PDA

Voir la version complète : Filtrage de l'internet en Algérie; Radio kalima censurée


mob_dz
18/03/2010, 15h02
Depuis la matinée du mardi 16 mars, le site radio kalima Algerie est devenu inaccessible pour de nombreuses régions en Algérie, notamment les centres urbains. A la maison de la presse Tahar Djaout à Alger, la connexion était impossible l’après midi et la soirée de mardi, mais ô miracle, les journalistes pouvaient à nouveau se connecter le mercredi en fin de matinée.

Dans d’autres quartiers de la capitale, comme El-Mouradia, Hydra, El-Biar, les citoyens ne peuvent toujours pas accéder à notre site depuis mardi matin. C’est également le cas pour d’autres villes à l’intérieur du pays. Nous avons demandé à nos compatriotes qui nous ont contactés d’utiliser des proxy pour vérifier s’il s’agissait bien d’une censure. Et là ça a marché. Les autorités algériennes sont donc en train de placer des filtres pour interdire aux Algériens d’accéder aux sites internet d’informations qui visiblement ne conviennent pas à ces mêmes autorités. Et de toute évidence, Radio Kalima, ne leur convient pas.

Au delà de notre cas, c’est la problématique de la censure qui se pose.
Comment accepter que des barbouzes, plus habiles à jouer du revolver et des ciseaux que de la plume, puissent décider de priver les algériens de l’accès à des sites d’information sur internet. Fort de leur inculture, les voila qu’ils retiennent en otage tout un peuple dans leur propre ignorance et décident de ce que les Algériens peuvent lire ou écouter.

Que craignent ils donc? Que nous ne dévoilions leurs pratiques de rapines? Que les Algériens se rendent comptent que ceux qui les gouvernent n’ont pas pour principale préoccupation les intérêts de l’Algérie mais le pillage de ses richesses?

– Yahia Bounouar




== MODERATION ==
Topic fermé car l'info est une "intox".

bledard_for_ever
18/03/2010, 15h13
ils sont parano à kalima et matin dz :mrgreen: :mrgreen:

mob_dz
19/03/2010, 13h01
La société française, qui se plaint de la censure de télés en Iran, a coupé le signal de Radio Kalima sur son satellite Hotbird.

C'est l'histoire du censuré devenu censeur. Mercredi, on apprenait par le porte-parole du quai d'Orsay que l'opérateur de satellites Eutelsat avait saisi l'Union internationale des télécommunications pour protester contre une censure dont sont victimes certaines chaînes qu'il diffuse en Iran. Ce jeudi, Eutelsat coupait la diffusion de la radio Kalima, une double antenne d'opposition en Algérie et en Tunisie.

La journaliste tunisienne Sihem Bensedrine, responsable de Kalima Tunisie en exil à Barcelone, raconte :

« Notre fournisseur chypriote d'accès satellite nous a expliqué que la société Eutelsat lui avait annoncé la fin de la diffusion de notre radio sur le satellite Hotbird. La diffusion a cessé jeudi. » Jusque là, les programmes algérien et tunisien se partageaient ce même signal.

« Des pressions gouvernementales sur Eutelsat »

Avec son son confrère algérien Yahia Bounouar, à la tête de Kalima Algérie et installé à Marseille, elle suspecte « des pressions des gouvernements algérien et tunisien sur Eutelsat ». Principal argument : la veille, leurs deux sites Web (un tunisien, un algérien) ont cessé d'être accessibles depuis les deux pays.

En début de semaine, plusieurs ministres de l'Intérieur de pays arabes étaient réunis à Tunis pour une rencontre sur la lutte antiterroriste. Selon Sihem Bensedrine (qui est aussi présidente du conseil national pour les libertés de Tunisie), les ministres algérien et tunisien ont eu à cette occasion « un aparté ».

En Algérie, l'audiovisuel est régi par un monopole d'Etat depuis l'indépendance, en 1962. Le 25 janvier, la radio Kalima est venue bouleverser cette situation, depuis l'étranger, grâce au satellite Hotbird. Deux jours auparavant, le site Internet était mis en ligne.

Selon Yahia Bounouar, « entre 15 000 et 20 000 connexions quotidiennes » parvenaient sur le site, « avec des pics à 50 000 ». Notamment quand la radio et le site ont couvert l'assassinat du directeur général de la sûreté algérienne, Ali Tounsi, fin février. Yahia Bounouar raconte :

« Au début, les autorités ont parlé d'une crise de démence en pleine réunion. Puis nous avons révélé qu'il avait été assassiné, et nos informations ont été reprises sans nous citer par plusieurs journaux algériens, dont El Watan [principal quotidien francophone en Algérie, ndlr].

