PDA

Voir la version complète : Maroc: Baisse de 7 % de la polygamie en 2005


morjane
07/02/2006, 12h36
Depuis que le nouveau code de la famille a été instauré en 2004, le Maroc a baissé sensiblement son taux de polygamie. Le ministre a précisé que le nouveau code de la famille instaurant des conditions drastiques pour la réalisation de mariage dans le cadre de la polygamie ce qui avait ainsi diminué sa fréquence. Ce code a été dans l'ensemble bénéfique pour la femme lui redonnant les droits qui lui reviennent.

===

Le code de la famille au Maroc, instauré en 2004, a enregistré des résultats «positifs» en 2005 avec notamment la baisse des cas de mariages polygamiques de 6,97 %, a déclaré le ministre marocain de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ. En 2005, 841 actes de mariage polygamique ont été enregistrés contre 904 en 2004, a-t-il indiqué lors d’une réunion dont la teneur été rapportée dimanche par la presse.

Le ministre a rappelé que le nouveau code de la famille pose de sévères conditions à la polygamie. Selon le ministre, les cas de divorce musulman, al-Kholaâ, imposant à la femme d’offrir une somme d’argent à son époux pour pouvoir obtenir la répudiation, ont eux aussi diminué de 6,34 % en 2005 grâce à l’application du nouveau code civil de la famille.

Ce genre de divorce, qui était très contraignant pour la femme surtout dans le monde rural, a baissé de 43,07 % entre 2003 et 2005 pour passer de 21 076 cas à 11 238, a indiqué M. Bouzoubaâ. Les femmes ont été aussi plus nombreuses (+166 %), a-t-il ajouté, à avoir demandé en 2005 le divorce dit chikaq (division), une nouvelle procédure qui leur accorde la «séparation par consentement» devant un juge.

«Bien que le nombre de divorces a augmenté (29 668 cas en 2005 contre 26 914 en 2004), celui des mariages a aussi progressé (+3,48 %) avec 277 795 cas», a souligné le ministre. Dimanche, le journal le Matin a estimé que le nouveau code de la famille «a renforcé le droit de la femme à demander le divorce pour préjudice subi (femme battue, délaissée, abandonnée sans moyens de subsistance)», soulignant que le «divorce est (davantage) prononcé par le juge à la demande de l’épouse».

Le nouveau code de la famille qui a réformé en profondeur la situation de la femme au Maroc, est entré en vigueur en janvier 2004. Ce texte place notamment la famille «sous la responsabilité conjointe des deux époux», pose de sévères conditions à la polygamie et à la répudiation, et porte à 18 ans au lieu de 15 l’âge légal du mariage des femmes.

Sur ce dernier point, a indiqué le ministre de la Justice, 49 175 filles majeures en 2005 – contre 34 475 en 2004 – ont contracté elles-mêmes le mariage sans l’accord d’une tutelle comme le prévoyait l’ancienne procédure du mariage.

Par AFP

menara
07/02/2006, 14h54
Ce nouveau code la famille à fait de véritable miracle :

Il a permis de désengorger les tribunaux.
Donne plus de droit à la femme en la protégeant mieux et en lui faisant sa voir qu’elle a aussi des droits.
Il a amélioré et pacifier le cadre de vie.
Il a permet à la femme de demander le divorce de ne plus resté l’otage de son mari.
Il facilite le divorce et évite aux personnes concernés les nombreuses années de procédure.
Il protège la femme du despotisme de l’homme.

Mais j’avais lus un article dans l’économiste (www.leconomiste.com) ou il y-avait certains juges qui ne respectaient pas ce nouveau code.

la rifaine
08/02/2006, 00h07
Donne plus de droit à la femme en la protégeant mieux et en lui faisant sa voir qu’elle a aussi des droits

Pourvu que le droit soit reconnu à tous les marocains ensemble, car ni femmes ni hommes, n'ont des droits que de façades,


Il a amélioré et pacifier le cadre de vie.

