revendiquer l’égalité et l’autodétermination, la riposte de l’armée coloniale fut impitoyable, bilan : 45000 morts.

Dix ans après, pendant la guerre de libération (1954 - 1962), l’état colonial a tué plus d’un million d’Algériens. Outre ces massacres, la torture a sévi partout en Algérie. Elle était généralisée, institutionnalisée, voire encouragée par les pouvoirs civils et politiques.

Dans ses mémoires, le Général Aussaresses affirme que François Mitterand, à l’époque garde des Sceaux, était au courant de l’assassinat des deux résistants algériens Ali Boumendjel et Larbi Ben M’hidi. Son cabinet avait un fonctionnaire sur place, le juge Bérard qui devait informer Mitterand personnellement. Ce juge aurait encouragé, à mots couverts, Aussaresses, à liquider les deux leaders qui étaient en captivité au moment des faits.

Les techniques nazis de l’électrocution et du gavage par l’eau ont été les armes de torture les plus utilisées.

Le criminel de guerre Bigeard soutient que la torture est un « mal nécessaire » [4] et que les colonisateurs pour mater les colonisés sont « obligés » de les torturer. Si la colonisation ne peut éviter ce « mal nécessaire », c’est tout simplement parce qu’elle-même est un mal absolu.

Pendant près de 130 ans, la présence coloniale a eu pour corollaire des pertes humaines massives (en plus des massacres, les peuples colonisés fournissaient le gros des bataillons et surtout servaient de chair à canon aux deux Grandes guerres), un état de non droit incitant les populations à des révoltes incessantes.

Les images de tortures dans les prisons irakiennes, en plus de leurs atrocités, ont réveillé des douleurs anesthésiées : le colonialisme s’avère fidèle à lui même et garde le même visage, celui de l’horreur et de la barbarie. Les masques tombent, les « champions » des droits de l’homme, des droits de la femme, de la liberté d’expression et je ne sais de quoi encore se révèlent enfin sous leur vrai visage : hideux, haineux, rancunier et profondément inhumain.

Hier, c’était l’Algérie, l’Indochine, aujourd’hui c’est la Palestine et l’Irak. Même arrogance, même mensonge, même horreur. Dans leur mission de combattre « le mal », les Américains n’hésitent pas à massacrer des populations civiles, à détruire le patrimoine culturel [5] et à torturer des prisonniers en dépit de tous les droits internationaux.

Ces tortures sont l’œuvre de quelques « brebis égarées » a-t-on dit. Un autre mensonge.

Non seulement, ces tortures sont institutionnelles, mais elles ont été programmées et pensées au plus haut niveau.

oulala.net

Apophys
04/07/2004, 01h57
rien à dire de plus ....



ps: les pays du tiers monde restent mal barrés .. le colonialisme a changé de forme .. il est devenu monnétaire, économique et politique.

Alex
06/07/2004, 13h21
Cher amghars, bonjour.

Tu dis : « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures »
Ce n'était pas la peine d'aller réveiller de leur tombes les fantômes de la guerre d'Algérie pour illustrer le problème des inégalités sociales, il suffisait tout juste de mettre en rapport la réalité actuelle des miséreux de l'Algérie avec celle de la nomenklatura qui les dirige, et si tu ne sais pas pouquoi je vais te le dire, eh ben figure-toi que c'est sur la mémoire du martyre passé que cette mafia politique qui jouit de la binationalité franco-algérienne repose la légitimité du martyre actuel qu'elle fait subir à la population algérienne :11:

Ciao bello, Alex.

Cookies