PDA

Voir la version complète : Le premier Sommet UE-Maroc, un signal fort à l'égard d'un pays voisin de l'UE


Page : [1] 2 3

riad020
05/03/2010, 16h57
Le premier Sommet UE-Maroc, un signal fort à l'égard d'un pays voisin de l'UE (Moratinos)


MAP Madrid - Le Sommet UE-Maroc est " un signal important, un signal fort, à l'égard d'un pays voisin de l'Union Européenne ", a affirmé, jeudi, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos à la veille de la tenue, les 6 et 7 mars courant à Grenade (Andalousie, Sud), de la réunion de haut niveau.

http://www.map.ma/fr/sections/accueil/le_premier_sommet_ue/downloadFile/photo/moratinos3333.jpg

Dans une interview publiée sur le site Web de la présidence espagnole de l'UE, le chef de la diplomatie espagnole a souligné l'importance que revêt cette réunion pour l'UE.
" Il s'agit du premier sommet que l'UE organise avec un pays tiers après l'approbation du Traité de Lisbonne et, par conséquent, c'est un signal important, un signal fort, à l'égard d'un pays voisin de l'UE, un voisin de l'Espagne et un pays du sud ", a-t-il souligné.
" L'UE, qui porte son regard vers le Sud, a l'opportunité de tenir son Premier sommet sous le Traité de Lisbonne avec un pays qui souhaite se rapprocher et baser ses relations avec l'UE au travers d'un statut avancé ", a souligné M. Moratinos dont le pays assure la présidence semestrielle de l'UE.
Il a indiqué, à cet égard, que l'application progressive du statut avancé avec le Maroc, qui a été approuvé en octobre 2008, mérite que la Présidence espagnole lui porte " une attention particulière ".
Le ministre espagnol des AE s'est également dit convaincu que " le sommet sera un pas en avant supplémentaire dans les relations privilégiées entre le Maroc et l'UE ".
Après avoir relevé que le Maroc, qui est " un vieux voisin de l'UE ", souhaite participer de plus en plus dans tous les domaines ou compétences porteurs de progrès en matière d'intégration économique, sociale ou technologique, il s'est dit convaincu que le Royaume obtiendra un soutien important lors de ce sommet.
" En ce qui concerne les thèmes politiques, et surtout les thèmes économiques et financiers, le Maroc obtiendra un soutien important lors de ce sommet ", a-t-il dit.
Concernant les thèmes qui seront abordés lors du Sommet, le ministre espagnol des AE a indiqué que différents sujets seront examinés au cours de la réunion. " Nous parlerons de tout l'agenda régional et, en particulier, de la Méditerranée. L'Union pour la Méditerranée fera partie du débat à l'ordre du jour avec le Maroc tout comme, logiquement, les questions régionales, telles que celles du Maghreb et du Sahara occidental ", a-t-il expliqué.
En plus de ces sujets, le Sommet UE-Maroc abordera d'autre thèmes comme l'immigration. Dans ce contexte, le chef de la diplomatie espagnole a affirmé que le Maroc est un pays clé dans la gestion des flux migratoires.
" Le Maroc est un partenaire qui aide énormément les pays européens et les pays d'origine à gérer de manière coresponsable les flux migratoires. Par conséquent, c'est un pays essentiel pour une gestion correcte et efficace de ces flux ", a tenu à souligner M. Moratinos.
Mercredi soir, des sources de l'exécutif espagnol ont qualifié de " sans précédent " le premier Sommet UE-Maroc qui constitue " la culmination du processus de rapprochement entre les deux partenaires ".
" Le Sommet qui se tiendra en terre espagnole et durant la présidence espagnole de l'UE, vient renforcer l'une des constantes de la politique extérieure espagnole, à savoir le caractère prioritaire de nos relations avec le Maghreb et l'engagement stratégique de l'Espagne envers le Maroc ", ont relevé les mêmes sources lors de la présentation de l'agenda du premier Sommet UE-Maroc.
Elles ont également fait part de leur espoir que la dynamique qui sera enclenchée grâce à ce sommet puisse favoriser non seulement un rapprochement institutionnel et une intensification des relations entre l'UE et le Maroc mais également devenir un exemple pour tout le Maghreb.

