PDA

Voir la version complète : Des juges marocains à Paris pour s'informer sur le droit de la presse


Nourman
06/03/2010, 17h13
Huit magistrats marocains ont passé la semaine à visiter les diverses juridictions de la capitale, afin de se familiariser avec la justice française", et plus particulièrement les procédures concernant le droit de la presse, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Depuis lundi, les huit juges se sont rendus à la Chancellerie, au tribunal de grande instance de Paris, à la cour d'appel ou encore à la Cour de cassation. Ils sont notamment passés à la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les délits de presse comme l'injure ou la diffamation.

Selon cette source judiciaire, les magistrats s'intéressent à l'instauration éventuelle au Maroc d'une juridiction spécialisée en matière de presse.
le monde

Bachi
06/03/2010, 17h17
C'est bien qu'ils sortent de leur trou et apprennent comment les sociétés civilisées traitent la liberté d'expression.

Mais apprendre ne veut pas dire appliquer.

Nourman
06/03/2010, 17h39
Mais apprendre ne veut pas dire appliquer.
pourquoi ce pessimisme????!!!!
il y un dynamisme et une volonté de reformer la justice ,et dernierment il y avait une rencontre au parlement entre tout les représentons des médias(publiques et privés) et le gouvernement ,et tout le monde été convaincu ,qu'ils faut accélérer cette reforme,
c'est les première fruits de ce statut avancé avec l'europe ,il va accélerer toutes les reformes , et tant mieux pour tout le monde.....ou presque .

ksar
06/03/2010, 17h41
une visite qui ne trompent personne,face a la contestation jounalistique francaise qui prend de l'ampleur ,sur tout depuis l'annonce de la condannation de journaliste ayant traité de la maladie du roi,les autorité marocaine font ce quelle savent faire le mieux ,brassé du vent et donné une image d un maroc qui veut avancé.....

alien
06/03/2010, 17h51
pourquoi ce pessimisme????!!!!
-------------------
un peu plus loin....

il y un dynamisme et une volonté de reformer la justice ,et dernierment il y avait une rencontre au parlement entre tout les représentons des médias(publiques et privés) et le gouvernement ,et tout le monde été convaincu ,qu'ils faut accélérer cette reforme,
c'est les première fruits de ce statut avancé avec l'europe ,il va accélerer toutes les reformes , et tant mieux pour tout le monde.....ou presque .
------------------
Ben voilà ! ;)


Une et seule solution est l'instauration d'une juridiction spécialisée en matière de presse.

assaidi.reda
06/03/2010, 17h54
bachi c pas 3ib d'apprendre tous le monde apprend de tout le monde . c ainsi que se présente la mondialisation.

en tous cas c normale de voir vers le nord puisqu'il y a rien apprendre à l'Est.

la ouma arabia nous a rien apporté en fin de compte.

est ce legitime de vouloir se développer comme l'europe?

si tu crois que tu peut le faire tout seul, je te souhaite tout le bonheur.

en tout les cas un pays comme l'espagne, ne se serait pas développer si l'europe n'était pas la .

simple le marocain veut améliorer son niveau de vie.

la souveraineté du peuple est plus importante que la souveraineté du pays.

un peuple sans souveraineté dans un pays souverain n'a aucun sens.

zinooo
06/03/2010, 18h11
a partir du moment ou le gouvernement et les médias sont relier il ya un probleme,prendre exemple sur l'occident n'est pas du tout se qu'il faut faire car tout les médias occidentaux sont sensuré toute les evenement sont deformé afin de jouer avec l'opinion publique et ces juges marocain sont juste venu apprendre comment faire,le Maroc fait partie integrante du mode de vie occidentale.

ould omar
06/03/2010, 18h21
@Bachi
.....Mais apprendre ne veut pas dire appliquer.
Tout à fait !
La justice marocaine n'appliquera que ce ....que l'incontournable Makhzen lui demandera d'appliquer !

