PDA

Voir la version complète : Le Niger demande l'aide de l'Algérie pour mener sa transition


bledard_for_ever
07/03/2010, 19h17
Envoyé spécial nigérien à Ager: nous demandons l'appui de l'Algérie pour mener à bien la période de transition
ALGER- L'envoyé spécial du président du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie au Niger, le colonel Ahmed Mohamed, a affirmé dimanche à Alger qu'il est à Alger pour demander l'appui de l'Algérie afin de "mener à bien" la période de transition au Niger. "Le président du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie m'a chargé de voir le président Bouteflika pour lui demander tout l'appui pour que nous puissions mener à bien cette période de transition qui vient de s'ouvrir dans notre pays", a déclaré à la presse le colonel Ahmed Mohamed, ministre des Transports, du Tourisme et de l'Artisanat, à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene.

zmigri
07/03/2010, 19h32
le message est clair:
nous avons rétabli la démocratie, contre le coup de force de l'ex président déchu, nous ne voulons plus de poblèmes de voisinage comme celui réservé au mali.

desert_rose
07/03/2010, 20h27
Apres le Mali alger doit faire tres attention. Le Niger est un pays francophone producteur d'uranium. La France ne se laissera pas faire aussi facilement.

Hamza
07/03/2010, 22h20
Ouai, une junte militaire qui demande de l'aide à une autre junte militaire qui a une experience de plus de 40 ans.

ksar
07/03/2010, 22h21
Ouai, une junte militaire qui demande de l'aide à une autre junte militaire qui a une experience de plus de 40 ans.




il est ou le mal?

casacapital
08/03/2010, 01h05
c'est plus une demande de soutien militaire que politique..

Mereo
08/03/2010, 06h29
Bizarre... le "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" du Niger demande l'aide de l'Algérie non démocratique afin de restorer la démocratie...

casacapital
08/03/2010, 15h00
Bizarre... le "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" du Niger demande l'aide de l'Algérie non démocratique afin de restorer la démocratie...peut etre qu'ils veulent voir comment ca marche en algerie pour ne pas refaire les memes betises!! le contre exemple quoi...

Bizarre... le "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" du Niger demande l'aide de l'Algérie non démocratique afin de restorer la démocratie...

Jahane-ara
08/03/2010, 15h43
L `Algerie doit faire trés attention et surtout ne plus aider aucun pays.
le gouvernement Algerien a eu des leçons dans le passé et meme dans le present avec le Mali! il faut s`occuper de nos problemes internes et de notre pays le reste du monde n`a qu`a crever...y`en a marre l`Algerie ne doit plus se laisser prendre dans le piege.

ksar
08/03/2010, 15h50
L'Afrique, profondeur stratégique de l'Algérie L'Algérie renoue depuis quelques années avec l'Afrique. Deux axes principaux constituent la priorité de son action. Il s'agit de la coopération économique dans des domaines majeurs, comme le gaz, ou scientifique, à travers des programmes satellitaires avec l'Afrique du Sud et le Nigeria. L'Algérie entend favoriser la distribution du gaz nigérian à l'Europe par la mise en œuvre d'un gazoduc transsaharien (NIGAL) long de 4000 km et qui nécessitera des investissements de l'ordre de 120 milliards. Ce gazoduc sera doublé par un câble de fibre optique qui reliera les deux capitales (Alger et Lagos) permettant l'initiation d'un véritable partenariat dans différents domaines. D'autant que les deux pays viennent de décider avec l'Afrique du Sud, la création d'une coordination de satellites spatiaux destinée à la lutte contre la désertification, la gestion de l'eau et de l'étude géologique. Le deuxième axe consiste à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour la gestion des conflits internes, directement et sans intermédiaires. L'engagement de l'Algérie dans cette voie se traduit par ses prises de position officielles, mais aussi par son implication concrète dans l'avènement d'un Etat fort et stable en Somalie, devenu un terrain de guerre pour des parties extérieures, au Soudan, où le mandat lancé contre El Bachir est la meilleure façon d'aggraver les problèmes plutôt que de favoriser leur solution, en Côte d'Ivoire, au Congo et, récemment, en Guinée. Sans oublier le Sahara occidental, membre de l'UA, en conflit avec le Maroc qui n'en est pas membre. Il s'agit donc d'un axe politique sans lequel l'axe économique restera comme un corps sans âme. Régler ses propres conflits permettra d'assurer une paix stable. Coopérer économiquement consolidera la paix. Le défi n'est pas simple, l'avenir du continent en dépend. Tout le monde ne partage pas la même vision. La Libye entend promouvoir une autre approche, plus personnelle (autour du guide libyen) et dont la contradiction réside dans le fait qu'elle se veut à la fois officielle, passant par les Etats, et officieuse, s'adressant directement aux peuples. L'Egypte, qui se recentre sur le Proche-Orient, appuie la Libye pour des raisons économiques (les investissements de ce pays ont dépassé les 10 milliards de dollars et le marché libyen est largement ouvert aux «frères» d'Egypte). Les Marocains, quant à eux, se défient d'une institution à laquelle ils n'appartiennent plus et œuvrent pour son parasitage à travers la coopération avec des pays cibles, dans le sillage de la présence française. De fait, il se dégage dans le continent un véritable axe constitué par l'Algérie, le Nigeria et l'Afrique du Sud dont l'échec ou la réussite déterminera celui de l'Afrique toute entièr

Cookies