riad020
05/03/2010, 17h03
sommet UE-Maroc revêt une "importance stratégique" (diplomate espagnol)
Cordoue- Le 1er sommet entre l'Union européenne et le Maroc, qui se tiendra les 6 et 7 mars à Grenade (sud de l'Espagne), revêt une "importance stratégique" pour les deux parties, a souligné M. Luis Planas Puchades, ambassadeur d'Espagne au Maroc.

http://www.map.ma/fr/sections/accueil/le_sommet_ue-maroc_r/downloadFile/photo/Luis_Planas.jpg

Cette rencontre, la première de l'UE avec un pays du sud de la Méditerranée, est une reconnaissance des reformes engagées par le Maroc dans tous les domaines et reflète la volonté de l'Europe de donner un nouvel élan à ses relations avec le Royaume, a ajouté M. Planas dans une déclaration à la MAP en marge du 1er Forum des autorités locales UE-Maroc tenue à Cordoue.
Il a également qualifié d'"historique" ce sommet, tenu sous la présidence espagnole de l'UE, notant que ce rendez vous est susceptible de renforcer les liens de coopération entre les deux parties dans les domaines, notamment politique et économique.
L'ambassadeur espagnol a précisé que son pays veut donner une dimension européenne à sa coopération avec le Maroc, ajoutant que ce sommet consolidera cette vision pour bâtir une relation tripartite UE-Espagne-Maroc.
Le Maroc occupe une place "privilégiée" dans la coopération et le dialogue politique avec l'Union qui a couronné les avancées réalisées par le Royaume avec la concession du Statut avancé, a dit le diplomate espagnol.

ayoub7
05/03/2010, 18h01
Après cette semaine, le Maghreb aura clairement un pays leader...

bledard_for_ever
05/03/2010, 18h05
hahahha

Mais ayoub tu n es pas déjà leader ?:) à vous lire si et dans tous les domaines.

Non avant c etait le pays toutou, Mnt c toutou avec une laisse. Moins dangereux donc:)

ayoub7
05/03/2010, 18h20
Si tu as lu l'eventail des domaines ou le Maroc sera entendu, tu comprendras que ca depasse largemetn le cadre bilateral et que ca englobe la region...

Bien entendu qu'on etait deja leader, ce statut n'est que la consecration et la confirmation de ce fait ;)

TAGHITI
05/03/2010, 18h42
Après cette semaine, le Maghreb aura clairement un pays leader..Si les pays devenaient leader juste aprés des parlottes pour envoyer des signes forts, comem disait l'autre diplomate espagnole, tlm serait un leader, même la Somalie, aprés la fameuse conférence internationale des donateurs!

Beidawi II
05/03/2010, 18h52
Sauf que là c'est pas pour donner quil y'a un sommet, ou pour aider un pays au bord de l'éclatement, mais c'est pour faire fructifier les liens entre un pays arabe, musulmans et africains avec l'Europe.
On est donc leader dans ce domaine.

jawzia
05/03/2010, 18h54
Si tu as lu l'eventail des domaines ou le Maroc sera entendu,
Le statut avancé est une feuille de route que la Maroc devra honorer pour prétendre à quelques subsides.

Comme le disait le premier ministre : " l’oxygène politique et démocratique nous vient du Nord." (par pudeur il a omis de citer l'oxygène économique ).

Bachi
05/03/2010, 18h56
Le statut avancé est une feuille de route que la Maroc devra honorer pour prétendre à quelques subsides.

540 millions d'euros ...
500 millions pour l'Egypte.

60 millions pour la Lybie mais ce pays n'en a pas besoin

jawzia
05/03/2010, 18h59
540 millions d'euros ...
A ce prix là, plusieurs pays arabes ont la capacité de doubler (voir tripler) la mise et octroyer "tous les statuts" possibles et imaginables au Maroc;)

houari16
05/03/2010, 19h02
Concernant les thèmes qui seront abordés lors du Sommet, le ministre espagnol des AE a indiqué que différents sujets seront examinés au cours de la réunion. " Nous parlerons de tout l'agenda régional…..

Voilà ! ce qui est très intéressant …..
Affaire à suivre …

Après cette semaine, le Maghreb aura clairement un pays leader...