Ensuite, même la famille de Tounsi a contesté la version officielle. Aujourd'hui, les autorités reconnaissent qu'il a été assassiné. »

A Tunis, les locaux de Kalima sont sous scellés depuis un an

Côté tunisien, Kalima existe depuis 2008. « Depuis janvier 2009, nos locaux de Tunis ont été encerclés et placés sous scellés », raconte Sihem Bensedrine. Technique, fabrication et serveurs sont depuis hébergés en Autriche, en France, en Allemagne et en Espagne.

Les deux journalistes attendent une explication d'Eutelsat. D'après ce que leur a dit leur fournisseur chypriote, la société de droit français leur reproche de ne pas avoir de licence. Ce qui laisse Bensedrine et Bounouar sceptiques : « Mais depuis quand faut-il une licence pour être diffusé sur un satellite ? Et quel type de licence ? »

Yahia Bounouar dit vouloir « trouver très vite une solution » :
« Je considère que ce n'est pas à ces régimes de décider de ce qu'on doit dire. »

Eutelsat, que Reporters sans frontières a accusé à plusieurs reprises de censure (en Chine, en Géorgie, en Arabie saoudite), n'a pas encore répondu à notre appel.

Par Augustin Scalbert |

absent
19/03/2010, 14h08
URGENT: Eutelsat cesse la diffusion par satellite de Radio Kalima à la demande de l'Algérie

La société Eutelsat, propriétaire du satellite Hotbird viens de nous informer qu'elle a cessé de diffuser les programmes de Radio Kalima à la demande des autorités algériennes. Après avoir bloqué notre site internet, il n'est plus accessible à partir de l'Algérie, le pouvoir vient de bloquer la diffusion des programmes par satellite.
Arguant du fait que nous ne disposons pas d'agrément, le pouvoir algérien impose son monopole d'Etat sur l'audiovisuel, en vigueur depuis 1962, aux entreprises étrangères.
En attendant de trouver une solution, nous poursuivons nos émissions à travers internet.

Radio Kalima


ps: Je n'ai pu accéder au site que via un proxy

absent
19/03/2010, 14h47
Plus ils censurent, plus ils se font avoir!

Il y a pleins d'engagements de la part d'Algériens qui en ont marre de ce régime pourri, la dernière est une télé basée en Angleterre, rachad tv.
Pour l'instant ils ne passent qu'une émission tous les 4 jours wela, et ils sont déjà pas inconnus, si il pouvait diffuser sur le satellite, ça risque de faire mal!

tiare
19/03/2010, 18h25
pfff...ça me sidère, que craignent-ils (politiques algériens)? Un endoctrinement médiatique qui provoquerait un soulèvement révolutionnaire du peuple algérien? :68:

Quelle bêtise! :evil:

Megane
19/03/2010, 20h45
C'est comique de vouloir censurer d'une façon aussi artisanale à l'ère du net.
Un acte bête et même pas efficace .

absente
19/03/2010, 20h46
C'est quoi radio kalima?

Samourai
20/03/2010, 16h06
Pour info Rachad Tv se trouve en Suisse plus précisément a Genève.

la_touffe
20/03/2010, 16h10
je connaissais meme pas, bonne pub :mrgreen:

normal
20/03/2010, 16h52
La censure est condamnable mais je n'ai jamais entendu de cette radio.

absent
20/03/2010, 17h28
il ya de cela quelques années radio chaine2 (radio this snath) étais censuré
tout comme la chaine de télé unique ....
cette censure n'est pas de ces derniers jours ...
elle date depuis bien longtemps ..... et dure encore

donc la radio, la télé, le net, les bouquins et j'en passe la censure est encore présente ....

Raco
20/03/2010, 18h37
La société Eutelsat, propriétaire du satellite Hotbird viens de nous informer qu'elle a cessé de diffuser les programmes de Radio Kalima à la demande des autorités algériennes. Après avoir bloqué notre site internet, il n'est plus accessible à partir de l'Algérie, le pouvoir vient de bloquer la diffusion des programmes par satellite.

Arguant du fait que nous ne disposons pas d'agrément, le pouvoir algérien impose son monopole d'Etat sur l'audiovisuel, en vigueur depuis 1962, aux entreprises étrangères.

Le pouvoir en Algérie intervient à l'étranger pour interdire aux Algériens d'accéder aux sites internet d'informations qui visiblement ne lui conviennent pas. Et de toute évidence, Radio Kalima, ne leur convient pas.
Au delà de notre cas, c'est la problématique de la censure qui se pose.

Comment accepter que des barbouzes, plus habiles à jouer du revolver et des ciseaux que de la plume, puissent décider de priver les algériens de l’accès à des sites d'information sur internet. Fort de leur inculture, les voila qu'ils retiennent en otage tout un peuple dans leur propre ignorance et décident de ce que les Algériens peuvent lire ou écouter.

Que craignent ils donc? Que nous ne dévoilions leurs pratiques de rapines? Que les Algériens se rendent comptent que ceux qui les gouvernent n'ont pas pour principale préoccupation les intérêts de l'Algérie mais le pillage de ses richesses?


Yahia Bounouar

Cookies