PDA

Voir la version complète : Le Pen dénonce les mosquées qui "poussent comme des champignons"


DZone
07/03/2010, 21h27
A une semaine du premier tour des élections régionales, Jean-Marie Le Pen dénonce "la présence islamiste en France", affirmant que les mosquées y "poussent comme des champignons".

Le président du Front national, tête de liste en Provence-Alpes-Côte d'Azur, tenait à Marseille son dernier meeting avant le premier tour.

"Les minarets sont comme la burqa le symbole de la présence islamiste en France", a lancé Jean-Marie Le Pen devant plusieurs centaines de militants.

"Les mosquées poussent comme des champignons et le chant du muezzin ne tardera pas à retentir dans nos rues", a-t-il poursuivi.

Dans la salle du Palais des Congrès de Marseille, les militants du Front National de la jeunesse brandissaient leurs affiches "Non à l'islamisme", représentant une femme portant un niqab noir devant une carte de France aux couleurs algériennes et cernée de minarets.

La justice doit statuer lundi sur la demande d'interdiction de cette affiche formulée par plusieurs associations antiracistes, dont la Licra.

"Cette affiche qui montre le drapeau algérien sur la carte de France n'est qu'une reprise du motif du tee-shirt porté par des jeunes Français de papier", a justifié Jean-Marie Le Pen.

"Ce drapeau algérien fait aussi référence aux hordes de supporters qui ont défilé par milliers derrière le drapeau fellagha", a-t-il ajouté, en référence à la qualification de l'Algérie pour la Coupe du Monde de football 2010 en novembre dernier.

Durant plus de deux heures de meeting, consacrées pour une bonne part à l'immigration et à l'islamisme, Jean-Marie Le Pen s'en est pris également à la politique de Nicolas Sarkozy.

"Ce qui va arriver, ce n'est pas la reprise, mais la re-crise", a-t-il dit.
"Seule une politique rationnelle de patriotisme économique permettra de remettre la France sur les rails. Mais il ne faut pas compter pour cela sur Nicolas Sarkozy qui est au service de ses amis du Fouquet's Club ", a-t-il ajouté.

Il a également dénoncé un échec sur la sécurité.

"Les Français sont floués, on maquille les statistiques à tour de bras. Les causes profondes de l'insécurité ne sont pas traitées par celui qui prétendait nettoyer les racailles au 'Kärcher'", a-t-il dit.

"Vous êtes un grand diseur et un petit faiseur", a-t-il lancé à l'adresse du président de la République.

François Revilla, édité par Sophie Louet
Reuters

Cookies