Rêve debut ! Lakhber Ijibouh Twala !

Sera le royaume chérifien avec un OS dans le Palais ;) ?

Bachi
05/03/2010, 19h03
Mais, perso, je ne suis pas sûr que la feuille de route soit respectée.
Je ne crois pas que les droits de l'homme, par exemple, seront plus respectés. Surtout au SO

jawzia
05/03/2010, 19h08
A vous lire, on croirait que je vis dans un pays en ruines où les gens meurent de faim, où il y a une intifada permanent etc...
Hacha Lilah.

N'empêche que cet accord ressemble à une procuration de pouvoir qui livre le peu de ce qui reste de souveraineté au Maroc. C'est un point de vue !

TAGHITI
05/03/2010, 19h11
A vous lire, on croirait que je vis dans un pays en ruines où les gens meurent de faim, où il y a une intifada permanent etc...Dsl ba Aroub, je n'ai pas encore lu ce genre de propos sous ce topic au moins, les gens ici, algériens voulant comprendre la réalité, et marocains tantôt gonflés, tantôt énervés et en colère, s'enfoncent dans des explications souvent sans aucun sens, comme l'autre Ayoub qui classe le maroc déjá en leader, alors que le sommet n' pas encore commencé et Dieu seul connait ce qui arriverai á partir de Samedi prochain!

rodmaroc
05/03/2010, 19h23
N'empêche que cet accord ressemble à une procuration de pouvoir qui livre le peu de ce qui reste de souveraineté au Maroc. C'est un point de vue !
__________________

c'est une facon de voir les choses...mais c'est complètement anachronique comme facon de penser...

jawzia
05/03/2010, 19h30
mais c'est complètement anachronique comme facon de penser...
C'est aussi une façon de voir les choses.

Mais lorsque un premier ministre lâche (sans pudeur aucune "comme vous le savez, l’oxygène politique et démocratique nous vient du Nord" ... Moi, je trouve ces propos diffamants parce que (je les comprend -peut être ai je tort) c'est un aveu que l'avenir du Maroc se construit ailleurs et/ou tributaire de cercle décisionnels qui lui échappent totalement.

TAGHITI
05/03/2010, 19h33
Et vous etes les victimes.

Et nous sommes vos frères.

Ns sommes certainement des frères , marocains et algériens, mais tu ne peux pas juger si ns, algériens, sommes des victimes plus que vs, ns sommes tous quelque part des victimes de nos despotes, mais ce n'est le sujet traité ici!

rodmaroc
05/03/2010, 19h36
comme vous le savez, l’oxygène politique et démocratique nous vient du Nord
il n'y a pas de mal à s'arrimer à l'europe...on a besoin d'une locomotive...tout seul s'est difficile de s'en sortir...je pense que faire un constat d'echec est une bonne chose.

TAGHITI
05/03/2010, 19h38
"comme vous le savez, l’oxygène politique et démocratique nous vient du Nord" Jawzia, je trouve que le PM a raison en quelque sorte, car cet oxygéne ne vient certainement pas de l'Est, et encore moins du Sud où le conflit du SO attend une solution! C'est l'asphyxie qui s'installe, donc une bouffée d'xygéne du Nord est le seul moyen pour respirer!

jawzia
05/03/2010, 19h43
Jawzia, je trouve que le PM a raison en quelque sorte, car cet oxygéne ne vient certainement pas de l'Est, et encore moins du Sud où le conflit du SO attend une solution! C'est l'asphyxie qui s'installe, donc une bouffée d'xygéne du Nord est le seul moyen pour respirer!
Il n'a à venir d'aucun point cardinal. C'est au Maroc et par les marocains que tout viendra a fortiori lorsqu'il évoque les aspects "Démocratiques et politiques"

Pour l'économique, c'est plus difficile je le concède.