D'ou tu tiens cette affirmation? vraiment laisser libre cours à sa langue peut dire du n'importe quoi? vous croyez que les mébages marocains vivent dans la quiettude et paisibles depuis ce fameux code? le code n'est que textes, les marocains ont des besoins primaires insatisfaits, ils ont faims, ils ne vont pas tous à l'école, ne sont pas tous accessibles aux soins, et plus de la moitié des gens vivent dans la pauvreté absolue. le code alors c'est quoi? juste un bluff qui a tenté de faire du chemin, hélas, la réalité en est une autre.

Il a permet à la femme de demander le divorce de ne plus resté l’otage de son mari.

Et comme les femmes sont cultivées, conscientes et surtout fortes, et qu'elles ont toujours ce sentiment d'être faibles devant l'homme; le résultat est spactaculaire, mon cher.

Il facilite le divorce et évite aux personnes concernés les nombreuses années de procédure

Ah bon? c'est de laFrance certainement que tu parles, ici avant c'était en un clin d'oeil, le mari chez Adoul il divorce et amène copie avec lui en un jour à sa femme et sans sa présence, mais comme il y a des gens comme toi, qui ne savent plus s'ils sont de labas ou d'ici, ils ont modernisé des textes qui doivent se paratiquer dans une socièté aussi conservatrice que la notre, c'est pourquoi ils ont appris à jouer aux chiffres et le sieur de la justice peut se donner à cette pratique, lui qui a mis en place des cellules speciales, pour suivre tout ce qui s'ecrit dans la presse avec ordre de saisir immediatement le procureur pour des poursuites.

Le droit des femmes oui
le droit à la vie non.

menara
08/02/2006, 16h08
Pourvu que le droit soit reconnu à tous les marocains ensemble, car ni femmes ni hommes, n'ont des droits que de façades,

Je n'ai jamais dit que le Maroc était le pays des merveilles au niveau des droits de l’homme moi je parle dans le cadre du code la famille toi tu es hors sujet car tu globalises et tu généralise tous et en plus tu sors complètement du cadre de la discussion. S'il te plait tu repasseras quand tu seras faire la différence entre tes œufs et tes patates merci.

D'ou tu tiens cette affirmation? vraiment laisser libre cours à sa langue peut dire du n'importe quoi? vous croyez que les mébages marocains vivent dans la quiettude et paisibles depuis ce fameux code? le code n'est que textes, les marocains ont des besoins primaires insatisfaits, ils ont faims, ils ne vont pas tous à l'école, ne sont pas tous accessibles aux soins, et plus de la moitié des gens vivent dans la pauvreté absolue. le code alors c'est quoi? juste un bluff qui a tenté de faire du chemin, hélas, la réalité en est une autre.

Oui le code la famille permet aux femmes et à leurs enfants d'exercer leurs droit de ne plus être dégagé de chez elle, jetées à la rue comme de vulgaire trainées par un mari sans scrupule qui répudie sa femme, vire ses enfants avec elle et va se chercher une jeune adolescente de 15-16 ans pour assouvir ses envies de chaire fraiche. Ou mieux prendre une deuxième voir une troisième femme et faire vire sa famille dans la misère avec son pauvre salaire.

Bravo pour les valeurs que semble défendre avec toi on est sûr d’avancer à grand pas.

A mon avis toi qui veut combattre la misère économique et sociale je vois que n’en a pas encore trouvé les sources. C'est justement ici que réside les sources de la pauvreté c'est d'ici que viennent les familles entières que tu peux croiser entrain de mendier dans les rues pays.

ils ont faims, ils ne vont pas tous à l'école, ne sont pas tous accessibles aux soins,

Oui ils sont à la rue et ils ont faims etc... Parce qu'avant la loi avait permis à leur père de virer leurs mères comme une chienne, et il s'est remarier avec une jeunette de 15ans qui a était forcé et vendue par ces parents car à cette âge là ont peu facilement l'intimider.

