PDA

Voir la version complète : Le mégaprojet de protection contre les crues de l’oued M’zab livré dans les délais


loursse
16/03/2010, 18h15
Le mégaprojet d’assainissement et de protection contre les crues de l’oued M’zab sera achevé dans le respect des délais contractuels, soit en juillet 2011, a indiqué le directeur du secteur. Considéré comme le plus important projet intégré, initié dans le sud du pays pour un coût estimé à plus de 11 milliards DA, le projet, lancé en 2004, a connu une phase de répit «forcé», suite aux intempéries qu’a connues la région en octobre 2008. Actuellement, le taux d’avancement des travaux est estimé à 65%, a affirmé Rezki Aoudjit. La réalisation de ce mégaprojet a été dictée par l’évolution rapide de la population concentrée dans l’espace urbanistique de la vallée du M’zab, touchant même le lit mineur de l’oued et qui a engendré un danger de pollution de la nappe alluvionnaire de ce cours d’eau vital pour la survie de la région, a-t-il signalé. Cette évolution du tissu urbain a, explique-t-il, obligé les pouvoirs publics à prendre en charge l’évacuation et le traitement des eaux usées des ménages ainsi que la protection contre les crues cycliques de l’oued M’zab. Pour mettre un terme à ces dangers, les pouvoirs publics ont confié l’étude du projet à un bureau suisse «Bonard et Gardel»(BG). Ce dernier a prévu de nombreuses infrastructures tant en amont de l’oued qu’en son aval, dont trois digues de rétention (régulateurs), ainsi que des travaux de calibrage et d’endiguement de l’oued sur près de 25 km, entre Daya Ben Dahoua et El Atteuf, avec la réalisation d’un collecteur principal d’eaux usées dont un segment de trois kilomètres en «ovoïde» (galerie), selon le même responsable. Le projet sera bouclé par une station de traitement des eaux usées par lagunage, devant fournir 46 000 m3/ jour d’eaux traitées utilisables à des fins agricoles. Celle-ci est en cours de réalisation, avec notamment l’achèvement de la digue sur l’oued Labiodh, un des trois principaux affluents de l’oued M’zab.
R. E.

16-03-2010
LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Cookies