De toute façon, les européens ne vont pas se gêner (tout en saupoudrant par du sucre syntaxique) pour dicter au Maroc (au travers de cette feuille de route) des politiques impopulaires. Celle là à titre d'exemple :
Toutefois, les subventions aux produits de première nécessité, qui constituent une part de plus en plus forte des dépenses de l’Etat, font peser une menace sur la consolidation budgétaire entreprise depuis plusieurs années. En outre, elles bénéficient avant tout aux classes sociales les plus favorisées. L’UE encourage le Maroc à mettre en place un système de ciblage des subventions qui puisse avant tout bénéficier aux plus pauvres. .

rodmaroc
05/03/2010, 19h51
Il n'a à venir d'aucun point cardinal. C'est au Maroc et par les marocains que tout viendra a fortiori lorsqu'il évoque les aspects "Démocratiques et politiques"

Pour l'économique, c'est plus difficile je le concède.
__________________

l'econmique et le politique sont liés...la preuve:avec l'arrivée de M6 et l'ameliorations des libertés la croissance moyenne du PIB est passé de moins 3% à plus de 5% durant les 10 dernières années..
par ailleurs je donne toujours l'exemple du japon qui est devenu une puissance en s'arrimant aux états unis aprés la deuxième guerre mondiale.

jawzia
05/03/2010, 20h03
l'économique et le politique sont liés.
De moins en moins. Le premier a tendance a faire cavalier seul.

Arrimer ! arrimer !! Au vu des ordres de grandeur et l'état d'esprit prévalant chez "l'arrimé" (évoque par le PM) et l'arrimeur, je pencherai vers pleins d'autre verbes.

atlante
05/03/2010, 20h44
Le statut avancé permet déjà au Maroc un accès au programme européen les plus important sont Galileo et le programme européen concernant l'aviation civile, il a permit un élargissement des cotas pour les exportations national, dernier exemple les tomates.
le statut avancé permettra après quelque round de négociation (c’est déjà annoncé) la levé progressives des visa pour les hommes d'affaires marocains et les étudiants.
a part ça, tt le monde maintenant négocie pour avoir un statut avancé avec l'UE ; la Tunisie, la Jordanie, l'Egypte et même le Liban .....Alors le Maroc a eu un grand privilège.
Maintenant je comprends votre frustration, l'Algérie vient de se voir ficher sur la liste des pays les plus dangereux du monde cote à cote avec la somalie et le Pakistan, faut choisir.

Focus
05/03/2010, 20h46
Si le Maroc doit renoncer à une part de souveraineté comme le font les Etats membres de l'UE pour se developper et faire prosperer la vie des marocains, et bien qu'il en soit ainsi, on pourra toujours reviser notre position une fois l'objectif atteint. On est ni les premiers ni les dernier. Quand au souffle venant d'une nord, bien il a pas menti, ce n'est pas de l'est que sa viendra, ou du sud, mais des pays du nord qui ont une tres grand longueur d'avance sur nous autres.

Bachi
05/03/2010, 20h48
Si le Maroc doit renoncer à une part de souveraineté comme le font les Etats membres de l'UE pour se developper et faire prosperer la vie des marocains

Ca ne tient pas...
Les pays membres perdent de leurs souverainetés mais les retrouvent à L'UE.

atlante
05/03/2010, 20h49
L’Union Européenne a donc octroyé le « statut avancé» au royaume du Maroc. Alors pour le Maroc, qu’est ce que cela représente concrètement, notamment dans les domaines politiques, économiques socialoculturels ?
L’Union Européenne indique donc à l’issue de la session du conseil d’association que les mesures adoptées aujourd’hui concernant particulier « La coopération en matière politique et de sécurité, la préparation d’un accord de libre-échange global et approfondi, l’integration progressive du Maroc dans plusieurs politiques sectorielles de l’Union et le développement des échanges entre les peuples» .
En fait entre le Maroc et l’Europe tout se passe jusqu’ici sur base de l’accord d’association de l’an 2000, et sur ce que l’Europe qualifie de « Politique de voisinage» (politique avec les voisins immédiats qui n’adhèreront pas à l’Union Européenne). Cela dit depuis 2004, le Maroc réclame un statut avancé de coopération et dans son dernier rapport sur la politique de voisinage, la commission européenne jugeait que 4 pays dont le Maroc méritaient précisément un renforcement des liens, qui plus est, le président français s’y était engagé à peine élu, chose promise chose due, sous présidence française, le Maroc sera donc le 1er pays à bénéficier de ce nouveau type de relation avec l’Europe. Ce nouveau statut renforcé entraînera une intégration progressive du Maroc dans le marché intérieur de l’Union Européen, et des sommets entre le Maroc et les 27 seront organisés. Quant aux questions de crises, ce sera aussi à terme la mise en place d’un espace économique commun semblable à celui qui associe pour l’instant par exemple la Suisse ou la Norvège à l’Union Européenne. Et enfin, le Maroc pourrait participer concrètement aux agences européennes en charge de l’espace commun de police et de justice, à l’agence européenne de sécurité aérienne ou encore à l’observatoire européen des drogues et les toxicomanies. Enfin, les financiers européens devraient croître vers le Maroc, déjà premier bénéficiaire de fons européens de la politique de voisinage.