C'est d'ici que viennent les sources de la délinquance et de la prostitution et sa tu ne sembles pas le remarquer. Dans l'histoire je crois que le bluff c'est toi et ta personne.

Et comme les femmes sont cultivées, conscientes et surtout fortes, et qu'elles ont toujours ce sentiment d'être faibles devant l'homme; le résultat est spactaculaire, mon cher.

Au moins la loi n'est pas responsable de leurs soumissions. Moi j'ai l'impression que tu es complètement déconnecter de la réalité tu te réfugies bêtement et sûrement dans ta contestation et point barre.

Ah bon? c'est de laFrance certainement que tu parles, ici avant c'était en un clin d'oeil, le mari chez Adoul il divorce et amène copie avec lui en un jour à sa femme et sans sa présence, mais comme il y a des gens comme toi, qui ne savent plus s'ils sont de labas ou d'ici, ils ont modernisé des textes qui doivent se paratiquer dans une socièté aussi conservatrice que la notre, c'est pourquoi ils ont appris à jouer aux chiffres et le sieur de la justice peut se donner à cette pratique, lui qui a mis en place des cellules speciales, pour suivre tout ce qui s'ecrit dans la presse avec ordre de saisir immediatement le procureur pour des poursuites.

Je parle du cas ou c'est la femme qui demandais le divorce et qui était obligé de faire des pieds et des mains pour que le jugement soit accepté en sa faveur malgré que se soit sont mari qui soit en faute. Au Maroc la femme ne pouvais divorcer que si sont mari l'autorisé :eek: :eek: :eek: :eek:. Actuellement ce n'est plus le cas grâce à cette loi.

La existe et c’est bien certes sont application laisse encore à désirer mais c’est avec le temps que tous cela va venir. Pour ton cas je vois comment tu raisonnes une contestation bête et persistante si beaucoup de gens raisonne comme toi je comprends d’emblé pourquoi notre société cale et tourne en rond.

la rifaine
08/02/2006, 23h55
M VI avait attendu que Chirac soit là au Maroc pour annoncer ce code, il a été apparement tres bien vulgarisé, surtout en France, je comprends donc que vous soyez si sûr des beins faits d'un code, qui je le repète n'a rien résolu, les marocains , hommes et femmes, ont toujours besoins de leurs droits primaires.

menara
09/02/2006, 13h52
M VI avait attendu que Chirac soit là au Maroc pour annoncer ce code, il a été apparement tres bien vulgarisé, surtout en France, je comprends donc que vous soyez si sûr des beins faits d'un code, qui je le repète n'a rien résolu, les marocains , hommes et femmes, ont toujours besoins de leurs droits primaires.

Ok alors donne nous ta solution miracle on l'attend !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :22:

Pihman
03/03/2006, 21h26
menara, laisse tomber c'est avec des prises de positions aussi tranchées que ceux de la rifaine que nos pays n'avance pas.

Voila comme ça, un effort de plus d'1/4 de siecle de lutte et d'acharnement pour recouvrer une certaine égalité entre H et F , certains viennent comme ca dire Bof tous cela c'est du toc du bla bla .

Pour une fois ou une reforme denote d'un courage politique certain dans un environnement qui est loin d'être propice et contre les courants actuels qui poussent plus dans le sens opposé, oser jeter tous aux orties montre bien une méconnaissance de la réalité de notre société.

être critique d'accord mais nihiliste NON

DZmes Bond
03/03/2006, 23h50
Est'il vrai qu'avec ce nouveau code, le nombre de divorces a explosé ? Quelqu'un a-t'il des chiffres ?

matoub1
04/03/2006, 11h06
J'ai le sentiment que la rifaine est "un mec" choqué par ce code !

ernestito
04/03/2006, 16h14
avant il y avait la répudiation ,ou la femme se retrouvait a la rue sans argent ni rien ,maintenant meme s'il y a une explosion de divorce c'est un bonne chose ,car la femme pourra avoir ses droits

auscasa
04/03/2006, 16h28
sa prend du temps pour voire les resutats de loi comme sa, ptetre nos filles vont en profiter plus que nos mere, et nous nous sommes les victime :) je rigole.

