PDA

Voir la version complète : Tayeb Belaïz à propos de Chouaïb Oultache:Il est poursuivi pour meurtre avec prémédit


RoboCop
13/03/2010, 10h05
Le ministre de la Justice, qui s’est prononcé pour la première fois sur l’assassinat de Ali Tounsi, a déclaré que le colonel Chouaïb Oultache est poursuivi pour «meurtre avec préméditation ».

Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a indiqué, jeudi, que Chouaïb Oultache est poursuivi pour meurtre avec préméditation dans l’affaire de l’assassinat du directeur général de la Sûreté nationale, Ali Tounsi. «L’affaire est actuellement entre les mains du juge d’instruction. Il (Chouaïb Oultache, ndlr) a été placé sous mandat de dépôt. Il est poursuivi pour meurtre avec préméditation », a-t-il déclaré, jeudi, au sortir de l’hémicycle du Conseil de la nation. Notons que les propos de Tayeb Belaïz viennent démentir la première version officielle du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales qui avait été rendue publique le jour du meurtre. Le département de Nourredine Yazid Zerhouni avait, en effet, évoqué la thèse de la «démence». «Le décès de Ali Tounsi est survenu à 10h 45 lors d'une séance de travail au cours de laquelle un cadre de la police, apparemment pris d'une crise de démence, a utilisé son arme et blessé mortellement le colonel Ali Tounsi, après quoi il a retourné l'arme contre lui se blessant gravement », avait alors précisé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué de presse. Interrogé sur la désignation d’un expert chargé de déterminer l’état psychologique de Chouaïb Oultache, le ministre de la Justice a précisé que cette initiative est du ressort du magistrat instructeur. «La désignation d’un expert relève des prérogatives du juge d’instruction. Mais il y aura sûrement désignation d’un expert», a-t-il expliqué.


T. H. (Le Soir d’Algérie).

RoboCop
13/03/2010, 10h23
Sur instruction du juge d’instruction : Premier examen psychiatrique de l’assassin d’Ali Tounsi par le Pr Bachir Ridouh.

Des sources ont précisé que le professeur Bachir Ridouh avait été désigné sur décision du juge d’instruction auprès la cour de Bab El Oued en charge de l’affaire de l’assassinat d’Ali Tounsi, pour s’occuper de l’expertise mentale de Chaib Oultache, qui déterminera sa santé mentale ou s’il a été pris d’une crise de démence au moment du drame. Il est effet attendu que la cour base sur les résultats de cette décision pour fixer le chef d’accusation.
Le psychiatre a donc, selon nos sources, établi un premier contact la semaine dernière avec le prévenu, dans l’attente du nombre de séances d’expertise psychotechnique que requierera son état mental. Nos sources n’ont cependant pas révélé les premières impressions du Pr Ridouh après cette première séance.
Le communiqué du ministère de l’intérieur publié immédiatement après l’assassinat avait pour rappel déclaré que l’accusé avait été victime d’une crise de démence, mais les témoignages divergents sur les agissements du colonel Oultache ont nourrit les spéculations sur les tentants et aboutissants de l’affaire, puisque certains avancent que le colonel aurait été tué en raison d’un différend avec l’assaillant alors d’autres pensent que cela entrait dans le cadre de dissensions au plus hauts niveaux de l’Etat.
Notons par ailleurs que le Pr Ridouh avait précédemment travaillé sur plusieurs autres affaires, notamment l’expertise médicale de Mohamed Boumarafi, l’accusé de l’assassinat du président Boudiaf.

13-03-2010
Par : Kawthar Abdellah/Alger (El Khabar).

Cookies