Bachi
06/03/2010, 18h27
salut Ould Omar

C'est clair que ces juges ne peuvent tolérer une critique du roi, toujours considérée comme offense.
Ce ne sont pas les juges qu'il faut améliorer, c'est la constitution elle-même.

ould omar
06/03/2010, 20h11
@Bachi
Ce ne sont pas les juges qu'il faut améliorer, c'est la constitution elle-même.
Tu touches là le fond du problème !
Dans ce pays et depuis l’anniversaire des 10 années de régne du nouveau régime, la question omniprésente dans le champ politique non inféodée au Makhzen tourne autour de la réforme constitutionnelle avec en corollaire le rôle de l’Institution monarchique dans la vie politique du pays !
De plus en plus de voix s’élévent pour réclamer cette réforme constitutionnelle et pas seulement au sein du courant progressiste (c.-à-d. la Gauche non corrompue par le makhzen) ou des jeunes.
Fouad Ali Himma (le copain du roi) et son cercle de néo-makhzéniens sont chargés de faire taire ces voix ou au minimum de les réduire, leur objectif étant de perpétuer et consolider le régime autocratique qui régit ce pays et dont ils tirent profit, bien évidemment !
Et que font-ils pour réaliser cet objectif ?
Du marketing pour le Palais Royal !
Vu le sujet du "topic" , je ne vais pas m’étendre là-dessus mais je dirai que tout ce qui se passe actuellement dans ce pays concoure à la réalisation de cet objectif !
Et le "gonflement" des résultats attendus du "Statut avancé" avec l’UE et leur médiatisation à outrance vont également dans ce sens !

icosium
06/03/2010, 20h17
Selon cette source judiciaire, les magistrats s'intéressent à l'instauration éventuelle au Maroc d'une juridiction spécialisée en matière de presse.

Les contours de cette nouvelle juridiction ont été dessinés en 2009: Pas touche au roi. Peut-on dans ce cas parler de la liberté de la presse, si elle n’a pas le droit de critiquer la famille royale ?

Bachi
06/03/2010, 20h22
Ould Omar
De plus en plus de voix s’élévent pour réclamer cette réforme constitutionnelle et pas seulement au sein du courant progressiste (c.-à-d. la Gauche non corrompue par le makhzen) ou des jeunes.

Pourrais-tu nous dire comment il se fait qu'on entend presque jamais parler de ces voix ?
Est-ce l'unanimité requise par le conflit du SO qui l'expliquerait?

ould omar
06/03/2010, 20h24
@Ico
Peut-on dans ce cas parler de la liberté de la presse, si elle n’a pas le droit de critiquer la famille royale ?

La réponse à ta question est évidente : NON !

ayoub7
06/03/2010, 20h36
Wallah vous me faites rire avec vos auto-affirmations. Je vais vous parler d'un fait: La presse au Maroc critique le roi bcp plus que certaines republiques democratiques populaires ne critiquent fakhamatouhou.

Si vous avez besoin d'articles et de sources, faites moi signe...

ksar
06/03/2010, 20h43
Mahjoubi Aherdane
Président du Mouvement Populaire
http://www.aujourdhui.ma/alm_images/Aherdane-1619.jpg«La presse doit être libre, mais elle doit être prudente. Elle ne doit pas s’attaquer au roi, car c’est le capital stabilité de notre pays. Il est là en permanence. On pourra parler de la monarchie dans 50 ans, mais pour le moment, ce n’est pas d’actualité. D’ailleurs, la presse ne sait rien sur le roi !»

ksar
06/03/2010, 20h45
Fathallah Arsalane
Porte-parole d’Al Adl Wal Ihssane
http://www.**********.info/photo/655146-798062.jpg«Je condamne l’attitude du makhzen vis-à-vis de la presse ! Et je rappelle que quatre de nos revues ont été interdites. Tout cela prouve que, contrairement à ce que nous dit l’Etat, les droits de l’homme sont en pleine régression au Maroc. La profession de journaliste n’obéit toujours à aucun code».

ksar
06/03/2010, 20h51
Majidi Vs Hassan Alaoui

http://www.economie-entreprises.com/img/Article/couv119.jpgL’affaire En mars 2009, Economie & Entreprises, indique dans une petite brève que la société Primarios facture ses produits dix fois leur prix de revient à la Mamounia (filiale de l’ONCF). Primarios, qui fabrique des tapis et des meubles pour le Palais royal, est dirigée par Hassan Mansouri, subalterne de Mounir Majidi, secrétaire particulier du roi. En avril, Hassan Alaoui, Président de Success Publications, éditeur d’Economie&Entreprises, présente des excuses au roi et à tous les concernés. Mais la société Primarios porte plainte. En septembre, le mensuel publie un article dans lequel il est précisé que les petits clubs craignent que le FUS, dont El Majidi est président, soit favorisé, après que le roi ait alloué 250 millions de dirhams à la fédération de football (FRMF). Ce qui provoque la colère de Majidi qui dépose une deuxième plainte, à titre personnel.
La sentence Le 18 mai 2009, le mensuel est condamné en première instance à verser la somme de 1,8 million de dirhams pour «dommages et intérêts». Hassan Alaoui fait alors appel. Le 30 juin 2009, Economie&Entreprises est condamné à verser 5,9 millions de dirhams pour «diffamation» à l’encontre du holding royal et de l’ONCF, soit trois fois plus que la somme initiale.