atlante
05/03/2010, 20h53
Le Maroc a enfin obtenu le très convoité “statut avancé” auprès de l’Union Européenne. Un événement qui, sans changer dans l'immédiat le quotidien des Marocains, représente un pas important. Décryptage.


L’événement ne fera probablement pas date dans l'histoire du royaume. Le 13 octobre se tenait la 7ème session du Conseil d'association entre l'UE et le Maroc. Une rencontre un peu particulière, puisque, après des années d'attente, l'UE a enfin accordé au Maroc ce très attendu “statut avancé”. Mais quelles avancées, justement, apporte ce nouveau texte ? Explications, en huit points.


1. Une coopération politique renforcée
“Plus qu’un partenariat” : le leitmotiv, martelé par le Maroc, a porté ses fruits. Avec le statut avancé, les relations politiques acquièrent une dimension institutionnelle. “La concertation sera plus régulière et plus rigoureuse”, note l’universitaire marocain Larabi Jaïdi. Pour ce faire, des sommets annuels sont prévus entre les chefs d’Etat, c’est-à-dire entre le roi du Maroc et les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne. Et pour tisser des liens plus informels, les ministres ou hauts fonctionnaires marocains participeront à de nombreuses réunions européennes. S’ajoute une porte ouverte pour le Maroc au sein de nombreuses agences européennes. Une belle perspective, car “ce sont les lieux où se définissent les politiques de l’Union à l’échelle sectorielle”, rappelle Larbi Jaïdi. Le Maroc participera au choix, à Europol (police), à Eurojust (justice), à l'Agence européenne de la sécurité aérienne ou encore à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. “Nous nous plaçons sur un strapontin dans le processus intracommunautaire pour les décisions stratégiques, notamment de politique de sécurité et de défense”, résume avec un certain sens de l'allégorie cet observateur.

2. Un atout diplomatique... potentiel
L’obtention du statut avancé est une première pour un pays non-européen, alors que d’autres sont candidats, comme l’Ukraine ou Israël. “Le Maroc a le même statut que la Norvège ou la Suisse. Il fait partie du dernier cercle avant l’adhésion”, commente Hassan Abouyoub, ancien ambassadeur du Maroc à Paris. Une avancée symbolique qui vaut son pesant de poids diplomatique. Et la réaction du Front Polisario n’a pas tardé. Dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy, Mohamed Abdelaziz a affirmé que “le statut avancé est porteur de réels dangers pour l'avenir du Sahara occidental”. Dans sa déclaration, l’UE annonce, de son côté, “soutenir les négociations de Manhasset”, appelant les deux parties à “faire preuve de réalisme et d’esprit de compromis”. Mais le fait que, désormais, des diplomates marocains puissent assister aux discussions de leurs homologues européens aux Nations Unies est un “avantage considérable”, selon ce vieux routier de la politique étrangère. Car, “la concertation dans les organisations internationales” est un élément-clé du statut avancé.

3. Une zone de libre-échange élargie
Les amateurs de grosses cylindrées le savent. Dès 2012, les droits de douane sur l'importation de véhicules automobiles seront nuls, en vertu de l’accord d’association signé en 1996 et en vigueur depuis 2000. L’Union européenne est déjà le premier partenaire commercial du Maroc, ayant représenté 66,3% de ses échanges en 2007. Mais le statut avancé va plus loin. Une des grandes avancées réside dans l’ouverture de la zone de libre-échange à d’autres secteurs, comme les produits agricoles ou les services, parmi les plus attendus par les entrepreneurs marocains. La libéralisation des mouvements de capitaux et l’accès aux marchés publics sont également à l’ordre du jour. À terme, le Maroc intégrera tout simplement le marché intérieur européen.

