PDA

Voir la version complète : Il joue au FC Santos avec Robinho : Neymar, l’Algéro-Brésilien qui fait parler de lui


carlos
17/03/2010, 21h18
Il joue au FC Santos avec Robinho : Neymar, l’Algéro-Brésilien qui fait parler de lui

PUBLIE LE : 17-03-2010 | 00:00 | PAR M. A.

Saâdane compte le convoquer
Milan, Chelsea et le Real le courtisent

L’attaquant de Santos, Neymar Santos da Silva, serait pressenti pour renforcer la sélection algérienne de football. Ce joueur, qui fait parler de lui au Brésil, est de père algérien et de mère brésilienne. Né en février 1992, Neymar casse la baraque. Avec ses 20 buts inscrits en 52 matchs joués, il est considéré au Brésil comme l’étoile montante de Santos. Avec Robinho, il forme un duo de choc en attaque. La presse brésilienne ne tarit pas d’éloges sur ses qualités. Une source autorisée parle d’une démarche qui a été entreprise pour enclencher les pourparlers avec le joueur et ses parents afin de bénéficier de ses services.

Saâdane compte le convoquer
Sélectionné à trois reprises dans la catégorie des moins de 17 ans au Brésil, l’entraîneur de la sélection algérienne, Rabah Saâdane, compte lui adresser une convocation en prévision du prochain stage qui aura lieu en Italie (Coverciano). Il entend profiter du match amical international programmé face à l’Irlande du Sud, le 29 mai prochain, pour mieux s’arrêter sur les qualités techniques et physiques de Neymar da Silva. Une aubaine pour ce jeune joueur de démontrer sa valeur et convaincre le staff technique national.

Milan, Chelsea et le Real le courtisent
Les performances de ce jeune joueur d’origine algérienne n’ont pas laissé les grandes équipes européennes insensibles, à l’instar de Chelsea, Milan et du Real Madrid, qui veulent s’arracher ses services. Ces dernières ont pris les devants pour prendre attache avec l’agent de Da Silva en vue d’un transfert dès l’été prochain. Sûrs de ses qualités et de sa marge de progression assez conséquente, on croit savoir que les dirigeants de son club formateur, Santos, auraient fixé sa lettre de libération à l’astronomique somme de 33 millions d’euros.

Le commentateur d’Al Jazeera loue les mérites de cette perle
La perle algéro-brésilienne, Neymar Santos da Silva, ne laisse personne indifférent. Le commentateur de la chaîne Al Jazeera, qui retransmet les rencontres du championnat brésilien en direct, est resté ébahi par le niveau technique montré par ce joueur. Ce dernier a même mis l’accent sur ses origines algériennes dans une tentative d’attirer l’attention des responsables algériens. Reste à savoir si ce joueur optera pour la sélection algérienne, sachant qu’il est aussi suivi de très près par la direction technique nationale brésilienne.

salamine
17/03/2010, 21h23
Une vidéo si s est possible ,merci .

DZone
17/03/2010, 21h31
Neymar, l’Algéro-Brésilien qui fait parler de lui
Cette info est un hoax , Neymar n'a aucune origine algérienne ; c'est quelqu'un qui a bidouillé Wikipédia alors le Buteur d'abord et Al Jazeera aprés se sont faits avoir !
Je viens de vérifier que l'info a été corrigée : http://fr.wikipedia.org/wiki/Neymar_da_Silva_Santos_J%C3%BAnior

carlos
17/03/2010, 21h31
http://www.youtube.com/v/EkhbpWsGGpY&hl=fr_FR&fs=1

salamine
17/03/2010, 21h34
Cool ,merci Carlos ;) .

carlos
17/03/2010, 21h40
Sport - Afrique du Nord - Algérie - Brésil
Neymar, le vrai faux Algérien
La nouvelle perle du football brésilien n’est finalement pas d’origine algérienne
C’est une mauvaise blague qui aurait pu devenir la grande trouvaille de Rabah Saâdane. L’Algérie avait enfin trouvé un attaquant de classe internationale : Neymar, le coéquipier de Robinho à Santos. Sauf que les médias algériens se sont laissés berner...
mercredi 17 mars 2010 / par Nicholas Mc Anally

Rabah Saâdane, le coach de l’Algérie, courtise à tout va. Et procède à des nombreux essais. Tout ça avec un seul objectif en tête : faire bonne figure en Afrique du Sud. Les anciens internationaux Espoirs français, Mourad Meghni ou Hassan Yebda, ont peu à peu été incorporé au sein du groupe des Fennecs. Puis c’est au tour de Medhi Lacen, le milieu de terrain du Racing Santander. Tandis que Michael Fabre (Clermont), Adlene Guedouria (Wolverhampton), Ryad Boudebouz (Sochaux) ou Habib Bellaïd (Boulogne-sur-Mer) multiplient les appels du pied.

