PDA

Voir la version complète : Les autorités américaines rattrapées par des enfantillages


nassim
04/03/2010, 13h49
Les autorités américaines accusent le monde entier de laxisme en matière de sûreté aérienne, mais elles aussi connaissent de réelles défaillances. Le 16 février, depuis la tour de contrôle de l'aéroport de New York - John F. Kennedy, l'enfant d'un aiguilleur du ciel donnait par radio... des instructions de décollage aux avions de ligne. Cela aurait pu tourner au drame. Une petite erreur de phraséologie et les trajectoires de deux appareils peuvent se couper avec une collision, au sol ou en vol, provoquant des centaines de morts. C'est d'autant plus facile que sur cet aéroport - un des plus importants aux États-Unis -, les différentes pistes sont parallèles, mais aussi sécantes. Si l'autorisation de décoller est donnée à deux avions en même temps, la collision est presque garantie.

Cet épisode soulève de nombreuses interrogations et craintes. Et si des terroristes avaient remplacé les aiguilleurs du ciel ? Un nouveau 11-Septembre pourrait survenir sans faire appel à des kamikazes ? Autre question que l'on peut se poser : comment est gérée une telle tour de contrôle ? Dans la vigie, espace vitré situé au sommet du bâtiment avec vue sur l'ensemble des pistes, travaillent une dizaine de contrôleurs et de techniciens en fonction du trafic à assurer. Voyant un enfant parler au micro, même avec son père à ses côtés, personne n'a-t-il pu ou osé dire "on arrête de jouer" ?

Une précision technique : le dialogue entre l'enfant et l'équipage d'un avion a été enregistré et diffusé d'abord par une chaîne de télévision locale. Les liaisons radio entre les pilotes et les tours de contrôle peuvent, en effet, être écoutées sur le site Internet LiveATC.net en indiquant KJFK (pour l'indicatif de New York - J. F. Kennedy). Au cours de l'enregistrement d'une durée d'un peu plus d'une minute, on peut entendre l'enfant dire : "Jetblue 171, autorisé décollage." Le père du garçon donne ensuite des instructions plus détaillées à l'équipage de l'avion, à destination de Sacramento, en Californie. Puis il donne aux pilotes une explication pour cette voix d'enfant au micro : "Voila ce qui se passe, les gars, quand les enfants ne sont pas à l'école."

source : Le Monde

Cookies