ksar
06/03/2010, 21h05
Dans son dernier rapport, Reporters Sans Frontières (RSF) classe le Maroc à la 122e place sur 173 pays en ce qui concerne la liberté de la presse.
L’ Algérie se classe juste avant !

ould omar
06/03/2010, 21h10
@Bachi
Pourrais-tu nous dire comment il se fait qu'on entend presque jamais parler de ces voix ?
Est-ce l'unanimité requise par le conflit du SO qui l'expliquerait?

En partie oui (unanimité sur le SO) mais il faut également reconnaitre que les partis politiques les plus "en fléche" sur cette question de réforme constitutionnelle n'ont pas encore de relais internes et externes (journaux, alliances avec d'autres partis progressistes internationaux puissants, etc.) suffisament puissants pour lutter contre la propagande makhzénienne dans ce domaine !
Mais lors de la derniére campagne pour les législatives (2007) ils ont quand même réussi à mettre sur le tapis cette question au sein de l'opinion public "politisée" .
A toutes fins utlies je te livre ci dessous un extrait d'un article de TELQUEL publié un peu avant cette campagne

Je cite :
"Hors parlement, des partis exposent leurs thèses. Au sein du parlement, le consensus se prépare lentement. Et le roi laisse venir.
La saison des surenchères constitutionnelles est ouverte. Suite à la réunion de son Conseil national à Agadir, Al Adl Wal Ihsane a repris à son compte une vieille revendication de la gauche, “l'assemblée constituante”. Vendredi, le Mouvement pour la revendication d'une constitution démocratique (MRCD) a inauguré un mois de rencontres sur le statut du roi, les contours de son pouvoir, le renforcement du rôle du Premier ministre et bien d'autres réformes essentielles. L'un des participants à ce forum, Abdelaziz Nouidi, vient de publier un projet de nouvelle constitution marocaine. Ayant conseillé l'ex-premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, il estime avoir “vu de l'intérieur des dysfonctionnements que seule une constitution précisant clairement les rôles de chacun (roi et Premier ministre) pourrait résoudre”. Quant au Rassemblement pour la gauche démocratique (RGD), il est sur le point d'aplanir les divergences entre ses composantes pour rendre publique sa version de la constitution à venir. “Nous partons du principe que le Maroc, n'étant pas un pays où la pratique démocratique est ancrée, a besoin d'une constitution détaillée où les interprétations arbitraires sont réduites au maximum”, explique Mohamed Sassi.
Vues par la gauche extra-parlementaire, les choses se précisent de plus en plus. A la lecture des deux documents de synthèse, en discussion entre le PSU, le PADS, le CNI et Annahj, la constitution à venir devrait d'abord redéfinir la nature du régime. Les plus radicaux pensent que “le roi devrait dorénavant avoir un rôle symbolique”. Les plus modérés pensent qu'il faudrait, dans un premier temps, “délimiter les pouvoirs du roi, en ôter toute source extra-constitutionnelle et établir l'équilibre entre le Premier ministre et lui”. Concernant la nature du système, mis à part Annahj, qui refuse toujours d'adopter le mot “monarchie” et préfère parler d'“Etat démocratique”, tous les autres optent pour le système de “monarchie parlementaire”. Certes, le chef du PSU, Brahim Yacine, a lancé l'idée d'une “constitution transitoire préparant le terrain pour la monarchie parlementaire”, mais il ne semble pas représenter la majorité. Une nouveauté aujourd'hui, le débat sur la réforme constitutionnelle n'est plus l'apanage des partis politiques. Alternatives a ouvert le bal, en lançant un appel solennel pour une constitution plus laïque, qui redonne au Premier ministre les moyens de gouverner et se débarrasse d'une 2ème Chambre encombrante. " (fin de citation)

et cette question de réforme constitutionnelle prendra encore plus d'importance à l'approche des prochaines législatives (2012)

PS : Mille excuses pour le HS ...

icosium
06/03/2010, 21h18
Wallah vous me faites rire avec vos auto-affirmations. Je vais vous parler d'un fait: La presse au Maroc critique le roi bcp plus que certaines republiques democratiques populaires ne critiquent fakhamatouhou.