4. Un outil de développement ?
Ces avancées doperont-elles la croissance ? “La zone de libre-échange ne sera bénéfique que si l’ouverture est progressive et asymétrique, soutient cet économiste. Le démantèlement des droits de douane pour les produits importés doit être plus tardive que celui des produits exportés. Autre exemple, l’importation au Maroc des fruits et légumes doit précéder celle de produits stratégiques comme les céréales, l’huile ou le sucre”. Avec une totale libéralisation des importations et des exportations, les Marocains ne risquent-ils pas de consommer plus de produits étrangers et réduire ainsi les gains obtenus avec une hausse des exportations ? La question n’inquiète nullement Hamad Kessal, vice-président de la CGEM. “Nous restons compétitifs avec notre main-d’œuvre bon marché. Mais la concurrence sur le marché local doit se faire en termes de qualité. L’ouverture va booster l’offre, car au Maroc, on n'innove que sous la contrainte”, estime-t-il. Quid de la démocratisation du pays ? “Le statut avancé impose beaucoup de contraintes et le Maroc va subir l’évaluation de ses pairs. Nous sommes astreints à jouer dans la cours des grands”, analyse cet observateur. Et d’ajouter : “Et ce n’est pas un cadeau que nous fait l’Europe”.

5. Une harmonisation législative
Pour permettre une libéralisation totale des échanges entre le Maroc et l’UE, le statut prévoit aussi l’élimination des “restrictions non tarifaires”, à savoir les normes de qualité techniques, sanitaires, environnementales ou de protection sociale imposées aux produits importés (emballage recyclable, travail des enfants, traçabilité des produits animaux…). “Ces restrictions sont les plus difficiles, car elles ne sont ni homogènes ni quantifiables”, commente Hamad Kessal. Pour y remédier, “les normes européennes devront être transféré en droit marocain”, détaille Larabi Jaïdi. Dans le même sens, un jumelage administratif est prévu. L’opération, mise en place dans les pays pré-adhérents, permet à chaque administration de négocier l’uniformisation de ses règlements.

6. Davantage d’aides européennes ?
Pour aider le Maroc à réaliser les réformes énoncées, l’Union Européenne devrait accroître son aide au royaume. Symboliquement dès 2011 et significativement à partir de 2014. Car les fonds d'aide européens sont planifiés jusqu’en 2010, dans le cadre de la politique de voisinage dont le Maroc est actuellement le premier bénéficiaire, avec 654 millions d'euros pour la période 2007-2010. “L’UE fera un geste pour le plan 2011-2013, mais la véritable hausse devra attendre la négociation d’un nouveau budget européen pour 2014”, indique Bruno Dethomas, ambassadeur de la Commission européenne au Maroc.

7. L’immigration, la grande absente
Dans les 37 points de sa déclaration sur le statut avancé, l’Union Européenne “se félicite”, “soutient”, “apprécie” et “salue” (la consolidation des droits de l’homme, la bonne organisation des élections, la lutte contre le terrorisme…). Seule une fois, l’UE “regrette”. C'est sur le sujet de l’immigration. “Le statut avancé n’est pas suffisamment ambitieux sur la gestion des flux migratoires”, a précisé Hugues Mingarelli, directeur général adjoint des relations extérieures à la Commission européenne. Le Maroc et l’Europe négocient en effet depuis des années sur la facilitation de l’octroi de visas, en échange de la réadmission au Maroc des immigrés illégaux subsahariens qui ont transité par le royaume. Mais le Maroc continue à résister à la pression européenne. Pour le moment…

