PDA

Voir la version complète : Gestion des réserves de change – nécessité d’un débat.


mohamed1492
17/03/2010, 21h08
La dernière décision prise par le gouvernement portant sur le retrait des dépôts placés à l’étranger a surpris la majorité des Algériens qui se posent des questions sur les raisons qui l’ont motivée.
A l’exception du Ministre des Finances qui a tenté une justification qui n’a convaincu personne, aucun responsable n’a osé expliquer aux Algériens l’opportunité d’une telle opération (timing et buts essentiellement). Aucun leader de Parti qu’il soit de l’Alliance Présidentielle ou de la supposée opposition n’a fait de déclaration sur ce sujet dont l’importance n’est pas à démontrer. Même nos éminents spécialistes (MM BENBITOUR, BENACHENHOU et MEBTOUL entre autres) n’ont pas réagi, nous laissant devant un flou réellement préoccupant pour ne pas dire inquiétant.
Des centaines de milliards de Dollars ont, semble-t-il, été investis ces dernières années avec des résultats considérés à juste titre comme catastrophiques. Jugez-en. On importe pour :
- 4 milliards de Dollars/An en véhicules automobiles
- 2 milliards de Dollars/An en médicaments
- 10 milliards de Dollars/an en produits agro-alimentaires
- 20 milliards de Dollars/an en produits textiles, pièces de rechange, équipements industriels, prestations et autres besoins
-
L’absence d’une politique efficace visant à encourager la production locale pour réduire les importations ajoutée à l’incompétence pour ne pas dire autre chose de nos dirigeants nous fait craindre le pire. Sinon comment expliquer que :
- Renault réalise des Dizaines de millions de Dollars comme chiffre d’affaires en Algérie et construit son usine au Maroc ?
- Qu’un kilomètre d’autoroute en Algérie revient trois fois plus cher qu’au Maroc ?
- Qu’une Frégate Multi Missions (FREMM) coute trois fois plus cher lorsque l’acheteur est Algérien ?
- Que des importateurs de médicaments s’opposent à la production de générique en manifestant une arrogance surprenante ?
De tout cela et dans l’attente d’une réaction des forces vives de la nation, les Algériens dans leur quasi-totalité pensent que les ressources du pays, avec la complicité du gouvernement, ont été mises à la disposition de certains importateurs qui risquent de compromettre d’une manière irréversible l’avenir des générations futures.

Cookies