Si vous avez besoin d'articles et de sources, faites moi signe...

Va lire l'article d'Ali Amar :

Maroc : Comment Mohamed VI musèle la presse

http://www.marianne2.fr/Maroc-Comment-Mohamed-VI-musele-la-presse_a189656.html

Extrait :

La moindre critique de la monarchie, de ses symboles ou de ses représentants aboutit souvent à des procès kafkaïens intentés à l’encontre des journalistes, à la mise en faillite de leurs journaux pour les faire taire ou les forcer à l’exil. Aussi, pour assurer leur survie, la plupart des publications abdiquent leur vocation critique, adoptant comme charte éditoriale l’horizon tracé par le Palais. Enfin, conséquence d’une offensive menée par l’entourage du roi, la télévision et la radio sont plus que jamais sous le contrôle direct de l’Etat, de groupes d’intérêts liés au pouvoir, ou sommairement confinés à un rôle de divertissement. Internet est, lui aussi, sous haute surveillance, de nombreux blogueurs ont d’ailleurs été récemment embastillés. Résultat de cette prise en étau des médias : le royaume dégringole depuis dix ans dans les classements internationaux de la liberté de la presse.

Bachi
06/03/2010, 21h26
Merci, Ould Omar
Il y a donc réellement du progrès ( ou quète de progrès) sur cette question...
Dommage que cela soit étouffé par tous ces salamalecs au makhzene et au monarque .

houari16
06/03/2010, 21h57
D’ailleurs, la presse ne sait rien sur le roi !

Mahjoubi Aherdane

la presse marocaine sait beaucoup sur son Roi M6 « Roi des pauvres ;) ? »

ksar
06/03/2010, 22h03
La liberté d’expression implique le respect de la liberté de pensée et d’expression de ceux qui ne sont pas d’accord avec vous.
Vous ne pouvez pas convaincre tous les marocains … surtout ceux qui ont souffert sous Hassan II et ceux qui souffrent sous M VI.
Les images de la télé et celles du roi des pauvres ne convainquent que les simples d’esprit, c’est à dire la majorité des analphabètes que M VI a hérité de H II.
On ne peut malheusement pas accepter qu’un individu, fût-il descendant (supposé) du Prophète, puisse jouir d’une richesse insolante dans un pays pauvre comme le Maroc…Le slogan du "Roi des pauvres" tomber à l’eau et avec lui le masque de la propagande

hydris
06/03/2010, 22h03
Ils semblent visiblement plus intéressés par le versant répréhensif des lois françaises qu'autre chose, la Corée du Nord correspondait plus à leurs attentes je pense :mrgreen:

ayoub7
06/03/2010, 22h36
La saison des surenchères constitutionnelles est ouverte. Suite à la réunion de son Conseil national à Agadir, Al Adl Wal Ihsane a repris à son compte une vieille revendication de la gauche, “l'assemblée constituante”. Vendredi, le Mouvement pour la revendication d'une constitution démocratique (MRCD) a inauguré un mois de rencontres sur le statut du roi, les contours de son pouvoir, le renforcement du rôle du Premier ministre et bien d'autres réformes essentielles.

Et moi qui lisait quelques posts plus haut qu'au Maroc, personne n'avait le droit de critiquer le Roi... Faut savoir... :)

TAGHITI
06/03/2010, 22h57
c'est bien ca!!! il faut pas avoir honte d'apprendre des gens civilisés..Rod, ce n'est pas là où réside la question, mais sur l'efficacité et le sérieux de ce show! Tu crois réellement, avec les moyens techniques qui existent de nos jours, un déplacement de juristes amraocins sur Paris pour apprendre des gens civilisés en matiére de droits a un sens, á part la poudre aux yeux, alors qu'en même temps l'opération" de la chasse aux journalistes marocains vient tout juste de commencer chez toi? Soyons sérieux les amis!

houari16
07/03/2010, 14h12
personne n'avait le droit de critiquer le Roi... Faut savoir..

ayoub 7

ce n est pas un secret ;) ? tous les marocains le savent : la ""sacralité "" par la constitution marocaine

casacapital
07/03/2010, 14h23
bonne initiative, rien de mieux que de creer une cour speciale pour les delits de presse, mais avant il faudrait reformer les codes de lois qui regissent la presse et surtout enlevé les peines d'emprisonnement prevu jusqu'a present a l'encontre des journalistes qui derappent !! tant que ces des paroles...

Cookies