Mais, la dernière rumeur en date qui parcourt les forums et les rédactions fait état de l’africanité de Neymar, la nouvelle perle du FC Santos. A 18 ans seulement, l’attaquant brésilien attire les convoitises des plus grands clubs européens. Les performances (34 matches, 17 buts) de ce jeune joueur n’ont en effet pas laissé les grandes équipes européennes insensibles : déjà Chelsea, l’AC Milan ou le Real Madrid seraient venus aux nouvelles afin de s’attacher les services d’un attaquant déjà anobli par le roi Pelé himself. Son club formateur, Santos, aurait même fixé sa clause libératoire à 33 millions d’euros.

Wikipedia, le fautif ?

Un petit malin serait allé jusqu’à modifier la page wikipedia du jeune joueur, lui donnant un père algérien (voir ci-dessous). Tout le monde s’y est laissé prendre. Le Buteur l’annonçait même comme l’attaquant numéro 1 de la Khadra pour la Coupe du monde 2010. A en croire le journal algérien, "Rabah Saâdane, compte lui adresser une convocation en prévision du prochain stage qui aura lieu en Italie (Coverciano). Il entend profiter du match amical international programmé face à l’Irlande du Sud, le 29 mai prochain, pour mieux s’arrêter sur les qualités techniques et physiques de Neymar da Silva. Une aubaine pour ce jeune joueur de démontrer sa valeur et convaincre le staff technique national."

Même la vénérable chaîne Al Jazzera s’est laissée prendre au jeu. Seulement voilà, il ne s’agissait là que d’un canular. Renseignements pris par ********** auprès du club, Neymar, aussi talentueux soit-il, est tout ce qu’il y a de plus brésilien. Tant pis pour Saâdane

DZone
17/03/2010, 21h43
La nouvelle perle du football brésilien n’est finalement pas d’origine algérienne

C’est une mauvaise blague qui aurait pu devenir la grande trouvaille de Rabah Saâdane. L’Algérie avait enfin trouvé un attaquant de classe internationale : Neymar, le coéquipier de Robinho à Santos. Sauf que les médias algériens se sont laissés berner...

Rabah Saâdane, le coach de l’Algérie, courtise à tout va. Et procède à des nombreux essais. Tout ça avec un seul objectif en tête : faire bonne figure en Afrique du Sud. Les anciens internationaux Espoirs français, Mourad Meghni ou Hassan Yebda, ont peu à peu été incorporé au sein du groupe des Fennecs. Puis c’est au tour de Medhi Lacen, le milieu de terrain du Racing Santander. Tandis que Michael Fabre (Clermont), Adlene Guedouria (Wolverhampton), Ryad Boudebouz (Sochaux) ou Habib Bellaïd (Boulogne-sur-Mer) multiplient les appels du pied.

Mais, la dernière rumeur en date qui parcourt les forums et les rédactions fait état de l’africanité de Neymar, la nouvelle perle du FC Santos. A 18 ans seulement, l’attaquant brésilien attire les convoitises des plus grands clubs européens. Les performances (34 matches, 17 buts) de ce jeune joueur n’ont en effet pas laissé les grandes équipes européennes insensibles : déjà Chelsea, l’AC Milan ou le Real Madrid seraient venus aux nouvelles afin de s’attacher les services d’un attaquant déjà anobli par le roi Pelé himself. Son club formateur, Santos, aurait même fixé sa clause libératoire à 33 millions d’euros.

Wikipedia, le fautif ?

Un petit malin serait allé jusqu’à modifier la page wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Neymar_da_Silva_Santos_J%C3%BAnior) du jeune joueur, lui donnant un père algérien (voir ci-dessous). Tout le monde s’y est laissé prendre. Le Buteur l’annonçait même comme l’attaquant numéro 1 de la Khadra pour la Coupe du monde 2010. A en croire le journal algérien, "Rabah Saâdane, compte lui adresser une convocation en prévision du prochain stage qui aura lieu en Italie (Coverciano). Il entend profiter du match amical international programmé face à l’Irlande du Sud, le 29 mai prochain, pour mieux s’arrêter sur les qualités techniques et physiques de Neymar da Silva. Une aubaine pour ce jeune joueur de démontrer sa valeur et convaincre le staff technique national."
Même la vénérable chaîne Al Jazzera s’est laissée prendre au jeu.