8. Une feuille de route, pour aller où ?
“Le statut avancé n’est pas une arrivée, mais un nouveau départ, à l’étage supérieur”, explique Bruno Dethomas. Car si l’accord d’association entre le Maroc et l’Union Européenne est juridiquement contraignant, le statut avancé n’a qu’une valeur formelle. C’est, en langage diplomatique, une feuille de route. Sous la forme d’une déclaration commune entre les deux entités, elle liste les domaines où les relations sont à améliorer. “Le statut avancé ouvre des perspectives, mais tout est encore à construire”, opine Larabi Jaïdi. Du côté officiel marocain, l’optimisme est de rigueur. Le ministre des Affaires étrangères, Taïb Fassi Fihri, a notamment déclaré espérer un nouvel accord formel après 2013. Pour l’heure, le statut avancé est “le plus grand pas franchi par le Maroc depuis l’indépendance”, se félicite Hassan Abouyoub.

ksar
05/03/2010, 20h56
tant mieux pour le maroc ,moi je dirais meme que les marocains sont plus proches des europeens que les algeriens,et je leur souhaite de devenir un etat europeens comme les autres,et de laisser sa place a la ligue arabe et surtout a la presidence el qods.....

c'est tout le bien que je vous souhaite:lol:

TAGHITI
05/03/2010, 20h57
Ce nouveau statut renforcé entraînera une intégration progressive du Maroc dans le marché intérieur de l’Union Européen,

C'est á dire atlante, concrétement, ca donnerait quoi sur le terrain? des exemples concrets, et non des souhaits!
Vas y , on voudrait bien comprendre ce que tu partages avec ns comme articles sur la base d'exemples, car ces articles sont accéssibles pour tlm sur le net !

atlante
05/03/2010, 20h59
A la veille du sommet Maroc-UE, Principales dispositions du statut avancé liant les deux parties


Dialogue politique et stratégique
- Organisation d’un sommet Maroc/UE.
- Réunions informelles, sur une base ad hoc, entre le ministre des Affaires étrangères du Maroc et ses homologues européens.
- Cadence régulière des réunions du dialogue politique renforcé et programmation de réunions thématiques entre le Maroc et l’UE (Secrétariat général du conseil/commission).
- Participation du Maroc aux opérations de gestion des crises (civiles et militaires) avec l’UE.
- Soutien du Maroc aux déclarations PESC (Politique européenne de sécurité commune).

Coopération parlementaire
- Création d’une commission parlementaire mixte Parlement marocain/Parlement européen.
- Renforcement des échanges entre les partis et les groupes politiques.
- Obtention pour le Parlement marocain du statut d’observateur à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Coopération sécuritaire
- Création d’un Institut supérieur de lutte contre la criminalité.
- Développement de mécanismes de contrôle des frontières.
- Participation du Maroc aux actions de formation et aux séminaires du Collège européen de police (CEPOL).
- Accord de coopération entre le Maroc et l’Office européen de police (Europol).
- Coopération avec l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA).

Coopération judiciaire
- Soutien de l’UE au projet de mise à niveau du cadre législatif et institutionnel marocain en matière de droit d'asile, conforme aux standards internationaux.
- Adhésion graduelle du Maroc aux conventions du Conseil de l’Europe en matière judiciaire ouvertes à la participation des pays non membres du Conseil de l’Europe
- Accord de coopération entre le Maroc et Eurojust (Agence européenne de lutte contre les formes graves de criminalité).
- Coopération en vue de poursuivre les réformes pour mettre en œuvre toutes les recommandations de l’Instance équité et réconciliation.
- Coopération en vue de consolider les droits de l’enfant.

Dimension économique, financière et sociale
- Mise en place d’un espace économique commun, entre l’UE et le Maroc.
- Rapprochement du cadre législatif du Maroc à l’acquis communautaire.
- Conclusion d'un Accord de libre-change global et approfondi (ALEA).
- Investissement: organisation d’un "Forum économique Maroc/UE".
- Industrie: renforcement de la politique de recherche et d’innovation industrielle du Maroc.
- Entreprise: coopération entre le Maroc et le réseau de soutien aux PME en Europe (Enterprise Europe Network).
- Propriété industrielle: soutien au développement des capacités de l'Ompic

Energie
- Intégration du marché marocain de l’énergie au marché européen de l’énergie, notamment pour l’électricité et le gaz.
- Ouverture du marché de l’électricité verte, éolien notamment.

Agriculture
- Soutien de l’UE à la réforme du secteur agricole marocain, en cohérence avec le «Plan vert».
- Mise en place d’un système de reconnaissance conjoint des indications géographiques marocaines et européennes.

Cookies