PDA

Voir la version complète : Chômage et pauvreté en hausse en Cisjordanie


morjane
09/02/2006, 16h47
Cela ne surprendra personne mais il est bon de le rappeler. Un rapport de l'ONU publié aujourd'hui nous informe que la situation de pauvreté et de précarité vont s'accroitre en Cisjordanie si rien n'est fait pour y rémedier, c'est à dire si Israël les laissent couper des marchés. Que la construction de ce mur de la Honte et que ces barrages établis sans cesse ont eu une effet dévastateur sur l'économie Palestinienne.

====

- La pauvreté et le chômage dans le secteur rural en Cisjordanie devraient s'accroître si les Palestiniens restent coupés des marchés par Israël, indique jeudi un rapport de l'Onu.

La construction du "mur" de séparation et les dizaines de barrages établis au cours des cinq dernières années par l'armée israélienne en Cisjordanie occupée ont conduit à une régression de l'économie palestinienne, selon le rapport du bureau du Coordinateur des Nations unies pour le Proche-Orient (UNSCO).

Les agriculteurs palestiniens de Cisjordanie sont largement dépendants des marchés israéliens dont ils sont coupés ces dernières années, a indiqué lors d'une conférence de presse à Ramallah, Francine Pickup, auteur du rapport.

Le rapport "a mis en lumière le haut niveau de dépendance en Cisjordanie du marché israélien tant pour les biens que pour l'emploi", a-t-elle souligné.

"Il est difficile de voir comment l'économie du secteur rural de la Cisjordanie pourrait être viable coupée de l'économie d'Israël. Il est probable que le chômage et la pauvreté s'accroissent vu qu'il n'y a pas d'alternative aux marchés en Israël", a-t-elle poursuivi.

A en juger par les récentes déclarations du Premier ministre israélien par intérim Ehud Olmert, cette tendance devrait s'accentuer.

"Notre intention est claire. Nous nous dirigeons vers une séparation d'avec les Palestiniens et vers l'établissement d'une frontière définitive de l'Etat d'Israël (avec la Cisjordanie)", a déclaré le 7 février M. Olmert.

"Nous nous séparerons de la plupart de la population palestinienne qui habite dans les territoires de Judée Samarie (Cisjordanie)", avait-il souligné.

Le "mur" de séparation actuellement érigé par Israël en Cisjordanie, le long de la ligne de démarcation avec le territoire israélien ou profondément à l'intérieur, a contribué à limiter la circulation des personnes et des biens.

Le rapport explique ainsi que les commerçants du nord de la Cisjordanie qui pouvaient se rendre en quelques minutes avec leurs produits sur les marchés des villes arabes d'Israël, comme Oum El-Faham, doivent maintenant faire un trajet de sept heures pour y arriver via le poste militaire israélien de Qalandiya, proche de Ramallah.

Alex Costy, chef du bureau de coordination de l'UNSCO, a cependant relevé une certaine capacité d'adaptation de l'économie palestinienne, alors qu'un tiers des travailleurs agricoles ont perdu leur travail en Israël.

Il a souligné que le district de Jénine (nord de la Cisjordanie) a été particulièrement touché par les barrages militaires et la construction de la barrière de séparation d'avec Israël. "42% des travailleurs ruraux étaient employés en Israël, ils ne sont plus que 6%" a-t-il indiqué.

Il s'est alarmé en outre du déclin économique de Naplouse en faveur de Ramallah, politique de la Cisjordanie, moins isolé par les barrages militaires.

La situation est encore plus grave pour la bande de Gaza. Selon la Banque mondiale, 70% des 1,3 million d'habitants y vivent sous le seuil de pauvreté, et le chômage y touche 44% de la population active. Les jeunes âgés de moins de 18 ans forment 60% de la population globale.

Pratiquement, plus aucun Palestinien de la bande Gaza n'est autorisé à travailler en Israël depuis le retrait de cette région alors qu'ils étaient plus de 30.000 à venir gagner leur vie en Israël avant l'Intifada.

Par Le Figaro

Cookies