PDA

Voir la version complète : La Fifa auditionnera les deux parties le 10 mars


la_touffe
02/03/2010, 03h26
Caillassage du bus de l’équipe nationale d’Algérie

La Fifa auditionnera les deux parties le 10 mars
La Fédération internationale de football (Fifa) auditionnera les représentants des Fédérations algérienne et égyptienne le 10 mars à Zurich, au sujet de l’affaire du match Egypte-Algérie disputé le 14 novembre au Caire dans le cadre des éliminatoires africaines pour la coupe du Monde 2010.


"Nous sommes convoqués le 10 mars pour être entendus par la commission de la Fifa chargée d’examiner exclusivement le dossier du match du Caire", a annoncé le président de la Fédération algérienne de football, lundi lors d’une conférence de presse. Le 12 novembre dernier, 48 heures avant le match Egypte-Algérie, le bus transportant les joueurs de la sélection algérienne avait été attaqué à coups de pierres peu après leur arrivée au Caire, entre l’aéroport et l’hôtel. Trois joueurs algériens, Khaled Lemouchia, Rafik Halliche et Rafik Saifi, avaient été blessés suite à cette agression, rappelle-t-on.el watan.

Gironimoo
02/03/2010, 06h59
La Fifa auditionnera les deux parties le 10 mars
alors le 10 Mars ce n'est que l'audition !!! ... donc le verdict sera encore pour plus tard :rolleyes:

chemic19
02/03/2010, 08h24
attendre tout ce temps juste pour auditionner ,yekhi FIFA ta3 ch3ar!!!
pourtant tout est évident!!!
probablement le verdict ne portera aucune sanction.

GLOST
08/03/2010, 15h15
Agression de l'équipe nationale au Caire: la FIFA

La Fifa ne rendra pas mercredi sa décision disciplinaire concernant les violences autour du match Egypte-Algérie du 14 novembre dernier. L'audition qui se tiendra mercredi à Genève, au siège de l'institution internationale du football, n'est qu'une « audition préliminaire », a indiqué la Fifa, interrogée par TSA. Une information confirmée par une source au sein de la FAF. La décision concernant d'éventuelles sanctions disciplinaires à l'égard de la Fédération égyptienne de football, « interviendra avant le mondial », ajoute cette source. Jusqu'à présent, le commissaire du match et les chargés de sécurité ont été entendus par la Fifa. Elle auditionnera mercredi les responsables des fédérations algériennes et égyptiennes SOURCE TSA

djamal 2008
08/03/2010, 17h50
Israel s'assurera a ce que rien ne sera decide contre l'Egypte et lq FIFA ne serait qu'un organisme servant les intérêts des plus forts. S'il avaient un iota de crédibilité ils auraient pu intervenir en faveur du Togo. Et qu'est ce qui leur concerne de ce qui s'est produit en Angola pour infliger des sanctions a la CDM.

DZone
10/03/2010, 13h10
Un dossier sensible

Aujourd’hui à Zurich auront lieu les délibérations des deux parties en conflit dans l’affaire qui oppose l’Algérie à l’Egypte, après les incidents du 12 novembre dernier.

Ce jour-là, le bus de la délégation algérienne, qui venait d’arriver au Caire en provenance d’Italie, a été caillassé à mi-chemin entre l’aéroport et l’hôtel et trois joueurs ont été blessés dont deux, Lemouchia et Halliche, assez grièvement.

Hier, le commissaire au match, le représentant de la FIFA et d’autres officiels présents au Caire ont été tour à tour entendus et c’est aujourd’hui que débute une autre bataille entre les deux pays, cette fois-ci sur un autre terrain, celui de la justice sportive internationale.

Accompagné d’un avocat, la partie égyptienne va défendre la thèse peu vraisemblable selon laquelle les joueurs algériens se sont blessés eux-mêmes, alors que les Algériens représentés par le président de la FAF, M. Mohamed Raouraoua, et Walid Sadi, membre du bureau fédéral, arrivent à Zurich avec un argument en béton : le film de l’agression.

Vu les éléments qui seront entre les mains de la justice et les arguments des uns et des autres, le dossier paraît facile avec sans doute des sanctions lourdes contre l’Egypte.

Toutefois et vu la sensibilité de l’affaire et la surmédiatisation de la double confrontation entre l’Egypte et l’Algérie, les membres du jury prendront tout leur temps pour délibérer tranquillement et loin de toute pression notamment de la partie égyptienne, avant de rendre leur verdict. Selon des sources proches de la FIFA, les sanctions ne tomberont pas avant dix jours. Elles seraient attendues pour le 20 mars.