Seulement voilà, il ne s’agissait là que d’un canular. Renseignements pris par Afrik .com auprès du club, Neymar, aussi talentueux soit-il, est tout ce qu’il y a de plus brésilien. Tant pis pour Saâdane.

http://nsa15.casimages.com/img/2010/03/17/100317104312779631.jpg

Afrik

Zach89
17/03/2010, 21h47
Les journalistes du Buteur sont vraiment pitoyables...:rolleyes:

candiline
17/03/2010, 21h51
La nouvelle perle du football brésilien n’est finalement pas d’origine algérienne

:72::72::72:

Quel sacré numéro!

Cette attitude à vouloir traquer de l'algérien à tout prix est très légère.

salamine
17/03/2010, 21h51
DOMMAGE ,je commençais a y croire :sad: .

Arbefracom
17/03/2010, 21h52
Vraiment certains journalistes algériens sont vraiment de gros cancre...

Même un collégien sait qu'il faut être prudent avec wikipédia.

absent
18/03/2010, 00h30
je commençais à croire que le buteur avait trouvé la voie du professionnalisme :sad:

bledard_for_ever
18/03/2010, 12h17
cela rappelle shumacher Algérien et chirac aussi ............:)

absent
18/03/2010, 13h48
Neymar, l’Algéro-Brésilien qui fait parler de lui

J'en neymar des ragots :D

absent
20/03/2010, 07h40
C’est un village niché au fin fond de la pampa argentine. 221 habitants, si l’on compte l’arrivée, ces dernières heures, d’un joli poupon au foyer du forgeron du village. Il sera sûrement gaucho, comme le sont tous les hommes de cette province de 650 000 m2. On ne peut pas être autre chose que gaucho dans cette vaste étendue herbeuse. De l’herbe partout. Et donc des pâturages. Et donc des élevages. Ce territoire vert et plat est idéal pour le bétail. Mais pas seulement. C’est aussi ici, dans cette pampa encore sauvage, que les enfants, dès leurs premiers pas accomplis, s’essaient à taper dans des ballons de fortune. En Argentine, on connaît bien sûr Maradona. Plus encore aujourd’hui, Messi. Mais de la pampa argentine sont venues et viendront sûrement d’autres perles du foot. D’autres diamants bruts du ballon qui iront dégrossir leur art sur les pelouses du monde. Et à l’image du reste de la pampa, de la même manière que cela se passe dans les autres villages et hameaux de cette province immense, les enfants du village, dont il est question aujourd’hui dans cette chronique bucolique, s’adonnent au football. Les ados aussi. Les adultes, itou. Que pourrait- on faire d’autre ici, mis à part garder des vaches, les manger ou jouer au foot, me direz-vous, hein ? Non ? Vous ne me dites rien ? Mon histoire de pampa argentine ne vous intéresse pas ? Et vous vous demandez même pourquoi je vous prends la tête un samedi matin avec ma pampa, mon herbe, mes gauchos et mon bétail ? Doucement camarades, doucement ! Avec le temps, vous avez appris que je ne fais rien sans raison valable. Et, aujourd’hui, comme tous les autres jours de la semaine, j’ai une raison fort valable de vous parler de mon microscopique village niché au fin fond de la pampa. Car dans ce village, est arrivé il y a près de vingt ans, un immigrant. Un homme parti de son pays déchiré par la guerre. Un homme voulant se reconstruire hors du temps et loin des tueries. Cet homme, après diverses fortunes, moult pérégrinations a atterri là, dans ce coin d’Argentine. Il s’y est établi. D’abord en tant que commis de ferme. Ensuite, parce qu’il était travailleur et sérieux, il est devenu lui-même gaucho, puis propriétaire d’un gros élevage. Et cet homme, surtout, a fondé une famille. Il a épousé une autochtone. Une belle Argentine qui lui a donné trois enfants. Deux filles et un garçon. Et le garçon, tenez-vous bien, est capitaine de l’équipe première du hameau. Une formation qui évolue en division deux du championnat interprovincial de football de la ligue du Rio Colorado. Et le meilleur, je vous l’ai laissé pour la fin : le papa de ce jeune footballeur, le mec que j’évoquais plus haut, celui qui a fui son pays en guerre, eh bien ! il est algérien ! Et puisqu’il est algérien… Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Le soir d'Algérie

Cookies