PDA

Voir la version complète : Les Etats d’Afrique de l’Ouest discutent de leurs frontières


morjane
18/03/2010, 15h10
Un atelier sur le renforcement des capacités des Etats membres d’Afrique de l’Ouest dans le domaine des douanes, du contrôle des frontières et du trafic d’armes s’est ouvert hier à Alger.

L’objectif de cette rencontre, organisée au Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), est de permettre aux experts africains de participer à une formation spécifique, cofinancée par l’Italie et l’Allemagne.

Cette formation concerne les modalités pratiques de contrôle des frontières, où les Etats sont appelés à appliquer la législation internationale et mettre aux postes frontaliers des douaniers, policiers et militaires ayant suivi une formation spécifique, vu la difficulté de leurs tâches, en raison notamment de la présence de terroristes et de trafiquants d’armes.

Dans ce cadre, le directeur par intérim du CAERT, M. Lies Boukra, a relevé l’existence de trois facteurs qui fragilisent la sécurité de la région ainsi que des Etats qu’«il faudra impérativement prendre en charge», a-t-il dit.

De son côté, l’ambassadeur d’Italie en Algérie, M. Giampaolo Cantini, a indiqué dans son intervention que son pays a fortement soutenu l’initiative du CAERT, relevant que la formation et l’échange d’expériences constituent la pierre angulaire du renforcement des mécanismes institutionnels.

«La sécurité est vitale pour garantir le développement de la région mais aussi la sécurité et la stabilité de la Méditerranée et de l’Europe en général», a-t-il encore ajouté.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie, M. Matei I. Hoffmann, qui a salué l’initiative du CAERT et considéré ce genre d’ateliers comme primordiaux pour la sécurité internationale, a déclaré que son pays est prêt à soutenir et à contribuer financièrement dans la lutte contre le terrorisme. Il a, dans ce cadre, mis en évidence l’importance de la résolution 1373 du Conseil de sécurité de l’ONU, estimant qu’il est dans l’intérêt de chaque Etat que cet instrument juridique «soit bien pris en charge»

. Il est important de rappeler à ce propos que le comité exécutif de lutte contre le terrorisme a tenu, le 11 juillet 2007, une réunion informelle, au siège de l’ONU, de représentants des Etats membres de l’Afrique de l’Ouest et de pays donateurs ainsi que des organisations potentiellement fournisseurs d’assistance technique à ces Etats.

Par La Tribune

Cookies