ALGERIE 360°

DZone
10/03/2010, 13h14
L’instance internationale confirme ainsi que la rencontre ayant opposé l’Algérie à l’Egypte s’est déroulée en toute sportivité et fair-play.

Un autre échec à l’actif des responsables égyptiens. Selon une chaîne satellitaire égyptienne «la FIFA a rejeté le dossier transmis par le président de la Fédération égyptienne de football, Samir Zaher». La raison? L’instance fédérale internationale dirigée par Sepp Blatter a jugé «le dossier vide».

Ainsi, tout le dossier présenté par le «turbulent» président de la Fédération égyptienne, comme étant solide, n’était en fait que chimère. Par cette décision, la Fifa confirme que la rencontre ayant opposé l’Algérie à l’Egypte s’est déroulée en toute sportivité et fair-play, déboutant ainsi Samir Zaher qui ne cessait de multiplier les déclarations à qui veut l’entendre que le dossier transmis à la Fifa contre les pseudo «hooligans» algériens est si solide et si lourd que la décision de la commission de discipline de la Fifa va trancher en faveur de l‘Egypte.

D’ailleurs, après son audition en Suisse par les responsables de la Fifa, Samir Zaher n’a pas trouvé mieux que d’annoncer, à son retour, aux journalistes égyptiens, qu’il s’est «déplacé au siège de la Fifa pour présenter ce lourd dossier contre le président de la Fédération algérienne de football et les événements du match Egypte-Algérie.».

Mieux encore, Samir Zaher a même accusé les Soudanais de complicité avec les Algériens contre son équipe lors du match d’appui joué à Khartoum. Accusé de «mauvaise gestion» de la Fédération égyptienne de football, Samir Zaher a tenté de se cacher derrière ce fallacieux subterfuge, oubliant que les responsables de la Fifa ne sont point de simples Egyptiens qui continuent de prendre des vessies pour lanternes.

Aussi multiplie-t-il les fausses déclarations et accusations pour détourner l’opinion sur son cas. Il est même allé organiser pompeusement une «conférence de presse mondiale» pour dénoncer les soi-disant agressions de supporters algériens à l’encontre des Egyptiens après le match d’appui du 18 novembre dernier, à Khartoum, entre son pays et le nôtre pour le compte des éliminatoires du Mondial 2010.

L’annonce du rejet par la Fifa du dossier «vide» égyptien explique le revirement du très contesté patron de l’instance égyptienne de football qui a décidé d’annuler sa conférence de presse internationale prévue, normalement, pour jeudi prochain! L’annulation de cette opération de charme envers les médias internationaux obéit à «une raison d’Etat» puisque la campagne médiatique anti-algérienne s’est estompée pour laisser place à une tentative de certains cercles étatiques égyptiens d’assainir les relations entre les deux pays.

Prêchant dans le désert, Zaher s’est rendu compte, finalement, qu’il est tout seul avec un dossier plein d’inepties au point qu’il est devenu, non seulement la risée de certains membres de sa propre instance fédérale, mais également de certains membres d’instances internationales.

Ce qui vient de se concrétiser par le rejet pur et simple de ce qu’il présentait comme un «dossier contre l’Algérie». En outre, Samir Zaher a annulé sa fameuse conférence de presse mondiale du fait qu’il n’avait aucun document pour corroborer ses accusations, d’une part, et de crainte d’être interpellé sur la question de Ghaza, d’autre part.

Autre fait marquant, la volte-face de Samir Zaher intervient juste après les révélations du ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, qui a admis que le gouvernement égyptien avait étudié la possibilité d’envoyer à Khartoum, juste avant le match du 18 novembre 2009, «des forces spéciales de l’Armée ou de la police, en tenues civiles».

Pour le moment, on attend toujours la décision de l’instance fédérale internationale de football concernant les événements du Caire quand le bus transportant les joueurs de l’Equipe nationale a été caillassé par des supporters égyptiens avec la bénédiction des services de sécurité du pays. Certes, il ne faut pas s‘attendre au pire. La décision, prévue pour la fin de l’an dernier, a été reportée à février prochain. Et on s’attendra donc à voir l’Egypte condamnée à une forte amende avec quelques matchs à huis clos, en guise de sanction…

Said MEKKI
L'Expressiondz

Cookies