M VI avait attendu que Chirac soit là au Maroc pour annoncer ce code, il a été apparement tres bien vulgarisé, surtout en France, je comprends donc que vous soyez si sûr des beins faits d'un code, qui je le repète n'a rien résolu, les marocains , hommes et femmes, ont toujours besoins de leurs droits primaires.

je ne sais pas que ce que tu as avec M6 mais si tu veux etre mieux que lui il faut nous convaincre de ce que tu veus et nous dire ces droit primaires, parceque au maroc il y a des gens qui forment des associations pour passer des nouvaux loi et milliter, mais critiquer juste pour critique sa marche pas sur FA.

@algeroi

oui il y avait 15 000 divorce de moin en 2005

Baisse de plus de 15.000 actes de divorce en 2005

Rabat, 03/03/06 - Depuis l'entrée en vigueur du Code de la famille, il y a deux ans, le nombre d'actes de divorce et de répudiation au Maroc est passé de 44.922 actes en 2003 à 29.668 en 2005, soit une baisse de 15.154 actes, a déclaré Mme Yasmina Badou, secrétaire d'Etat chargée de la famille, de l'enfance et des personnes handicapées.
Intervenant à l'ouverture du Forum de concertation, vendredi à Bouznika, Mme Badou a noté que le divorce par consentement mutuel, qui représente la plus importante proportion parmi les types de divorces avant l'application du Code de la Famille, a baissé de 43,07 pour cent.

La polygamie a également régressé, a ajouté la secrétaire d'Etat, soulignant que conformément aux orientations royales les intervenants et acteurs ont oeuvré de concert selon une approche participative des efforts de toutes les composantes de la société marocaine (secteurs publics, médias et société civile) en contribuant à une stratégie globale de sensibilisation aux buts du Code de la Famille.

Mme Badou a passé, d'autre part, en revue les efforts déployés parallèlement à la concrétisation des dispositions de ce code particulièrement à travers l'institution de tribunaux de la famille, l'organisation de séminaires pour la formation en matière de la justice de la famille, la mise en place d'une série d'instruments institutionnels et l'élaboration d'une stratégie nationale d'intégration de l'approche sociale aux plans de développement pour renforcer le principe de l'égalité.
Dans un exposé fait à la première séance du forum, Mme Zhor Elhour, chef du département de la justice de la famille à Casablanca, a indiqué que ce code, qui a entré en vigueur le 3 février 2004, a introduit le plus profond changement qu'a connu le Maroc depuis son indépendance de manière à ce que les relations familiales sont passées du concept de l'obéissance à celui du partenariat et du dialogue.

De ce fait, le Code de la Famille constitue une révolution sociale en douceur qui a consacré les principes de la justice, de l'égalité, du respect de la dignité de l'individu ainsi que la stabilité de la famille.
La juriste a d'autre part signalé les mécanismes accompagnant l'application du Code, dont la Justice de la Famille, la promulgation d'une série de décisions et décrets réglementaires, la justice des urgences, l'élaboration d'un guide par le ministère de la justice pour expliquer le contenu du texte du Code, l'organisation de séminaires au profit des juges et le recours à l'ADN. Tous ces mécanismes ont contribué à la diminution du pourcentage des divorces.

Les travaux du forum, organisé par la fédération nationale d'appui aux réformes et initiatives locales en partenariat avec la fondation allemande Friedrich Neumann sur "le Code de la Famille deux après son entrée en vigueur, quelles entraves et quels horizons ? ", se sont poursuivis, dans l'après midi, avec l'animation d'une série d'ateliers de travaux sur " le rôle de l'éducation dans la diffusion de la culture de justice ", " le rôle des médias dans la diffusion des principes du Code de la Famille ", " l'approche sociale et le principe de l'égalité " et " les entraves au niveau du texte et les instruments d'application".

Cookies